Habillage
[Portrait électeur 1/10] A Villeurbanne, Monique votera Cédric Van Styvendael pour « aménager » son HLM
Elections 2020 : l’oeil des étudiants de Lyon 2  Politique 

[Portrait électeur 1/10] A Villeurbanne, Monique votera Cédric Van Styvendael pour « aménager » son HLM

actualisé le 06/03/2020 à 10h47

Pour le premier tour des élections municipales de 2020, Monique votera pour Cédric Van Styvendael, le candidat socialiste à la mairie de Villeurbanne. En situation de handicap et vivant en-dessous du seuil de pauvreté, elle espère voir son quotidien changer.


Avec « L’œil des étudiants de Lyon 2 », nous inaugurons une nouvelle rubrique consacrée aux élections municipales et métropolitaines de mars 2020 dans l’agglomération lyonnaise.
Nous ouvrons nos colonnes à huit étudiants en dernière année du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l’université Lyon 2.

«Mettez-moi deux boîtes de conserve», indique Monique au vendeur d’une petite épicerie près de Grandclément, un des quartiers de Villeurbanne.

Cinq minutes à pied la sépare de son domicile, pourtant le trajet du retour se montre difficile.

Depuis que je suis malade j’ai du mal à me déplacer», ajoute-t-elle.

Atteinte de la maladie de Parkinson et d’une arthrodèse, Monique est aujourd’hui en situation de handicap et ne peut marcher sans l’aide de son déambulateur.

À 64 ans, elle vit dans un HLM à Villeurbanne.

« J’habite ici depuis 22 ans, à l’étage. Quand je suis tombée malade j’ai demandé à ce qu’on me déménage en bas», explique t-elle.

Aujourd’hui à la retraite, elle a occupé par le passé plusieurs postes en tant que secrétaire, d’abord pour le compte de son ex-mari, puis dans la santé publique après leur divorce.

Elle vit seule depuis que ses 3 enfants ont emménagé dans d’autres villes et bénéficie d’une infirmière qui vient la voir tous les jours depuis sa sortie de l’hôpital en 2018.

« Ce n’est pas évident de vivre seule, mais on fait avec », sourit-elle.

Pour le premier tour des élections municipales de 2020 Monique accordera son vote à Cédric Van Styvendael. ©Hélène Duros

«J’espère que Cédric Van Styvendael prendra les bons actes pour des gens comme nous”

Le 15 mars prochain, Monique a décidé d’accorder son vote à Cédric Van Styvendael, le chef de file socialiste de la liste « Villeurbanne en commun » :

« Il a l’air sympathique et puis il a été directeur des HLM pendant quelques années».

A Villeurbanne, Cédric Van Styvendael est la tête de liste de l’union de la gauche qui réunit cinq partis politiques : Parti socialise, La France insoumise, Génération.s., le parti communiste et Place publique. En 2017, l’ancien directeur d’Est Métropole Habitat a été élu président d’Housing Europe, la fédération européenne du logement social représentant 23 pays et plus de 23 000 logements sociaux.

Même si elle habite au rez-de-chaussée, elle doit toujours monter cinq marches pour rentrer chez elle, un obstacle quotidien, qui s’avère de plus en plus difficile à franchir.

«Quand ils ont refait notre immeuble, je leur ai demandé s’ils allaient faire une pente pour les fauteuils roulant, ils m’ont répondu qu’il n’y avait pas la place, alors ça m’a un peu énervé.»

Pour elle, Cédric Van Styvendael serait le candidat à élire pour améliorer ses conditions vies :

« J’attends de son élection un aménagement pour handicapés dans les HLM ni plus ni moins ».

Monique témoigne de la difficulté pour les personnes handicapées de trouver un logement social adapté, et prend l’exemple de son immeuble qui n’a pas d’ascenseur.

Avec 1 100 euros nets de retraite par mois, elle peine à finir les fins de mois et attend de Cédric Van Styvendael plus d’aide pour les plus précaires :

« J’espère qu’il aura le bon geste, la bonne parole mais surtout le bon acte pour des gens comme nous».

Issue d’une famille communiste, elle vote socialiste

Son oncle, Jean Chaintron, a été sénateur du département de la Seine sous la IV République et préfet de la Haute Vienne.

« C’était un communiste, il était très engagé. Je me rappelle des dîners qu’il organisait à la maison, ma tante faisait le service, c’était toujours très animé ».

Bercée par les idéaux communistes et anti-colonialistes de son oncle, Monique a su néanmoins se forger sa propre identité politique et adhère aux idées du parti socialiste.

« Mon oncle était vraiment quelqu’un de bien, il m’a fait aimer la politique. Mais pour moi le communiste, c’est trop extrémiste ».

Dimanche 15 mars, pour le premier tour des élections municipales, Monique ira voter à l’école primaire Léon Jouhaux rue du Nord à Villeurbanne.

« Cette année, j’aimerais moins de fausses promesses, et ça Styvendael me l’a fait sentir, j’espère vraiment qu’il va convenir.»

 

L'AUTEUR
Hélène Duros

En BREF

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie dans la Loire

par Bertrand Enjalbal. 2 804 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie dans le Puy-de-Dôme

par Bertrand Enjalbal. 456 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie en Haute-Savoie

par Bertrand Enjalbal. 11 878 visites. Aucun commentaire pour l'instant.