Habillage
L’élu LFI Andréa Kotarac vire de bord pour voter Rassemblement national
Politique 

L’élu LFI Andréa Kotarac vire de bord pour voter Rassemblement national

actualisé le 16/05/2019 à 16h22

Conseiller régional à mèche, Andréa Kotarac s’est offert rien de moins que le direct de 19h sur BFM TV pour annoncer son départ de La France insoumise. Pour justifier pareil éclairage médiatique, le jeune conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes a promis un coup d’éclat : il votera pour la liste du Rassemblement national, aux prochaines élections européennes.

Les réactions tombent à Lyon où l’élu de 30 ans fait son chemin depuis quelques années -en ayant été militant et candidat pour son parti dont il était une figure locale, mais aussi « principal cadre à venir » selon Jean-Luc Mélenchon. Un tout récent épisode politique l’ayant placé en porte-à-faux vis-à-vis du patron de LFI, dont on le disait proche, explique ce soudain et inattendu revirement.

Au micro de Ruth Elkrief, il y va de ses récriminations vis-à-vis de « la société », regrettant d’y voir prospérer une « balkanisation » et une « communautarisation », avant de parler des « concepts communautaristes et diviseurs » qu’il voit naître au sein de son parti.

Et de prendre pour exemple le fait de se questionner sur l’utilisation de l’écriture inclusive ou non, le fait de voir des « réunions non mixtes réservées au femmes », le fait que l’émotion suscitée par l’incendie à Notre-Dame-de-Paris soit considérée comme un « délire de blanc ».

« C’est quand même assez affligeant de voir le concept de race remis sur la table par la gauche », dit Andréa Kotarac.

Peut-être qu’il les apprécie davantage lorsqu’ils sont développés au sein du Rassemblement national (RN), puisqu’il a fini, au bout de 4,30 minutes d’interview, par lâcher qu’il voterait pour la liste de Jordan Bardella.

Il ajoute en fin d’interview, au sujet des migrants, qu’il est pour que les gens vivent dignement « chez eux ». Quelque peu fébrile sur le plateau, il ne prononcera pas le nom de Marine Le Pen ; pas plus qu’il n’annonce adhérer au RN. Sa justification pour le scrutin européen : le souverainisme de cette liste. Un point c’est tout. Ou presque.

L’homme qui murmurait à l’oreille de Jean-Luc Mélenchon

Revenons quelques jours en arrière. On apprenait le 20 avril dernier dans Le Monde qu’Andréa Kotarac s’est rendu au « 5e forum économique international de Yalta », en Crimée (il avait lieu du 18 au 20 avril), où l’on a également compté la présence de l’ex-députée FN Marion Maréchal-Le Pen, ou encore celle du numéro 3 sur la liste RN aux élections européennes, Thierry Mariani.

L’élu régional LFI a justifié :

« Je ne suis pas d’accord avec Mariani et Maréchal sur de nombreux sujets. Mais sur la défense de la souveraineté nationale et sur la nécessité de s’allier à la Russie, je suis d’accord. Je suis venu pour dire qu’une partie de la gauche française ne considère pas la Russie en ennemi, bien au contraire. »

Au journaliste, il raconte aussi « avoir l’oreille de Jean-Luc Mélenchon ». Mais la présence d’Andréa Kotarac à ce forum pro-Poutine finit par faire jaser. Le NouvelObs nous en dit davantage : Andréa Kotarac affirme être allé de son propre chef dans ce rassemblement.

Après quoi Arnaud Le Gall, le monsieur « politique étrangère » de La France insoumise, se voit obligé de recadrer les propos tenus, en bidouillant un changement de terme pour qualifier la relation envisageable avec la Russie (et en troquant « alliance » pour « coopération »). De la même façon, un proche de Jean-Luc Mélenchon affirme au site d’info que « le mouvement n’a dépêché personne à ce forum et n’approuve pas ce voyage » :

« Andréa Kotarac ne définit pas la ligne internationale de LFI. Il a fait une connerie. On ne l’y reprendra plus. »

Image tirée du FB d'Andréa Kotarac. Petit selfie avec Jean-Luc Mélenchon.

Image tirée du FB d’Andréa Kotarac. Petit selfie avec Jean-Luc Mélenchon. Mais ça, c’était avant.

