Société 

Le Vieux Lyon ne veut pas devenir « Facho land » (saison 2)

actualisé le 18/04/2017 à 22h40 : Mise à jour le 18 avril, avec notre article sur les intimidations faites à notre journaliste, auteur de cet article.

L’extrême droite radicale gagne du terrain dans le Vieux Lyon.

Commerçants, habitants, responsables associatifs sonnent l’alarme auprès des autorités alors que la présence de cette extrême droite se fait de plus en plus insistante.

>> À lire également : « Facho land » : intimidations après notre article sur l’extrême droite dans le Vieux Lyon <<

En avril 2011, les identitaires officialisaient l’ouverture de leur bar-salle de réunion, la Traboule, dans le Vieux Lyon, montée du change. C’était le premier groupuscule de l’extrême droite radicale à avoir pignon sur rue dans ce quartier historique de Lyon.

Quelques mois plus tard, commerçants et les habitants dénonçaient la multiplication d’agressions et de dégradations. La mairie et la préfecture étaient alertées sur le sujet. Six ans plus tard, deux autres groupuscules ont implanté leurs locaux et les identitaires ont ouvert une salle de boxe.

À chaque groupuscule, ses locaux

1. Les identitaires : une MJC et une salle de boxe

Ce sont les plus anciens à être installés dans le quartier, Montée du change. Aujourd’hui, leur proximité avec le Front national est assumée, lors des meetings ou lorsqu’il s’agit de prêter main forte au FN lyonnais.

Six jours après l’ouverture de leur local appelé « la Traboule », ils ont transformé la cave en une salle de boxe inaugurée en janvier dernier.

Au total, les identitaires peuvent revendiquer « 180 m2 » dans le Vieux Lyon dont une salle pour « apprendre l’auto-défense ». En janvier, 70 personnes auraient été « à jour de leurs cotisations ».

Quant à la Traboule, sorte de « MJC » avec une couleur extrême droite, elle est ouverte toutes les fins de semaine. Cinquante « militants actifs » y seraient rattachés sans compter les sympathisants.

Conférence de presse à l'Agogé, club de boxe identitaire le 27 janvier 2017 à Lyon ©Léo Germain/Rue89Lyon.

Arnaud Delrieux, le responsable de Génération identitaire lors de la conférence de presse inaugurale de « l’Agogé », leur salle de boxe, 27 janvier 2017 ©Léo Germain/Rue89Lyon.

2. Le PNF : un local politique et un bar

En juillet 2013, à la suite de la mort de Clément Méric, le ministère de l’Intérieur entérinait la dissolution de l’Oeuvre française et de sa branche « jeune », les Jeunesses nationalistes. Deux groupuscules d’extrême droite qui avaient Lyon pour base arrière et Pétain pour modèle.

Un an plus tard, rue Saint-Georges, Yvan Benedetti, ex-dirigeant de l’Oeuvre, ouvrait un local.

Il y a un an, il réactivait le Parti nationaliste français (PNF) et devenait son porte-parole. À l’automne 2014, un bar du quartier « Par Saint-Georges » a été repris par un propriétaire qui ne cache pas ses affinités avec l’extrême droite nationaliste.

Aujourd’hui, le local des amis d’Yvan Benedetti, appelé « la Maison bleue », ne serait plus utilisé.

Rue Saint-Georges, dans le Vieux Lyon. ©LB/Rue89Lyon

Rue Saint-Georges, dans le Vieux Lyon, là où se sont implantés les nationalistes d’Yvan Benedetti. ©LB/Rue89Lyon

3. Le GUD : deux boutiques et un local à Saint-Just

Le GUD pour « Groupe union défense » se présentait comme un syndicat étudiant. Depuis sa re-formation à Lyon à la rentrée 2011, le GUD revendique deux « territoires » : l’Université Lyon 3 (une image dont l’institution tente de se débarrasser de longue date) et le Vieux Lyon.

Ses militants sont responsables de nombreuses agressions racistes (lire ici ou ) ou dirigées contre ceux qu’ils considèrent comme « gauchistes ».

