Dans l’Ain, le concert de black metal néonazi a bien eu lieu
Actualité 

Dans l’Ain, le concert de black metal néonazi a bien eu lieu

actualisé le 12/02/2020 à 19h52

[Droit de suite] Il y a quelques jours nous évoquions la tenue prochaine d’un nouveau concert de black metal néonazi, malgré la dissolution du mouvement Blood and Honour à l’origine de ces concerts.
Ce samedi 8 février, la quatrième édition du « Call of terror » a eu lieu dans la salle des fêtes de la petite commune de Châtillon-la-Palud, à cinquante kilomètres au nord-est de Lyon, dans le département de l’Ain.

Comme d’habitude, le lieu n’a été connu qu’au dernier moment. Sur la page de la billetterie en ligne dédiée à l’événement, les organisateurs n’indiquaient qu’une aire géographique « Rhône-Alpe entre Genève et Lyon ». Le lieu précis a été communiqué par messages aux participants, seulement quelques heures avant l’ouverture des portes.

Comme nous l’expliquions, que ce soit pour organiser les tournois de free-fight ou les concerts de black metal, les néonazis utilisent toujours la même technique : louer une salle des fêtes d’une petite commune sous un faux prétexte (lire ici, et ).

Pour cette quatrième édition du « Call of terror », l’« Espace culturel de rencontre » de Châtillon-la-Palud a été réservé pour un « anniversaire ». Au Progrès, la personne de la mairie en charge de la location raconte :

« Ils avaient l’air sympa, avec un look un peu rocker et des boucles d’oreilles, pas le style skinheads, raconte la personne chargée de la location à la mairie. Je sais pas pourquoi, mais je leur ai demandé si c’était pas pour une rave-party, par hasard, parce que j’avais un doute, et ils se sont marrés ! Ils m’ont assuré que c’était juste une soirée privée avec de la musique. Ils ont visité la salle et ont payé. Ils m’ont dit qu’il y aurait seulement une centaine d’invités. »

Depuis la fin des années 2000, ces soirées se sont multipliées dans les salles municipales des petites communes de l’est et du sud de Lyon, entre Isère, Ain et Savoie. Avec une préférence pour la grande plaine du Nord-Isère. Châtillon-la-Palud vient s’ajouter à cette liste.
(Voir la carte ci-dessous; cliquez sur les points pour plus de détails)

Pas d’incident à l’extérieur de la salle, néonazisme à l’intérieur

Selon la gendarmerie, présente sur place, il n’y a pas eu d’incident à l’extérieur de la salle des fêtes de Châtillon-la-Palud. A l’intérieur, la capacité de 299 personnes aurait été largement atteinte.
Cinq groupes se sont succédés, tous faisant référence plus ou moins directement au nazisme. Parmi eux, le groupe français nommé Leibstandarte en hommage à la 1ère Panzerdivision SS « Leibstandarte SS Adolf Hitler », garde personnelle d’Hitler.

En règle générale, de l’intérieur de ces concerts nous savons peu de choses.
Après la première édition de « Call of terror », en février 2017 dans la commune de Saint-Genix-sur-Guiers, nous avions recueilli le témoignage d’un des participants, un amateur non pas de « NSBM » mais de metal.
Comme d’autres témoins, il décrivait un public de « métalleux » lambda mais qui passait leur temps à faire des saluts nazis.

Toujours la même mouvance néonazie

Cela fait quatre ans, que ces concerts « Call of terror » sont organisés dans la grande région de Lyon par le réseau Blood and Honour.

En juillet dernier, le gouvernement Philippe a dissous le « groupement de fait dénommé Blood and Honour Hexagone »

Dans le décret du 24 juillet pris en conseil des ministres, il est relevé que « le mouvement « Blood and Honour Hexagone » diffuse « une idéologie néonazie, raciste et antisémite, exaltant la « race blanche », appelant à la haine, à la discrimination et à la violence ».

Cette diffusion passe notamment par « l’organisation de concerts de musique néonazie ».

Quelques mois plus tard, cette mesure d’interdiction a eu un effet limité. C’est toujours la même mouvance néonazie qui est à l’œuvre. La différence entre avant et après la dissolution est que, aujourd’hui, les organisateurs se montrent encore plus discrets.

Pour ce concert de février 2020, ce n’est pas le premier cercle du réseau français Blood of Honour qui a fait les démarches pour réserver la salle. Selon nos informations, l’organisateur de la « fête d’anniversaire » vient de Frangy, en Haute-Savoie. Quant à celui qui a contracté l’assurance, il s’agit d’un Isérois domicilié aux Avenières. Les deux sont proches de cette mouvance néonazie.

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% indépendant. Participez, témoignez et soutenez la presse locale !

En BREF

Marche des libertés à Lyon : une première manifestation contre la loi « sécurité globale »

par Rue89Lyon. 3 330 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

2ème pic de pollution à Lyon de la saison, mise en place de la circulation différenciée

par Rue89Lyon. 425 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Deuxième anniversaire des Gilets jaunes : une manifestation ce samedi à Lyon

par Rue89Lyon. 609 visites. Aucun commentaire pour l'instant.