Après Yalta, Marine Le Pen venue à la rescousse

Le jeune élu LFI s’est senti totalement lâché. A-t-il voulu tenir là sa vengeance vis-à-vis de son parti, en organisant un coup d’éclat médiatique ?

C’est l’analyse que fait le conseiller régional écologiste Jean-Charles Kohlhaas, qui a porté la liste sur laquelle Andréa Kotarac avait été présent au premier tour, en 2015. Au Progrès, il dit :

« Nous n’étions prévenu de rien. Depuis Yalta on avait quelque difficulté à discuter avec lui. Lundi, le groupe a redit sont désaccord avec sa position, mais de là à imaginer qu’il puisse appeler à voter pour le Rassemblement national… Je ne comprends pas. »

Son hypothèse va même jusque là :

« Son départ de LFI ne me surprend pas, car je crois que sur Yalta, Mélenchon l’a piégé en lui demandant d’y aller, puis au retour, après le buzz, en le lâchant. »

A Ruth Elkrief qui pourrait presque le faire s’allonger sur un divan, Andrea Kotarac explique que, « dans cette tourmente » liée à Yalta, le soutien est venu « principalement de l’autre bord ».

Il ne lui en a pas fallu davantage pour le rejoindre, ce bord. Marine Le Pen aurait donc appelé Andréa Kotarac, à la suite de l’épisode en Crimée et l’aurait convaincu, en un coup de fil.

L’ex-insoumis assure que, s’il veut voter RN, il ne rejoint pas pour autant le parti. Mais à la veille d’élections locales pour lesquelles le parti de Marine Le Pen ne possède pas un panier garni de candidats à Lyon, on peut imaginer que la position d’Andréa Kotarac puisse changer.

Une sortie du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes

Les réactions pleuvent chez les élus d’Auvergne-Rhône-Alpes et au sein des différents partis, observateurs de la vie politique locale. Yann Crombecque, premier fédéral du Parti socialiste, se dit « abasourdi » :

« Comment tourner à ce point le dos aux valeurs d’humanisme, de fraternité et de solidarité. Que le fonctionnement de LFI puisse soulever des interrogations est une chose mais cela ne peut justifier une trahison politique de cette envergure. La réponse à la politique d’Emmanuel Macron ne peut se trouver dans le ralliement à un nationalisme étroit et rance prôné par le RN. »

Entre les « bienvenus » lancés par les militants et partisans du RN, et les expressions de colère ou d’incompréhension, parfois agrémentées d’insultes, par ceux de LFI, les différents comptes des réseaux sociaux d’Andréa Kotarac sont inondés depuis son annonce. Lui-même l’a prédit en disant à Ruth Elkrief :

« Je risque la mort sociale ».

Le Parti de gauche, composante de LFI, a annoncé via un communiqué « l’exclusion immédiate » d’Andréa Kotarac et tente par le même temps de relativiser en parlant d' »épiphénomène ». Les courriers de démission et d’exclusion devraient donc se croiser.

Si Andréa Kotarac raconte ce mardi à BFM qu’il a milité pendant la moitié de sa vie pour Jean-Luc Mélenchon, et qu’il prend donc une « décision triste et grave », il continue de dire que, pour lui, il s’agit d' »une personne formidable ».

Aux élections législatives de 2017, Andréa Kotarac avait été candidat LFI sur la 7è circonscription du Rhône, considérée alors comme « gagnable » au regard du bon résultat que Jean-Luc Mélenchon y avait fait au premier tour des élections présidentielles (arrivant premier avec 26,56 % des voix). Finalement, Andréa Kotarac n’avait pas passé le premier tour.

Concernant son actuel mandat de conseiller régional, il annonce en démissionner. Ce qui rebat de nouveau les cartes de la composition des groupes d’opposition à Laurent Wauquiez.

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.

En BREF

Les trottinettes électriques encadrées : où en est-on à Lyon ?

par Rue89Lyon. 2 049 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Saint-Étienne renonce à tester l’audiosurveillance sur avis de la CNIL

par Rue89Lyon. 374 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vous êtes supporter de l’OL ? Adoptez les gestes qui sauvent

par Rue89Lyon. 693 visites. Aucun commentaire pour l'instant.