A Lyon, cinquième temps fort contre la réforme des retraites
Actualité 

A Lyon, cinquième temps fort contre la réforme des retraites

actualisé le 16/01/2020 à 15h26

Après 42 jours de grève des cheminots et les journées d’action des 5, 10, 17 décembre et 9 janvier contre le projet de système de retraites universel par points, l’intersyndicale appelle à « poursuivre et renforcer la grève ».
Ce jeudi 16 janvier, une manifestation partira une nouvelle fois à 11h30 de la Manufacture des tabacs pour rejoindre la place Bellecour.

[Mise à jour le 16/01 à 14h15] Entre 6 600 et 16 000 personnes ont manifesté (selon la police ou la CGT) ce 16 janvier à Lyon. Soit quasiment deux fois moins de monde que le 9 janvier dernier.

Après une manif du samedi (15 000 personnes selon la CGT) et une petite manif du mardi (entre 1 700 et 5 000 personnes selon la police ou la CGT), l’intersyndicale lyonnaise (CGT, FO, FSU, Solidaires, CGC, les CNT, Unef et UNL) appelle à une cinquième grosse manifestation, ce jeudi, contre la réformes des retraites.

C’est donc une nouvelle fois le grand parcours, à savoir la descente du cours Gambetta au départ de la Manufacture des tabacs, qui a été choisi.
Après l’affluence du 17 décembre (entre 17 000 et 40 000 et personnes selon la police ou la CGT), le mouvement contre la réforme des retraites n’avait pas connu de trêve pendant les fêtes à Lyon comme ailleurs. Petites manifs et surtout la grève des cheminots s’étaient poursuivies.

Pour la première journée d’action de janvier, jeudi 9, la participation a baissé. Entre 11 000 et 27 000 personnes (selon la police ou la CGT) ont défilé à Lyon.

Le cortège des cheminots CGT lors de la manifestation du 9 janvier. ©LB/Rue89Lyon

Le cortège des cheminots CGT lors de la manifestation du 9 janvier. ©LB/Rue89Lyon

A la recherche de relais dans le privé

Pour ce deuxième temps fort de janvier (le cinquième depuis le début du mouvement), les syndicats opposés à la réforme ne désarment pas même s’ils souhaiteraient que d’autres secteurs, notamment dans le privé, prennent le relais des cheminots et se mettent en grève.

Les syndicats avaient appelé dès le 9 janvier « à poursuivre et renforcer la grève, y compris reconductible (…) pour maintenir et augmenter le rapport de force ».
Dans ce communiqué de presse, malgré un conflit qui dure, les organisations de l’intersyndicale tiraient un bilan positif de ce mouvement social :

« La grève et les mobilisations continues depuis le 5 décembre ont contraint le gouvernement à des reculs, et notamment à concéder le maintien de dispositions spécifiques dans plusieurs secteurs et professions. La prétendue universalité de cette réforme n’existe donc plus ! »

Nouvelle interdiction de manifester

Après avoir fait relâche pour la grosse manif du 9 janvier, la préfecture du Rhône a pris un nouvel arrêté interdisant les manifestations dans certaines zones du centre-ville de Lyon.
Comme au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », le préfet du Rhône avait pris des arrêtés le 5 décembre et pour la Fête des Lumières. Ça avait continué le 10 décembre puis le 12 décembre, durant le week-end des 14 et 15 décembre mais aussi les pendant les vacances de Noël.

Pour ce 16 janvier, la préfecture du Rhône a fait un copier-coller du périmètre d’interdiction de l’arrêté du 10 décembre. Il interdit les manifestations dans une partie du la Presqu’île lyonnaise ce mardi, de 8h à 22h, de la place Bellecour à la place des Terreaux ainsi que rue Victor Hugo (voir le périmètre ci-dessous).
Dans son arrêté, a préfète déléguée pour la défense et la sécurité, Emmanuelle Dubée justifie cette interdiction par les précédentes manifs de « gilets jaunes » et par les affrontements qui ont eu lieu entre manifestants et policiers.