Ces « gentlemen fascistes » (comme ils se définissent) ont ouvert deux boutiques dans le Vieux Lyon.

Rue Juiverie, « Made in England » a ouvert en avril 2016. C’est un petit magasin de vêtements de marques appréciées par les militants d’extrême droite (mais pas que) : Fred Perry, Ben Sherman ou Merc.
Si ce magasin n’accueille pas d’activité politique, il a été ouvert par deux dirigeants du GUD : Steven Bissuel (âgé de 22 ans, de Lyon) et Logan Djian (âgé de 27 ans, venu de Paris).

Ce dernier, tatouage division Charlemagne sur un bras, a été mis en examen pour « violences aggravées » après l’agression d’un des anciens responsables de ce groupuscule en novembre 2015, comme l’avait révélé Mediapart. Pour cette affaire, il a été interdit de séjour à Paris et a dû s’exiler. D’où son arrivée à Lyon, il y a un an.

La boutique "Made in England" dans le Vieux Lyon tenue par deux dirigeants du GUD ©LB/Rue89Lyon

La boutique « Made in England » dans le Vieux Lyon tenue par deux dirigeants du GUD ©LB/Rue89Lyon

En septembre 2016, c’est un salon de tatouage qui a ouvert à quelques dizaines de mètres, le « Point d’encrage » (on note le jeu de mots ancrage/encrage), rue Lainerie. A la tête de ce « tattoo shop », on trouve toujours Logan Djian.

Parmi les tatoueurs de passage, on retient surtout Daniele Castellani dit “Pasquino” qui a exercé ses talents jusqu’à fin février. Comme le relevait Lyon Capitale, ce jeune Italien originaire de Rome s’est présenté aux deux dernières élections municipales sur les listes du mouvement néofasciste Casapound.

Idem, dans cette boutique rien de directement politique pour celui qui ne connaît pas les codes et les figures tutélaires propres à ce milieu.

Parmi les premières photos postées sur Facebook par « Pasquino » à Lyon, apparaît le visage de Dominique Venner, un essayiste, considéré comme un martyr par l’extrême droite.

"Le Point d'encrage", le salon de tatouage du GUD dans le Vieux Lyon. ©LB/Rue89Lyon

« Le Point d’encrage » dans le Vieux Lyon. Le salon de tatouage de Logan Djian, l’un des responsables du GUD ©LB/Rue89Lyon

Quelques semaines après l’ouverture du magasin de tatouage, le GUD inaugurait discrètement son local politique, le « Pavillon noir ». Situé dans le quartier Saint-Just, sur la colline de Fourvière, ce rez-de-chaussée commercial d’environ 40 m2 (avec mezzanine) accueille les activités du groupuscule.

En janvier dernier, on pouvait par exemple y rencontrer les membres de deux groupes de black metal néonazi après leur concert de la veille, dans la région.

Une conférence de Pierre Vial, le président de Terre et Peuple le 3 février dernier au "Pavillon Noir", le local du GUD à Lyon. Capture d'écran Twitter.

Conférence de Pierre Vial, le président de Terre et Peuple, le 3 février dernier au « Pavillon Noir », le local du GUD à Lyon. Capture d’écran Twitter.

Les associations culturelles en première ligne

C’est l’arrivée sur le quartier des boutiques liées au GUD et l’ouverture de la salle de boxe des identitaires qui a relancé les inquiétudes.

Un courrier signé par deux structures culturelles, la MJC du Vieux Lyon et la Maison des passages, a été envoyé à la mairie centrale. Un rendez-vous sur le sujet a rapidement été fixé au 31 mars prochain avec tous les acteurs concernés et des élus, dont le 1er adjoint et l’adjoint à la sécurité.

En première ligne sur cette question, ces associations sont régulièrement la cible des groupuscules.

Le quartier et particulièrement la MJC, implantée place Saint-Jean, connaissent des collages de plus en plus réguliers d’autocollants. Selon son directeur, Antoine Tasseau, c’est un « marquage du territoire » :

« Mais au-delà de ce marquage, c’est le caractère agressif de ces groupes qui nous inquiète. Le GUD est connu pour être l’un des groupuscules les plus violents. Et les identitaires s’agrandissent avec l’ouverture d’une salle de boxe ».

