Habillage
David Kimelfeld abandonne l’Anneau des sciences et fait coup double
Actualité 

David Kimelfeld abandonne l’Anneau des sciences et fait coup double

L’actuel président de la Métropole de Lyon renonce au projet de bouclage du périphérique lyonnais, appelé Anneau des sciences. David Kimelfeld, candidat dissident En Marche, se démarque ainsi de Gérard Collomb et se rapproche des positions défendues par les écologistes.

David Kimelfeld préparait le terrain depuis plusieurs mois. Dans une interview accordée ce vendredi à Lyon Capitale, il a lâché le morceau en amont d’une conférence de presse où il doit décliner ses mesures en matière de mobilité.

Un mois et demi après le lancement de sa campagne, c’est sa première grande promesse et elle est facile à tenir puisqu’il s’agit d’un renoncement.

S’il est élu président de la Métropole au printemps prochain, il ne bouclera pas le périphérique lyonnais, autrefois « TOP » aujourd’hui Anneau des sciences :

« C’est un projet d’une autre époque, totalement dépassé, qui a été lancé en 1989 quand notre rapport à la voiture et aux transports en commun était radicalement différent. (…) L’Anneau des sciences ne répond plus aux attentes et aux besoins. Il y répondra encore moins dans 15 ans.

Depuis le retour de Gérard Collomb, David Kimelfeld a largement décéléré sur le sujet. Si en mars dernier, il ré-affirmait son intérêt et soutien pour l’Anneau des sciences, c’était pour mieux lui adjoindre des conditions de modification (comme une voie dédiée au covoiturage, pour exemple). Surtout, cette posture était associée d’un engagement à l’intégrer dans « une vision globale des déplacements » et à trouver les « moyens de son financement ».

Bref, il se ménageait des portes de sortie.
Dans son tout frais argumentaire « vert », David Kimelfeld expose des réponses négatives sur ces deux points :

  • Tout d’abord, il se range derrière l’analyse de certains spécialistes en mobilité urbaine (lire notamment la tribune de Loïc Cedelle) : « Tout le monde s’accorde à dire qu’une nouvelle infrastructure routière ne favorise pas la fluidité. Au contraire, l’augmentation des capacités routières induit toujours une augmentation des déplacements en voiture, beaucoup d’études le prouvent ».
  • Ensuite, sur le plan financier, il ne trouve pas de solution : « comment la Métropole pourrait-elle supporter seule un projet comme celui-là ? Le budget n’arrête pas d’augmenter, au début on parlait de 2 milliards, maintenant c’est 3,2 milliards, à minima, voire 4 milliards ou plus. On sait que les projections financières sont toujours dépassées. L’État a dit clairement qu’il ne financerait pas ce type d’infrastructure. »
Projet d'Anneau des Sciences / Grand Lyon

Projet d’Anneau des Sciences / Grand Lyon

En abandonnant l’Anneau des sciences, David Kimelfeld se démarque de Gérard Collomb…

Après l’épisode ministériel de Gérard Collomb, David Kimelfeld a fait des questions sociales et surtout environnementales ses marqueurs de différences.

Mais face à la notoriété de Gérard Collomb et son investiture LREM, le dissident David Kimelfeld doit se démarquer encore et toujours. Pour montrer que même s’il a été son dauphin pendant de longues années, même s’il possède la même carte de parti, il défend d’autres idées que son ancien patron.

Avec le dossier Anneau des sciences, c’est parfait. Gérard Collomb porte, lui, toujours, un « Anneau des sciences nouvelle génération » avec des voies réservées aux bus et aux voitures « propres ».

Ce vendredi soir, le Progrès rapporte que le maire de Lyon persistait dans ce choix en se qualifiant d’« écologiste pragmatique ».

S’agissant particulièrement du financement, Gérard Collomb avance :

« on y parviendra avec une enveloppe de 100 millions d’euros par an et le fruit du péage correspondant à celui du BPNL (Boulevard Périphérique Nord de Lyon, NDLR) ».

Là aussi, David Kimelfeld montre son opposition, en accusant presque le maire de Lyon de mentir :

« S’il fait l’Anneau des sciences, il augmentera la fiscalité, il n’a pas d’autres choix. Financer cette infrastructure routière nous obligerait à tripler la dette de la Métropole (…) Il parle de 364 millions d’euros de revenus annuels grâce à un péage, il se trompe. Ils seront de l’ordre de 60 millions d’euros, soit 6 fois moins ».

… et se rapproche des écologistes

Pendant un an, après chaque Marche pour le climat, David Kimelfeld applaudissait les mobilisations mais réaffirmait, du bout des lèvres, son soutien au projet d’Anneau des sciences.

Sa prise de position publique de mars dernier mi-chèvre mi-chou avait suscité un cinglant commentaire des représentants du Collectif Lyon Climat qui ont fait, localement, de l’abandon du bouclage du périphérique le mode d’ordre principal :

« Même greenwashé, l’Anneau des sciences reste une infrastructure autoroutière »

Après les résultats obtenus par EELV aux dernières élections européennes partout en France – et dans la Métropole de Lyon particulièrement, le dissident marcheur doit compter sur cette force politique comme adversaire et potentiel partenaire en vue d’alliances de second tour.

Ce sera peut-être même les listes Kimelfeld qui arriveront derrière les listes écolos dans de nombreuses circonscriptions en mars prochain.

Dans ces conditions, il fallait rapidement abandonné l’Anneau des sciences pour se garantir la bienveillance des écolos, avec qui il travaille actuellement à la Métropole.

Dans un communiqué délivré ce samedi, les organisations écologistes en pointe dans le combat contre l’Anneau des sciences ont très favorablement reçu cet abandon.

« A l’approche des élections municipales, il s’agit d’un abandon total et sans demi-mesure du projet qui doit être porté par les candidats. Gérard Collomb et son monde du 20ème siècle se retrouve à présent bien seul à soutenir ce projet climaticide. Il est encore temps de revenir à la raison … »

Faire passer Gérard Collomb pour un homme du passé, n’est-ce pas la clé du succès pour David Kimelfeld ?

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.

En BREF

Avec la Fête des Lumières, une interdiction inédite de manifester

par Rue89Lyon. 1 362 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Compulsory Figures, quand Xavier Veilhan sculpte le patinage en live

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

« La Fête des Lumières, quel impact écologique ? » : un blog à suivre pour cette édition 2019

par Rue89Lyon. 281 visites. Aucun commentaire pour l'instant.