Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Andréa Kotarac, candidat RN aux régionales pour justifier son transfert ?
Politique 

Andréa Kotarac, candidat RN aux régionales pour justifier son transfert ?

par Rue89Lyon.
Publié le 29 avril 2021.
Imprimé le 10 mai 2021 à 21:29
954 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

[Série] Andréa Kotarac a été désigné candidat du Rassemblement National (RN, ex-Front National). Le Lyonnais, issu de La France Insoumise, doit faire oublier lors de ces élections régionales les faibles scores du parti de Marine Le Pen aux récentes élections municipales et métropolitaines de Lyon en 2020. Et légitimer par la même occasion son ascension express au sein de son nouveau parti.

 

Andréa Kotarac
Andréa Kotarac, chef de file du Rassemblement National à la Métropole de Lyon. Photo BE/Rue89Lyon

Andréa Kotarac – Bio express

  • 31 ans, né à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie)
  • Profession : assistant parlementaire
  • Mandats antérieurs : conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes 2015-2019

Le parcours d’Andréa Kotarac

Andrea Kotarac avec Jean-Luc Mélenchon
Image tirée du FB d’Andréa Kotarac. Petit selfie avec Jean-Luc Mélenchon.

Andréa Kotarac a démarré son parcours politique à gauche. Candidat aux municipales de sa ville natale de Thonon-les-Bains en 2008 sur une liste socialiste, il suivra par la suite le sillon de Jean-Luc Mélenchon. Il intègre rapidement le Parti de Gauche (PG) puis La France Insoumise (LFI).

À Lyon, proche d’une partie du milieu antifa, la lutte contre l’extrême droite lui permettra aussi de commencer à se faire connaître.

Il a été des campagnes aux élections municipales à Lyon en 2014, sous la bannière du Front de Gauche (PG et Parti Communiste) à Lyon 8e.

Aux élections régionales de 2015, il a conduit la liste pour la Métropole de Lyon de l’alliance PG-Europe Écologie Les Verts. Après la fusion avec le PS, il a été élu conseiller régional et a siégé au sein du groupe RCES (Rassemblement Citoyen, Écologiste et Solidaire).

Andréa Kotarac fut également candidat LFI aux élections législatives de 2017 dans la 7e circonscription du Rhône (Vaulx-en-Velin, Bron, Rillieux-la-Pape).

Figure locale du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, il s’est rendu en avril 2019 au Forum économique de Yalta. Un raout organisé en Crimée par la Russie de Vladimir Poutine où sa présence aux côtés des frontistes Marion Maréchal Le Pen ou Thierry Mariani a fait jaser. Il a été lâché dans la foulée par LFI et Jean-Luc Mélenchon. Un mois plus tard, Andréa Kotarac annonçait son ralliement au Rassemblement National et son soutien à la liste de Jordan Bardella aux élections européennes.

Depuis lors, Andréa Kotarac n’a jamais officiellement adhéré au Rassemblement National. Il a même lancé le Parti localiste avec le député européen RN Hervé Juvin dont il est l’assistant parlementaire. Un mouvement qui se veut « un complément » du RN.

Transfuge de La France Insoumise, Andréa Kotarac avait été presque aussitôt désigné tête de liste pour le RN. À l’occasion des élections à la Métropole de Lyon en 2020. Son arrivée n’avait pas permis au parti de Marine Le Pen de faire des miracles. Lui et ses listes du RN n’ont obtenu aucun élu. Ils ambitionnaient dix sièges à la Métropole de Lyon. Dans le même temps, le RN perdait son seul conseiller municipal à Lyon.

Le mode de scrutin ainsi que le territoire devraient lui être plus favorables pour ces élections régionales. En 2015, les listes du RN menées par Christophe Boudot avaient réalisé 25% des suffrages exprimés au premier tour. Et près de 22% au second tour. Pas de quoi emporter l’élection mais des scores permettant au RN d’obtenir 34 sièges au sein de l’assemblée régionale. Des élections qui permettront peut-être d’asseoir un peu plus, ou non, sa place au sein de son nouveau parti.

L’investiture d’Andréa Kotarac

Le climat au sein du RN du Rhône n’est pas des plus sereins. Considéré proche des franges catholiques et « marionistes » (proches de Marion Maréchal Le Pen), l’investiture d’Andréa Kotarac pour les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes n’a pas fait l’unanimité. Le profil d’Alexis Jolly, patron de la fédération du RN de l’Isère plaisait plus aux « marinistes » proche de la présidente du parti. Régulièrement invité sur les plateaux de télévision, sa « surface médiatique » a certainement permis à Andréa Kotarac de faire pencher la balance de son côté.

Andréa Kotarac, c’est lui qui le dit

« Je ne suis pas d’accord avec Mariani et Maréchal sur de nombreux sujets. Mais sur la défense de la souveraineté nationale et sur la nécessité de s’allier à la Russie, je suis d’accord. Je suis venu pour dire qu’une partie de la gauche française ne considère pas la Russie en ennemi, bien au contraire. »

Au Forum économique de Yalta en avril 2019

« Je risque la mort sociale »

En mai 2019 quand il annonce qu’il quitte LFI et soutient le RN aux élections européennes sur le plateau de BFM TV

« Si mes grands-parents ont versé du sang face au nazisme, ils ne l’ont pas fait pour l’écriture inclusive ou le communautarisme ! »

Au meeting de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont lors de la campagne des élections européennes le 24 mai 2019, en référence à ses origines serbes

« Il y a ici des colistiers à ma droite et à ma gauche, physiquement comme politiquement »

Le 7 janvier 2020 lors de la présentation des listes du RN pour les élections métropolitaines à Lyon pour tenter de vanter le nouveau visage du RN qui fait de la place à des anciens de LR ou de LFI comme lui

Programme pour les régionales 2021

À venir

Tags
    Article actualisé le 03/05/2021 à 11h50
    L'AUTEUR
    Rue89Lyon
    Rue89Lyon
    Premier pure player d'informations lyonnais. 100% indépendant. Participez, témoignez et soutenez la presse locale !

    En BREF

    A Lyon ce dimanche, nouvelle marche pour « une vraie loi climat »

    par Rue89Lyon. 732 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

    Covid : à Lyon et dans le Rhône une pression encore forte à l’hôpital

    par Bertrand Enjalbal. 320 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

    A Lyon, la justice saisie contre l’utilisation de l’hélicoptère de la gendarmerie en manifestation

    par Oriane Mollaret. 420 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
    ×