Habillage
Élections à la Métropole de Lyon : qui sont les candidats dans votre circonscription ?
Politique 

Élections à la Métropole de Lyon : qui sont les candidats dans votre circonscription ?

actualisé le 05/11/2019 à 10h34

[Article régulièrement mis à jour] En 2020 (é)lecteurs grands lyonnais, vous allez voter deux fois. Aux élections municipales de votre commune et aux élections métropolitaines. C’est une première.

Derrière la guerre intestine entre Gérard Collomb et David Kimelfeld, l’ancien et l’actuel président de la Métropole de Lyon, il y a des listes à constituer dans les 14 circonscriptions du territoire. Qui sont les candidats près de chez vous ?

Signalez-nous/vous !

L’objectif ici est d’être le plus exhaustif possible. Et de présenter l’ensemble des candidatures et investitures officialisées au fil du temps pour les élections à la Métropole de Lyon. Cette page et le contenu seront donc mis à jour régulièrement. Si nous avons oublié des (vos) candidatures ainsi que pour celles à venir, n’hésitez pas à nous le signaler en commentaire de cet article ou bien à hello@rue89lyon.fr

Ces élections métropolitaines sont nouvelles. Du moins, le scrutin au suffrage universel direct est une première. Avant de découvrir les têtes de listes et candidat-e-s, peut-être vous demandez vous encore pourquoi vous allez élire les conseillers métropolitains. Et surtout, comment ce scrutin se déroule et dans quelle partie du territoire de la Métropole de Lyon vous vous trouvez. Voici les réponses à vos éventuelles questions.

Les élections à la Métropole de Lyon, comment ça marche ?

Je vote dans quelle circonscription de la Métropole de Lyon moi ?

Si vous savez situer votre commune sur une carte, leurs jolis petits noms sont ici (survolez les circonscriptions pour voir le détail des communes) :

Deux candidatures se revendiquant d’En Marche

La situation des sortants accapare l’attention depuis que Gérard COLLOMB est revenu à Lyon. Son départ n’était pas prévu. Avant 2017, il présentait alors David KIMELFELD comme son dauphin pour la mairie de Lyon quand lui irait briguer la Métropole de Lyon. Devenu ministre de l’Intérieur, il a dû confier son mandat de maire de Lyon mais aussi de président de Métropole de Lyon. Ce dernier revenant alors à celui à qui il souhaitait initialement laisser la Ville de Lyon.

Gérard Collomb n’est pas revenu mettre tranquillement les pieds dans ses pantoufles lyonnaises. Les deux intérimaires ont pris goût à son absence. Certains alliés politiques ou d’opposition aussi d’ailleurs. David Kimelfeld, marcheur dans la roue de son mentor, a tenté de convaincre. Persuadé qu’il incarnait davantage l’image du parti présidentiel. Las, Emmanuel Macron a préféré donner l’investiture à celui qui fut un des premiers à croire en sa candidature. Depuis lundi 14 octobre, Gérard Collomb est donc officiellement le chef de file de La République en Marche (LREM) pour les élections à la Métropole de Lyon.

Le parti se trouve d’ailleurs dans une situation inconfortable. David Kimelfeld, actuel président de la Métropole de Lyon, n’a pas renoncé pour autant. Il lance sa campagne sans l’onction (ni l’argent) de son parti. Le parti encore tout jeune se retrouve donc face à un problème de vieux (parti) : la dissidence.

On rappellera même que la situation est doublement cocasse : LREM a donné l’investiture à un Gérard Collomb qui encore récemment n’en voulait pas et l’a refusée à celui qui la voulait. À son retour à Lyon, Gérard Collomb est plutôt fâché avec son ancien poulain. La popularité du chef de l’État et du gouvernement qu’il vient de quitter sont en train de chuter et se profilent les « gilets Jaunes ». L’étiquette LREM, il n’en veut pas. Pour Gérard Collomb, la meilleure des marques reste Gérard Collomb. Même s’il n’utilisera probablement pas le logo du parti présidentiel pour la campagne à venir, il se satisfait donc de cette investiture.

Officiellement investi, il a d’ailleurs joué sa carte habituelle de l’ouverture. N’oublions pas qu’il a lancé alors qu’il était au gouvernement son association « Un temps d’avance », prévoyant de dépasser l’étiquette de son propre parti. Il a donc appelé au rassemblement, des socialistes au Modem, et tendu la main à David Kimelfeld. Une main tendue qui reste un peu molle. En réponse, David Kimelfeld lance officiellement sa campagne ce mercredi 16 octobre. Et le Parti socialiste, a appelé ses membres siégeant encore auprès de lui à démissionner du parti.

Les autres candidat-e-s ou chef(fe)s de file pour la Métropole

Pour l’heure, (très) rares sont ceux à être connu-e-s.

À droite, chez Les Républicains, la question est toutefois réglée depuis juillet 2019. C’est François-Noël BUFFET, sénateur et ancien maire d’Oullins, qui sera chef de file. Il avait notamment face à lui la candidature d’Alexandre Vincendet, maire de Rillieux-la-Pape et patron des LR du Rhône. Il rêve de cette Métropole de Lyon, qui penche politiquement à droite et que Gérard Collomb par le jeu d’alliances a su jusqu’à présent faire pencher de son côté. La division actuelle dans le camp de LREM peut-être un motif d’espoir pour lui.

Un de ses possibles partenaires, les centristes de l’UDI (Union des Démocrates et Indépendants), ont désigné leur chef de file. Ce sera l’actuel conseiller métropolitain Christophe GEOURJON.

