Habillage
[En direct] Affrontements et cortège bloqué pour la manifestation nationale des « gilets jaunes » à Lyon
Société 

[En direct] Affrontements et cortège bloqué pour la manifestation nationale des « gilets jaunes » à Lyon

actualisé le 17/05/2019 à 15h21

Pour l’acte 26 des « gilets jaunes », le rendez-vous national était fixé pour la première fois à Lyon ce samedi. La manifestation, déclarée, devait attirer du monde, elle a rassemblé entre 2000 personnes selon la police et 10 000 personnes selon Alternatiba, l’organisation écolo qui appelait à soutenir les « gilets jaunes ». 

La préfecture du Rhône a dressé un premier bilan : 22 policiers et gendarmes blessés, 2 manifestants blessés et plusieurs « dégradations de biens publics ». 9 personnes ont été interpellées.

Voici le compte-rendu réalisé en direct par Rue89 Lyon tout au long de cette journée.

19.26

La plupart des manifestants sont arrivés à Gerland. Certains ont rejoint le barbecue qui doit se tenir au parc. Ce barbecue a été déclaré en préfecture comme un rassemblement, jusqu’à 23h. Avec projection du film « J’veux du Soleil » de François Ruffin.

Barbecue au parc de Gerland. ©NM/Rue89Lyon

Barbecue au parc de Gerland. ©NM/Rue89Lyon

18.45

Notre reporter Nicolas Mayart a reçu un coup de matraque sur son téléphone alors qu’il était en train de filmer une interpellation sur les quais du Rhône, au niveau du pont Gallieni. Une violence policière de plus contre un journaliste.

18.30

La police pousse les quelques centaines de manifestants encore présents en direction de Gerland.

17.45

La préfecture du Rhône annonce sept personnes interpellées.

17.30

En ordre dispersé, des « gilets jaunes » repartent en direction de Gerland, sur les quais du Rhône, seul passage laissé libre par les forces de l’ordre. Il n’y a plus vraiment de cortège.

Sylvie, 49 ans, fonctionnaire, ne veut pas marcher en direction de Gerland comme l’a demandé le préfet du Rhône sur Twitter. Elle redoute que ça se termine « comme à chaque fois » par « matraque et gaz, si ça avance pas assez vite ». Elle fait référence aux multiples manifestations de « gilets jaunes » qui ont été canalisées par les forces de l’ordre en direction de Gerland, avec violentes dispersions et, au final, des blessés (lire ici et ). Elle ajoute :

« Pour l’instant, on est calme mais les gens commencent à s’impatienter. On a aucune information sur la situation. La police fait juste monter la pression pour que les gens pètent un plomb ».

Des manifestants partent en direction de Gerland. ©NM/Rue89Lyon

Des manifestants partent en direction de Gerland. ©NM/Rue89Lyon

17.17

L’avenue Berthelot où devait continuer la manifestation est bloquée par les CRS avec canon à eau, ainsi que le pont Gallieni et le quai Augagneur. Les manifestants ne peuvent plus avancer.

Dans un nouveau tweet, la préfecture annonce que le parcours, pourtant déclaré de la manifestation, n’a plus lieu d’être mais que le cortège peut continuer à Gerland :

« le préfet n’interdit pas la manifestation des de se tenir, mais a demandé à & à de bloquer l’accès aux rues commerçantes de pour éviter d’autres dégradations. La pourra toutefois continuer vers Gerland. »

Dans une ambiance redevenue calme, les manifestants attendent.

La police bloque l'avenue Berthelot que devait pourtant emprunter la manifestation déclarée. ©NM/Rue89Lyon

La police bloque l’avenue Berthelot que devait pourtant emprunter la manifestation déclarée. ©NM/Rue89Lyon

16.35

Le cortège a continué à avancer sur la rive gauche du Rhône malgré les lacrymos. Puis charge de la police qui fait reculer les manifestants devant l’hôpital Saint-Luc Saint-Joseph. Situation figée. La préfecture dans un tweet annonce deux nouvelles personnes interpellées pour « jets de projectiles sur les forces de l’ordre » et appelle à se « désolidariser des casseurs afin de faciliter le travail des forces de l’ordre ». Ce qui porte à quatre le nombre total de personnes interpellées depuis le début de la journée. Dans un autre tweet, la préfecture écrit que « dix policiers et gendarmes » ont été blessés depuis le départ de la manifestation.

