Habillage
La composition et les élu•es du prochain conseil municipal de Lyon
Politique 

La composition et les élu•es du prochain conseil municipal de Lyon

actualisé le 01/07/2020 à 01h14

Voici la composition du prochain conseil municipal de Lyon. Les écologistes de Grégory Doucet, prochain maire, auront à eux seuls la majorité absolue. Sans même compter sur leurs alliés de gauche. Retrouvez la composition et le nom des élu•es.

(Majorité municipale = 🟢 + 🔴 + 🟣)
Survoler le graphique pour voir les noms de tous•tes les élu•es

Majorité absolue pour les écologistes au conseil municipal de Lyon

Les écologistes sont assurément les grands vainqueurs de ces élections municipales 2020 à Lyon. Les élus issus des listes de Grégory Doucet au premier tour seront 40 au total. Soit deux unités de plus que la majorité absolue.

Sauf défection dans leurs rangs, ils peuvent donc théoriquement se passer de leurs allié•es de gauche. Les élu•es issu•es des listes de Nathalie Perrin-Gilbert (Gram, LFI) et de Sandrine Runel (PS, PCF et alliés) obtiennent 11 sièges au total. La nouvelle majorité « écologiste et de gauche » obtient donc une majorité écrasante au sein du futur conseil municipal de Lyon avec 51 sièges sur 73.

Les écologistes renversent le rapport de force, à gauche

Les écologistes à Lyon ont complètement renversé en 2020 le rapport de force à gauche. En 2001 et 2008 ils s’étaient alliés aux socialistes de Gérard Collomb dès le premier tour. En 2008, ils obtenaient ainsi 9 sièges au conseil municipal. En 2014, ils avaient fait alliance avec le maire sortant seulement au second tour, n’obtenant alors que 3 sièges dans le dernier conseil municipal de Lyon.

En 2020, la nouvelle assemblée appelée à s’installer ce vendredi 3 juillet n’aura plus le même visage à gauche. Ils sont désormais la force politique leader de la gauche à Lyon. Les socialistes sont désormais leurs alliés, conservant 5 élus au conseil municipal.

Une majorité écologiste pas plus forte que celles de Gérard Collomb

La composition du conseil municipal de Lyon en 2020 est-elle si différente par rapport aux derniers mandats ? Oui, dans le rapport de force au sein de la majorité de gauche (voir plus haut). Mais pas vraiment en termes de rapport de force droite/gauche ou de nombre d’élus.

En 2008, à la tête d’une liste d’union de la gauche dès le premier tour, Gérard Collomb dispose d’une majorité municipale de 54 élus (3 de plus que la prochaine majorité). En 2014, il est réélu en s’appuyant sur une majorité de 48 élus d’union de la gauche (3 de moins que la prochaine majorité). Malgré un score dans les urnes supérieur à celui obtenu par les listes menées par Gérard Collomb en 2008 et 2014.

« Lyon en commun » lésé par rapport à « La Gauche Unie »

Au sein de la nouvelle majorité de gauche, « Lyon en commun » peut s’estimer lésée. Les élu•es issus des listes portées par Nathalie Perrin-Gilbert (Gram, LFI) obtiennent 6 sièges au conseil municipal de Lyon. Contre 5 sièges pour les élu•es issus des listes de « La Gauche Unie » (PS, PCF, alliés) portées par Sandrine Runel. Un poids sensiblement égal donc. Alors même que les listes « Lyon en commun » ont réalisé, en moyenne, 10% des voix au premier tour contre 7% pour celles de « La gauche unie ».

L’écart du score moyen entre les listes « Lyon en commun » et « La gauche unie » est certes assez faible. Toutefois, il augmente en considérant leur poids dans les voix de gauche au premier tour. « Lyon en commun » représentait alors 22% des voix de la future alliance contre 15% pour « La gauche unie ». Confirmant ainsi que les écologistes, forts de leurs résultats par rapport à leurs partenaires de gauche, ne leur ont laissé que des miettes lors des fusions de listes que nous avions analysées.

Toutefois, la cheffe de file de « Lyon en commun » Nathalie Perrin-Gilbert, sera l’adjointe à la culture de Grégory Doucet. Un portefeuille important, pour son budget comme pour son prestige, au sein de la municipalité de Lyon. De quoi contrebalancer ce poids sensiblement égal à l’autre partenaire de gauche pourtant plus faible. À moins qu’à l’inverse cette nomination explique le peu de place faite aux colistiers de « Lyon en commun ».

La droite lyonnaise poursuit sa chute

Depuis 1995, la droite lyonnaise n’en finit plus de chuter. Malgré une victoire cette année-là, elle perdait une vingtaine de sièges par rapport à 1989. Elle en perdra 10 de plus en 2001, malgré une majorité dans les urnes, voyant Lyon passer à gauche. Depuis, elle obtenait une vingtaine de sièges environ.

Le prochain conseil municipal de Lyon comptera deux moins d’élus de droite que le précédent. Si les listes d’union avec Gérard Collomb ont obtenu 22 sièges, un score équivalent à celui obtenu par la droite en 2014, elle ne représente plus que 10 sièges. L’union de la droite avec Yann Cucherat et Gérard Collomb qui ne lui a pas permis de remporter la ville et qui l’affaiblit encore plus.

La composition de tous les conseils d’arrondissements de Lyon

Voici la composition de tous les conseils d’arrondissements de Lyon. Pour voir le nom de vos élu•es, survolez les points.

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie dans la Loire

par Bertrand Enjalbal. 1 052 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie dans le Puy-de-Dôme

par Bertrand Enjalbal. 311 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : l’évolution des indicateurs de l’épidémie en Haute-Savoie

par Bertrand Enjalbal. 9 597 visites. Aucun commentaire pour l'instant.