La MJC a aussi connu l’intimidation physique quand une dizaine de militants d’extrême droite sont venus toiser la chorale « Chant’sans pap’Yé » au printemps dernier. Il a fallu exfiltrer les participants.

« Avec ce qui nous est arrivé et ce qui s’est passé à la Maison des passages, on se pose des questions. Si on organise un débat ou une activité qui ne leur va pas, qu’est-ce qu’on fait ? On s’autocensure ou on continue ? »

La Maison des passages est un lieu qui promeut l’interculturalité et la « créolisation sociale ». Or l’association est située rue Saint-Georges, à quelques mètres des nationalistes d’Yvan Benedetti.

L’association a subi une descente musclée, la couverture de son extérieur avec des autocollants et dernièrement des vitres cassées qui ont conduit à l’annulation d’un meeting le 26 février dernier.

La porte vitrée brisée du bureau de la Maison des passages. Photo prise le dimanche 26 février. ©DR

La porte vitrée brisée du bureau de la Maison des passages. Photo prise le dimanche 26 février. ©DR

Le responsable de la Maison de passages est celui qui montre le plus d’inquiétude :

« On est passé au stade de l’intimidation avec ces photos où on voit des militants du PNF posés devant notre local. Très franchement, on s’interroge sur ce qu’on peut faire pour ne pas perdre notre âme et ne pas se mettre en danger. On n’est pas une organisation paramilitaire. On ne peut pas transformer notre local en fortin ! »

Le photographe et habitant du quartier Yves Neyrolles est un ancien président de la Renaissance du Vieux Lyon (RVL), l’association historique à qui l’on doit le classement au patrimoine mondial de l’Unesco.

Même s’il précise que l’association n’est pas directement associée à la démarche, il a tenu à appuyer cette remobilisation des acteurs du Vieux Lyon :

« Ce quartier appartient à tout le monde. Nous dénonçons ces tentatives d’appropriation à travers ces implantations sournoises. »

Il rappelle que l’association la Renaissance du Vieux Lyon alerte régulièrement la Ville de Lyon pour les autocollants qui tapissent les plaques de rue, notamment celles de la rue Juiverie régulièrement prises pour cible.

Autocollants sur le panneau de la rue Sainte-Croix ©Neyrolles

Autocollants sur le panneau de la rue Sainte-Croix ©Neyrolles

« C’est l’image du quartier qui en prend un coup »

Fait nouveau, le conseil de quartier monte également au créneau. Plus habitué à s’occuper des aménagements des espaces publics et de la propreté, le « conseil quartiers anciens » s’est associé aux structures directement confrontées à la question.

Le directeur de la MJC s’en explique :

« Nous avons ouvert notre démarche à d’autres organes du quartier car on a atteint un cap inédit et inquiétant. »

Philippe Carry, « l’horloger de Saint-Paul », a, lui aussi, de nouveau répondu présent :

« Avec ces nouvelles implantations, c’est l’image du quartier qui en prend un coup. Comment va-t-il s’en relever ? »

Il dénonce plus particulièrement un « détournement de patrimoine » :

« Le patrimoine a vocation à unir les personnes et non à les diviser. Il est presque toujours issu d’origines culturelles multiples. Il appartient à la mémoire collective. Or, quand celle-ci est dépouillée de sa vérité, ou est ré-écrite, on n’est plus en mesure de conserver l’authenticité du patrimoine (son histoire, son évolution, ses valeurs d’union, de partage, de transmission) et de le sauvegarder.

Enfermer le patrimoine dans le seul registre mono-identitaire, c’est le faire tout simplement mourir. »

« Le Vieux Lyon est une terre de métissage »

Tous ces acteurs rencontrés considèrent qu’il faut sortir de la posture « moins on en parle, mieux on se porte ».

« Il faut d’abord que ça se sache pour que les bailleurs ne louent pas à des groupuscules », affirme le directeur de la MJC.