L'avant du cortège dans les lacrymos, au niveau de l'hôpital Saint-Luc Saint-Joseph. ©NM/Rue89Lyon

L’avant du cortège dans les lacrymos, au niveau de l’hôpital Saint-Luc Saint-Joseph. ©NM/Rue89Lyon

16.10

Après une accalmie, c’est reparti au niveau de la place Raspail : de nouvelles salves de lacrymos contre jets de projectiles quai Claude Bernard. La situation est confuse. Une passante blessée après une chute pour fuir les gaz lacrymos au niveau du pont de l’université.

15.44

Premiers tirs de grenades lacrymogènes, près du cours Gambetta/pont de la Guillotière. Jets de projectiles Versus lacrymo.

15.30

Le cortège redescend la rive gauche du Rhône, quai Augagneur. Après l’hélicoptère de la gendarmerie, le canon à eau des CRS est de sortie. Une première à Lyon pour le mouvement des « gilets jaunes ».

Un canon à eau des CRS à l'angle cours Lafayette/quai Augagneur. ©NM/Rue89Lyon

Un canon à eau des CRS à l’angle cours Lafayette/quai Augagneur. ©NM/Rue89Lyon

15.18

Bien que la manifestation se déroule pour le moment dans le calme, l’hélicoptère de la gendarmerie fait sont apparition dans le ciel lyonnais.

14.54

Feux d’artifice et slogans anticapitalistes. Plusieurs milliers de personnes au départ de cette manif nationale. Actuellement sur la rive droite du Rhône, le cortège doit aller jusqu’au pont Morand pour traverser côté rive gauche.

Plusieurs milliers de "gilets jaunes" au départ de la manif nationale. Ici, quai Gailleton ©NM/Rue89Lyon

Plusieurs milliers de « gilets jaunes » au départ de la manif nationale. Ici, quai Gailleton ©NM/Rue89Lyon

14.44

La manif démarre en direction des quais du Rhône, avec les motards qui ouvrent la voie.

14.20

Mise en place de la banderole de tête de la manif nationale des "gilets jaunes" à Lyon. ©NM/Rue89Lyon

Mise en place d’une banderole de tête à la manif nationale des « gilets jaunes » à Lyon, place Bellecour. ©NM/Rue89Lyon

13.59

Sylvine Bouffaron d’Alternatiba Rhône a pris la parole devant les journalistes. Elle a rappelé que pour la quatrième fois (16 mars, 1 et et 4 mai et ce samedi), Alternatiba soutient le mouvement des « gilets jaunes » :

« Aujourd’hui, c’est un jour particulier : on vit à crédit au niveau de l’Union européenne. Il faut équilibrer la consommation de nos ressources. Pour cela il faut changer de système, cela passe par une transition sociale et écologique radicale, des mesures fortes au niveau national et européen. Nous ne sommes pas satisfaits des annonces de Macron : il ne répond ni aux urgences sociales ni aux urgences écologiques ».

13.54

Jérôme Rodrigues est arrivé place Bellecour. Après les selfies, il a fait une déclaration aux journalistes, lors d’un « point presse » :

« Je suis là pour remercier et soutenir tout ceux qui font le mouvement partout en France On parle souvent des conséquences du mouvement sur les familles des policiers jamais sur celles des « gilets jaunes ». Pourtant ce sont des personnes qui se mobilisent tous les week-ends pour plus de démocratie et de dignité. « Macron garde son cap, on garde le nôtre. C’est un mauvais capitaine, on reprend la barre. »

Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des "gilets jaunes" annoncé et présent à Lyon pour cette manif nationale. ©NM/Rue89Lyon

Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des « gilets jaunes » annoncé et présent à Lyon pour cette manif nationale. ©NM/Rue89Lyon

13.41

Deux interpellations annonce la préfecture du Rhône qui communique sur des « contrôles préventifs » réalisés, notamment à la suite de la prise d‘un arrêté ce vendredi.

13.33

Frédéric Volle, 43 ans, secrétaire régional de FO Education.
Une AG qui a réuni 150 profs à l’issue de la manifestation des fonctionnaires de jeudi dernier a voté « le soutien aux gilets jaunes. Lui qui se définit comme « de gauche » est ici pour montrer « sa solidarité et celle de ses camarades » avec les revendications des « gilets jaunes ». Mais aussi pour « la défense des services publiques, l’augmentation du pouvoir d’achat et le retrait de la loi Blanquer ».