Etat des lieux des grèves contre la réforme des retraites

Les cheminots poursuivent toujours une grève reconductible depuis le 5 décembre, le niveau de grévistes.

1. Dans les transports : les cheminots toujours en pointe; de plus en plus de trains circulent

Pour ce ce jeudi 16 janvier, la direction de la SNCF annonce 1 TER sur 2 alors qu’il y en avait 1 sur 5 en Auvergne-Rhône-Alpes, le 9 janvier et le 17 décembre, selon la même source.
Pour les TGV, la direction prévoit un trafic quasi-normal entre Lyon et Paris : 23 allers et 22 retours.

Le 9 janvier, la CGT Cheminots de Lyon s’était fendu d’un communiqué annonçant ses propres estimations : 14% de TER.

A noter que la CGT a déposé un préavis de grève pour les TCL. Aucune perturbation dans le trafic n’est annoncée.

2. Quelle grève dans les écoles ?

Ce jeudi devrait être encore une journée importante de mobilisation chez les profs. Mais, comme pour la semaine dernière, aucune estimation. Le 17 décembre, le SNUIPP estimait qu’entre 40 % à 60 % des enseignants du 1er degré allaient être en grève. Au niveau de l’académie de Lyon, le rectorat donnait les chiffres de 23,8% enseignants du 1er degré grévistes et 22,8% du 2nd degré.

Le 9 janvier, ces chiffres du rectorat étaient passés à 16,72% dans le 1er degré et à 15,9% pour le 2nd degré.

3. Les avocats dans la rue avec la CGT et renvois systématiques des affaires

Depuis la reprise de janvier, le mouvement s’est durci chez les avocats lyonnais. Profession libérale oblige, les modalités de mobilisation sont très particulières.

Le conseil de l’ordre a ainsi voté le principe d’une « grève totale et générale » pour toute la semaine du 6 janvier puis une AG a voté le 10 janvier le principe d’une grève illimitée. Depuis dix jours, les tribunaux lyonnais sont fortement perturbés.

Cette grève a eu des conséquences sur toutes les audiences y compris le contentieux de la liberté. Le bâtonnier ne désigne plus d’avocats « commis d’office » pour les comparutions immédiates, le tribunal administratifs ou encore le juge des libertés.

Par ailleurs, les avocats sont toujours encouragés à demander systématiquement le renvoi des affaires dans toutes les juridictions (correctionnelles, civile ou administrative). Le procès du père Preynat a ainsi été reporté d’une journée.

Et jeudi 9 janvier, les avocats se sont également mobilisées dans la rue lyonnaise, Où l’on comptait environ 200 robes noires à manifester parmi les chasubles et les drapeaux de la CGT. Du jamais vu. On devrait les retrouver pour cette cinquième journée d’action interprofessionnelle.

Environ 200 avocats avec à leur tête le nouveau bâtonnier de Lyon, Serge Deygas, ont manifesté jeudi 9 janvier au milieu des différents cortèges de la CGT. ©LB/Rue89Lyon

Environ 200 avocats avec à leur tête le nouveau bâtonnier de Lyon, Serge Deygas, ont manifesté jeudi 9 janvier au milieu des différents cortèges de la CGT. ©LB/Rue89Lyon

4. Raffinerie de Feyzin

A la suite de l’appel de la CGT-Chimie de bloquer les raffineries françaises, la raffinerie de Feyzin connaît une grève depuis le 7 janvier qui empêche la distribution des produits pétroliers.

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% indépendant. Participez, témoignez et soutenez la presse locale !

En BREF

2ème pic de pollution à Lyon de la saison, mise en place de la circulation différenciée

par Rue89Lyon. 343 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Deuxième anniversaire des Gilets jaunes : une manifestation ce samedi à Lyon

par Rue89Lyon. 505 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’engagement de la préfecture sur l’hébergement d’urgence : « On va répondre à la demande mi-décembre »

par Pierre Lemerle. 290 visites. Aucun commentaire pour l'instant.