Habillage
Arthur, 23 ans : « Des policiers m’ont cassé la gueule, littéralement »
Société 

Arthur, 23 ans : « Des policiers m’ont cassé la gueule, littéralement »

actualisé le 12/12/2019 à 05h26

Il parle avec difficulté et ne reconnaît ni sa voix ni sa diction tandis qu’il livre son témoignage à Rue89Lyon par téléphone, depuis l’hôpital Edouard Herriot. Et pour cause, Arthur Naciri, 23 ans, a perdu neuf dents après avoir été passé à tabac par des policiers, ce mardi 10 décembre vers 13 heures, à Lyon.

Il devait intégrer son poste de barman au Club Med d’une station de ski cette semaine, pour la saison d’hiver. Avant cela, Arthur, qui habite près d’Antibes, avait voulu faire un arrêt à Lyon pour y retrouver des amis et des membres de sa famille, comme il le fait régulièrement.

« Je suis sorti de chez mon ami et, une fois dans la rue, j’ai vu qu’il y avait une manifestation. Je n’étais pas au courant avant. J’y suis plutôt favorable car je ne suis pas d’accord avec les lois qui se préparent. J’ai donc marché, mais très honnêtement je me sens plutôt suiveur qu’acteur. J’étais tranquille, je mangeais parce que c’était midi. Je comptais après m’acheter des fringues pour mon job à la montagne », raconte Arthur.

Le jeune homme raconte être arrivé avec le cortège à Bellecour, où le climat se tend très rapidement, notamment sur la place (lire l’article et le suivi de la manifestation contre le projet de réforme des retraites, par Rue89Lyon). Des échauffourées ont lieu, tirs de projectile, de gaz lacrymogènes – tout ce dont Arthur veut s’éloigner, en se rendant à l’exact opposé, « vers le Monoprix » détaille-t-il.

Un groupe de policiers se trouve posté là. Arthur raconte avoir entendu un échange entre l’un des policiers et un syndicaliste, « un vieux de la CGT », selon sa description.

Arthur se souvient avoir voulu applaudir le « type de la CGT qui a répondu » mais n’avoir même pas eu le temps d’actionner ses mains.

« Ils m’ont laissé au sol, comme ça. J’aurais pu être mort »

« Tout s’est passé très vite, je n’arrive toujours pas à comprendre. Je me suis senti attraper par derrière, par la capuche. J’ai reçu un coup de poing à l’arrière de la tête puis j’ai reçu un coup de matraque au visage, en plein dans la bouche. Il m’a été donné comme un coup droit au tennis, de bas en haut. Le policier y est allé avec toute sa force.

Puis j’ai été mis à terre, j’ai reçu plusieurs coups de poing. Quand ils ont fini par arrêter, un autre CRS est venu me donner un coup de pied dans le genou en me disant ‘bien fait pour ta gueule’. »

Arthur Naciri, quelques minutes après avoir été passé à tabac par des CRS place Bellecour. Crédit : Bastien Doudaine.

Arthur Naciri, quelques minutes après avoir été passé à tabac par des policiers place Bellecour. Crédit : Bastien Doudaine.

Arthur raconte les faits en essayant d’être clair, sans précipitation – « c’est normal, ça fait 7 heures que j’attends à l’hôpital, j’ai eu le temps de redescendre ». Il ajoute, concernant les violences subies quelques heures plus tôt :

« Ils m’ont laissé au sol, comme ça. J’aurais pu être mort, c’était la même chose. Pour vous dire, je crois que c’est un SDF qui est venu m’aider à me relever. J’étais sonné. »

« Aujourd’hui, je comprends vraiment ce qu’on appelle ‘violences policières' »

Plusieurs personnes sont témoins de la scène, avant qu’Arthur ne soit pris en charge et transporté par des pompiers. Et notamment Bastien Doudaine, médecin de profession mais aussi « photographe bénévole ». Il suit depuis quelques temps les manifestations et mouvements pour lesquelles il se sent « en soutien », muni d’un très bon appareil. C’est lui qui a contacté la rédaction de Rue89Lyon.

Arthur, 23 ans, traîné au sol par des CRS avant d'être battu. Crédit : Bastien Doudaine.

Arthur, 23 ans, traîné au sol par des policiers avant d’être battu. Crédit : Bastien Doudaine.

Arthur battu par des CRS entre le kiosque à journaux et un arbre de la place Bellecour. Crédit : Bastien Doudaine.

Arthur battu par des policiers entre le kiosque à journaux et un arbre de la place Bellecour. Crédit : Bastien Doudaine.

Le médecin essaie lui aussi d’être précis dans sa description :

« Je l’ai vu être emmené par des policiers entre le kiosque à journaux et un arbre, puis d’autres policiers se sont placés devant, nous empêchant d’approcher et je n’ai pas pu photographier ce qui se passait ».

Des propos corroborés par une vidéo que nous avons pu visionner et qui circule sur les réseaux sociaux, prise par un manifestant. Celui-ci, prénommé Jean-Luc, a par ailleurs été blessé au coude, jusqu’au sang, par un tir de flashball, pendant qu’il filmait la scène de violences subies par Arthur.

Sur les photos comme sur la vidéo, on voit clairement des policiers en civil et en uniforme s’en prendre à Arthur, sans que l’on puisse distinguer leur unité d’appartenance. Vu leurs équipements, il ne s’agit pas d’unités spécialisées dans le maintien de l’ordre public comme les CRS ou les gendarmes mobiles.

Quant à Bastien, il se dit « très choqué » :

« Aujourd’hui, je comprends vraiment ce qu’on appelle ‘violences policières‘. En me rendant à la manifestation ce matin, je ne m’attendais pas à assister à une scène pareille. C’était tendu à Bellecour, ils ont sorti le canon à eau, etc., mais ce que j’ai vu n’est justifié par rien. »

Arthur se demande s’il va pouvoir rejoindre le lieu de son nouveau travail, alors que, entre deux postes, il n’a pas d’allocations chômage.

Le visage très enflé et la bouché édentée, le jeune homme a obtenu un peu avant minuit les résultats d’un scanner ; ce que le médecin qui l’a reçu vers 15 heures à « HEH » avait soupçonné a été confirmé : il a une fracture de la mâchoire supérieure.

Arthur a l’intention de déposer plainte ce mercredi.

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.

En BREF

A Lyon, y aura-t-il une « journée massive » de grève ce vendredi contre la réforme des retraites ?

par Rue89Lyon. 1 522 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« J’ai des collègues sans vraiment en avoir » : le coworking contre l’isolement

par Emma Delaunay et Laurent Burlet. 855 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

4ème pic de pollution à Lyon : et revoilà la circulation différenciée

par Rue89Lyon. 761 visites. 1 commentaire.