Au Modem, tous les chef-fe-s de file dans les circonscriptions sont connus. Le patron du parti dans le Rhône, François-Xavier PENICAUD, patron du parti dans le Rhône, investi par ailleurs pour les municipales à Bron, a été désigné chef de file dans la Métropole. Il est en plus chef de file pour la circonscription Portes des Alpes qui comprend justement Bron. Mercredi 23 octobre, son parti a finalement investi Gérard Collomb, déjà investi par ailleurs par son parti LREM, pour la future présidence de la Métropole en cas de victoire.  Fouziya BOUZERDA, vice-présidente de la Métropole et cheffe de file aux municipales à Lyon, l’est également pour les élections métropolitaines. Tout comme le député du Rhône Cyrille ISAAC-SIBILLE.

Du côté d’Europe Écologie – Les Verts, c’est le conseiller métropolitain Bruno BERNARD qui a été désigné chef de file. Responsable des élections au sein de la direction nationale du parti, il était conseiller municipal de Villeurbanne jusqu’en 2014.

Quant au reste de la gauche, des socialistes aux insoumis, en passant par les communistes (à l’exception de la circonscription « Portes du Sud » comprenant Vénissieux), c’est le flou total. Ces partis étant surtout occuper à échafauder des listes voire des alliances pour sauver leur principales villes (on pense à Villeurbanne pour le PS et Vénissieux pour le PCF).

Au Rassemblement National (ex-Front National), c’est Andrea KOTARAC qui sera le chef de file du parti. Transfuge de La France Insoumise, son départ du mouvement d’extrême-gauche avait fait grand bruit au printemps. Il était resté un temps conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes. Avant que le RN lui trouve un poste d’assistant parlementaire. Candidat pour le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon en 2014 dans le 8e arrondissement de Lyon, il avait alors face à lui Christophe BOUDOT, seul conseiller municipal du RN à Lyon.

Les têtes de liste dans les 14 circonscriptions

Circonscription A « Lyon Ouest »

  • Modem : Bertrand JABOULEY (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • Liste Les Centristes : Christelle MADELEINE

Circonscription B « Lyon Centre »

  • Modem : Danielle ATTIAS (cheffe de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • Liste Les Centristes : Denis BROLIQUIER

Circonscription C « Lyon Sud »

  • Modem : Benoît COURTIN (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • Liste Les Centristes : Fabrice DESJAMES

Circonscription D « Lyon Sud-Est »

  • Modem : Eric DESBOS (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)

Circonscription E « Lyon Est »

  • Modem : Fouziya BOUZERDA (cheffe de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)

Circonscription F « Lyon Nord »

  • Modem : Catherine PANASSIER (cheffe de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • Liste Les Centristes : Laurence CROIZIER

Circonscription G « Villeurbanne »

  • Modem : Maxime BISCHOFFE (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • Liste Les Centristes : Marc ATTALAH
  • LREM : le député de la circonscription Bruno BONNELL a annoncé qu’il est candidat à l’investiture pour être chef de file. De même que Prosper KABALO, actuel 1er adjoint à la mairie de Villeurbanne et candidat investi par son parti pour les municipales.
  • Liste « Villeurbanne en commun » (soutenue par La France Insoumise) : Laurent LEGENDRE
  • PCF : Benoît ROUX (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)

Circonscription H « Rhône Amont »

  • Modem : Frédéric HERLEMONT (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • Parti Radical : Hervé BOCQUET (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)

Circonscription I « Porte des Alpes »

  • Modem : François-Xavier PENICAUD (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)

Circonscription J « Portes du Sud »

La maire sortante de Vénissieux, Michèle PICARD, a été investie par son parti (PCF) sur la circonscription sur laquelle se trouve sa commune. La maire de Saint-Fons, Nathalie FRIER (sans étiquette) se représente aux prochaines municipales et ne serait pas contre mener une liste sur cette circonscription. L’élue appartient au groupe Synergie au conseil de la Métropole et fait partie de ceux qui sont restés fidèles à Gérard Collomb.

  • Modem : Saliha MERTANI (cheffe de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • PCF : Michèle PICARD (cheffe de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • Liste LR : Christophe GIRARD

Circonscription K « Lônes et Coteaux »

Le sénateur François-Noël BUFFET a annoncé le 18 octobre qu’il est tête de liste dans cette circo qui comprend notamment Oullins dont il a été maire de 1997 à 2017. Jean-Luc DA PASSANO, maire d’Irigny ne briguera pas de nouveau mandat dans sa commune mais souhaite mener une liste pour la Métropole. Sous quelle bannière ou plutôt au service de qui ? Membre de la majorité sortante à la Métropole, il n’a pas officiellement « choisi son camp » entre Gérard Collomb et David Kimelfeld.

  • Modem : Carinne FRAPPA-ROUSSE (cheffe de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement
  • LR : François-Noël BUFFET

Circonscription L « Ouest »

  • Modem : Cyrille ISAAC-SIBILLE (chef de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)

Circonscription M « Val de Saône »

  • Modem : Françoise MAGNIN (cheffe de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
  • Liste Les Centristes : Jérôme DE MOURGUES

Circonscription N « Plateau Nord – Caluire »

  • Modem : Emmanuelle PELLUET (cheffe de file, dans l’attente d’un éventuel rassemblement)
L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Les trottinettes électriques encadrées : où en est-on à Lyon ?

par Rue89Lyon. 2 150 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Saint-Étienne renonce à tester l’audiosurveillance sur avis de la CNIL

par Rue89Lyon. 422 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vous êtes supporter de l’OL ? Adoptez les gestes qui sauvent

par Rue89Lyon. 731 visites. Aucun commentaire pour l'instant.