Outre une demande immédiate de renforcement de la sécurité, ces acteurs du Vieux Lyon demandent à la mairie centrale de relayer voire de co-organiser des « actions de communication conjointes montrant que le quartier du Vieux Lyon est avant tout un quartier d’ouverture à l’autre où les différences sont des atouts et non des freins ».

Cela avait déjà été évoqué mais il n’y avait pas eu de suite.

Le responsable de la Maison des passages insiste :

« Il faudrait que la Ville et la Métropole utilisent a minima leurs publications (comme Lyon Citoyen ou le journal de la Métropole) pour rappeler que Lyon et particulièrement le Vieux Lyon sont des terres de métissage ».

Yves Neyrolles abonde dans le même sens :

« Ce quartier a toujours été ouvert sur le monde et l’Europe. Aujourd’hui, cette ouverture se poursuit, notamment à travers le tourisme et les activités d’artisanats. »

Et Antoine Tasseau, le directeur de la MJC, conclut :

« il faut surtout qu’on martèle un discours autre : le Vieux Lyon est un lieu de mixité et un quartier innovant où il fait bon vivre, comme dans tous les autres quartiers lyonnais. »

La prochaine Marche des fiertés dans le Vieux Lyon ?

Pour lutter contre cette tentative d’appropriation du quartier, les organisateurs de la Marche des fiertés tiennent à ce que le défilé LGBT passe par le Vieux Lyon, quai Romain Rolland, le 17 juin prochain.
Une demande de parcours a été déposée dans ce sens à la préfecture. On attend la réponse.

En 2015, le préfet du Rhône de l’époque (Jean-François Carenco) avait décidé d’interdire le passage de la Marche des fiertés dans le quartier.

Sollicitée par Rue89Lyon, la préfecture du Rhône n’a pas donné suite. « Période de réserve » oblige relative à la campagne électorale, le préfet ne communiquera pas sur le sujet de l’extrême droite dans le Vieux Lyon mais une porte-parole nous indique que le nouveau préfet est dans « la continuité du précédent »; comprendre Michel Delpuech, parti depuis en Ile-de-France.

Celui-ci, dans un courrier en réponse à un conseiller du 5ème arrondissement, insistait sur la mobilisation des services de police et particulièrement des renseignements territoriaux, ce qui devait passer par des contrôles des locaux.

Bertrand Artigny (EELV) avait écrit au préfet pour lui faire part de sa « profonde inquiétude » au sujet de ces implantations.

L’adjoint à la sécurité, Jean-Yves Sécheresse, insiste pour dire que les autorités sont « vigilantes » sur le sujet et devront l’être encore plus dans les prochains mois :

« L’élection présidentielle pose la question des débouchés politiques de l’extrême droite. Il faudra voir comment ces groupuscules vont réagir. Dans un sens comme dans un autre. »

L’adjoint explique que la politique de la Ville de Lyon en la matière porte essentiellement sur les établissements recevant du public dont cette catégorie relève de la compétence de la municipalité.

« Je suis intervenu ou je vais intervenir », précise l’élu.

À propos de la Marche des fiertés de juin prochain, il annonce qu’il appuiera la demande des organisateurs auprès de la préfecture :

« On essaiera de faire en sorte que la manifestation se tienne telle qu’ils la souhaitent ».

Le « Collectif de vigilance contre l’extrême droite » réactivé il y a quelques mois, appuie cette remobilisation des acteurs du quartier. Ce collectif rassemblant des organisations de gauche et d’extrême gauche s’était particulièrement mobilisé pour demander la fermeture du local néonazi dans le quartiers de Gerland.

En mai 2011, la Ville de Lyon avait trouvé le moyen administratif pour le fermer.

Partager cet article

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.
En BREF

A Lyon, premier pic de pollution aux particules fines de l’automne

par Rue89Lyon. 1 169 visites. 3 commentaires.

Le plus gros squat de la Guillotière expulsé

par Laurent Burlet. 2 526 visites. 1 commentaire.

Salon des vins à Lyon : un happening exceptionnel autour de cuvées rares ou épuisées

par Antonin Iommi-Amunategui. 516 visites. Aucun commentaire pour l'instant.