Frédéric Volle de FO. ©NM/Rue89Lyon

Frédéric Volle de FO Education. ©NM/Rue89Lyon

13.17

Alain, 74 ans, fait tous les « actes » depuis le 17 novembre. Il voyage partout pour être de chaque manifestation nationale.
Cet ancien infirmier de Lyon va voter Rassemblement National aux élections européennes pour « marquer un désaccord avec la politique actuelle » d’Emmanuel Macron qu’il souhaite voir démissionner :

« Je suis là pour tout les retraités précaires que Macron étouffe économiquement. Ses annonces il y a deux semaines ? c’est du blablabla. L’année dernière il avait promis qu’il n’y aurait plus de SDF dans la rue. Regardez le résultat aujourd’hui et maintenant il dit qu’il souhaite aider les retraités, on va attendre encore longtemps… « 

Alain, "gilet jaune" lyonnais de la "première heure". ©NM/Rue89Lyon

Alain, « gilet jaune » lyonnais de la « première heure ». ©NM/Rue89Lyon

13.05

Les « gilets jaunes commencent à se rassembler depuis 12h30 place Bellecour, départ de la manifestation prévu pour 14h. Environ 200 personnes sont déjà sur la place. Les gendarmes mobiles procèdent à des fouilles des sacs.

Banderoles et panneaux commencent à être fabriquées.

Atelier banderoles et panneaux place Bellecour. ©NM/Rue89Lyon

Atelier banderoles et panneaux place Bellecour. ©NM/Rue89Lyon

6.00

Les « gilets jaunes » de Lyon ont souhaité se faire entendre en faisant de Lyon l’une des seules villes (avec Nantes) qui accueille une manifestation nationale ce samedi. Grâce à cet appel, ils espèrent ainsi être rejoints par des militants venus de toute la France. Certains ont même prévu de dormir au « camp régional des gilets jaunes » près de Vienne.

Sur leur réseaux sociaux, le mouvement écolo, Alternatiba, maintenant habitué à la « convergence » avec les « gilets jaunes », a de nouveau appelé ses sympathisants à venir grossir les rangs.

Le youtubeur Ramous et Jérôme Rodrigues, deux figures du mouvement, ont, eux aussi, annoncé vouloir participer au rendez-vous. Le cortège pourrait donc être plus fournis que les samedis précédents.

Deux événements ont été créé sur Facebook. Vendredi après-midi ils comptent respectivement 5 270 et 3 260 participants. Tous les deux reprennent les mots d’ordre de cette manifestation : « contre la privatisation des biens publics et la destruction des services publics ».

Pour cet manif nationale, les « gilets jaunes » lyonnais rappellent quelques unes de leurs revendications :

« le RIC en toutes matières, baisse des taxes sur les produits de premières nécessités, instauration de l’urgence climatique, reconnaissance du vote blanc ».

Quatre zones d’interdiction de manifester pour les « gilets jaunes »

Les « gilets jaunes » de l’assemblée de Lyon ont déposé une manifestation ce samedi de 12 à 19h. Le départ du cortège est annoncé à 14h de la place Bellecour, pour une arrivée au même endroit. Voir le parcours ci-dessous.

Malgré la déclaration d’une manifestation, les autorités ont décidé de mettre en place un dispositif inédit dans l’histoire locale du mouvement. Dans un communiqué de presse, la préfecture met en avant la crainte de « perturbations et d’atteintes aux personnes et aux biens ».

Dans son arrêté du 9 mai, le préfet du Rhône n’a pas mis en place un seul périmètre d’interdiction de manifester (contrairement aux derniers rassemblements des « gilets jaunes » : lire ici, , , et puis ) mais quatre. Ainsi le Vieux Lyon, le secteur Part-Dieu, la zone « Victor Hugo-Gare Perrache » et le Nord de la Presqu’île sont inaccessibles pour les manifestants sous peine de contraventions. Mais la copie préfectorale a été revue : désormais les contrevenants ne risquent plus 135 euros mais de 11 à 38 euros d’amende.

D’autres événements, en marge de la manifestation d’aujourd’hui sont également au programme. Un barbecue anti-Macron avec la projection du film de Francois Ruffin : « Je veux du soleil » est prévu dans la soirée au parc de Gerland (le rassemblement a été déclaré en préfecture), et une marche régionale des femmes « gilets jaunes » pour la journée de dimanche.

>> Direct alimenté notamment par Nicolas Mayart et Laurent Burlet

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.

En BREF

Le Prince Harry, au Sonic ce 8 mai

par Rue89Lyon. 634 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le préfet du Rhône revoit à la baisse l’amende pour participation à une manifestation interdite

par Laurent Burlet. 723 visites. 2 commentaires.

1er mai à Lyon : une convergence des gilets jaunes, rouges et verts ?

par Rue89Lyon. 4 693 visites. Aucun commentaire pour l'instant.