Société 

Avec l’arrivée du LOU Rugby, Lyon se débarrasse de la piscine de Gerland

actualisé le 08/09/2016 à 23h38

Dernier été pour la piscine de Gerland. La Ville de Lyon, malgré sa promesse de projet de rénovation, n’y touchera pas, alors qu’elle avait un besoin urgent d’être remise en état. L’arrivée du club de rugby du LOU à Gerland arrive à point nommé pour Gérard Collomb.

Le maire PS se débarrasse ainsi d’un équipement qui fait parler de lui pour sa vétusté ou des troubles à l’ordre public. La construction d’une nouvelle piscine dans le 7e arrondissement est évoquée, via des annonces contradictoires.

Tout ressemble à un enterrement dans les règles de l’art et Lyon va perdre une nouvelle piscine municipale. Confirmant ainsi le peu d’intérêt de Gérard Collomb a pour ces équipements ,en dehors de la piscine du Rhône, vitrine si chère à ses yeux pour le rayonnement européen de la ville.

Il y a deux ans pourtant, malgré une certaine prudence, la Ville parlait encore de rénovation au sujet de la piscine de Gerland. Des travaux qui auraient pu débuter aujourd’hui pour redonner vie à un équipement octogénaire et vétuste. Les vestiaires et les douches sont d’un autre temps et la température de l’eau aléatoire.

Le bassin, lui, fuit et l’équipement rencontre des problèmes de traitement de l’eau. Quant au grand plongeoir, il commence à s’incliner. Selon la mairie de Lyon, 10 millions d’euros étaient nécessaires à sa remise en état.

La piscine d’été, ouverte de mi-juin à fin août, fait aussi régulièrement l’objet d’articles dans la presse locale pour des incivilités et parfois des agressions qui y sont commises. L’an dernier, sur les plus de deux mois d’ouverture, ce sont au total 10 jours de droit de retrait de la part du personnel qui ont été constatés.

Le 24 juin dernier, huit jours à peine après son ouverture, le personnel a fait valoir un droit de retrait suite à l’agression d’un maître nageur et de deux agents de sécurité de la piscine.

En interne, on estime que malheureusement 2016 « repart sur les mêmes bases ».

Les vestiaires de la piscine de Gerland. Une rangée de boxes en béton sans portes. ©LB/Rue89Lyon

Les vestiaires de la piscine de Gerland. Une rangée de boxes en béton sans portes. ©LB/Rue89Lyon

 

Éviter que la piscine de Gerland ne soit « un sujet de discorde »

Deux ans après, il n’est donc plus question de rénover la piscine de Gerland mais de la fermer. L’annonce, faite discrètement le 20 juin dernier via le conseil municipal du 7e arrondissement, a été confirmée ce vendredi 1er juillet. Gérard Collomb, maire de Lyon et Yann Cucherat, son adjoint aux sports ont tenu un conférence de presse en amont du prochain conseil municipal du 4 juillet.

A cette occasion, le bail liant la Ville et le club de rugby du LOU concernant son entrée dans le stade de Gerland sera voté. La piscine de Gerland fait partie du périmètre et des équipements que la Ville confie au club de rugby.

Que va-t-elle devenir ? On n’en sait rien. Et la mairie s’en lave les mains.

« C’est le problème qui appartiendra au LOU à partir de 2017. C’est lui qui sera chargé de discuter avec les architectes des bâtiments de France. Il n’est pas obligé de le garder en tant que piscine mais le monument en général ne peut pas être touché », a lâché Gérard Collomb.

L’équipement, constitué du bassin, de son plongeoir, des vestiaires et des gradins est l’œuvre de Tony Garnier. Classé. Toute modification est donc très encadrée. Comme l’hypothèse de voir la piscine transformée en piscine d’hiver et donc couverte pour la conserver. Une solution « impossible » selon la Ville. La piscine du Rhône est pourtant ouverte l’hiver… sans être couverte.

Enterrée, la piscine pourrait bien finir par l’être, tant tout le monde se renvoie la balle. Olivier Ginon, patron de GL Events et principal actionnaire du LOU Rugby n’a pas manqué dans un timing bien calculé de détailler son projet pour le stade Gerland dans l’édition de ce 1er juillet du Progrès.

Mais concernant la piscine, pas un mot :

« Quant à la piscine, c’est le président de la Métropole qui annoncera les décisions qu’il prendra. Nous ferons tout pour aider la Métropole à ce que la piscine ne soit pas un sujet de discorde à Lyon. »

Dans l’optique de l’installation du club de rugby dans ses nouveaux quartiers, la piscine vétuste de Gerland ne sera certainement pas la priorité du patron lyonnais pour développer son modèle économique.

Aujourd’hui, la Ville veut se débarrasser de la piscine et ne s’en cache pas :

« La piscine du Rhône a enregistré l’an dernier 134 000 entrées, celle de Gerland entre 20 et 24 000. Vous voyez la différence. En plus elle est vétuste », a clairement fait comprend Gérard Collomb oubliant de préciser que la première vient d’être rénovée et est ouverte désormais hiver comme été.

Yann Cucherat, adjoint aux Sports, complète :

« On a décidé de ne pas aller plus loin pour la piscine de Gerland. Avec la réouverture de celle de Lyon-Vénissieux-Saint-Fons, ce n’était pas cohérent. »

Ah oui ?

Une fermeture qui fait quelques remous

Après la fermeture de la piscine de Montplaisir dans le 8e et l’abandon du projet à la Confluence, c’est donc une nouvelle piscine qui ferme à Lyon. Une ville déjà moins bien dotée par rapport à la moyenne nationale (et même en Rhône-Alpes). Depuis son annonce, la nouvelle n’a donc pas plu.

Dans l’opposition municipale, le centriste Christophe Geourjon a demandé au maire de revenir sur sa décision et de préserver la piscine. Pour lui, les usages public et privé en faveur du LOU sont conciliables.

« Une piscine rénovée doit permettre un double usage de l’équipement : public pour les Lyonnais et privé pour le LOU Rugby. Ce serait là, une belle démonstration de mutualisation et d’optimisation », indique-t-il dans un communiqué.

Les habitants du 7e, troisième plus peuplé de la ville, et des communes du Sud de Lyon se trouveront donc dès l’an prochain privé d’une piscine d’été. La piscine d’hiver Benjamin Delessert, rue de Gerland (7e), doit en plus voir ses horaires de soirée supprimées. La fréquentation de la piscine de Gerland est évaluée entre 20 et 25000 entrées selon la Ville. Où vont donc pouvoir aller ces baigneurs à l’été 2017 ? Vers la piscine du Rhône flambant neuve et largement fréquentée ?

« Il y a deux équipements de substitution, Vénissieux et la piscine Tony Bertrand (piscine du Rhône, ndlr) qui n’est qu’à trois kilomètres et qui n’aura aucun problème à accueillir des baigneurs venus de Gerland », estime Yann Cucherat.

La Ville ne voulait donc plus de la piscine de Gerland et la pétition de riverains et d’associations de quartier pour son maintien remise en mairie d’arrondissement ce même vendredi 1er juillet ne pourra donc rien y changer.

Une nouvelle piscine dans le 7e arrondissement, ou pas ?

Les baigneurs de Gerland pourront-ils aller dans une nouvelle piscine ? Alors que depuis le début du mandat, la Ville martèle qu’en matière de piscine elle n’envisagera aucun nouvel équipement, c’est pourtant ce que Gérard Collomb a laissé entendre.

« Nous allons envisager un lieu pour une nouvelle piscine. »

Où ? Quand ? Il n’en a pas dit plus. Sera-t-elle même construite dans le 7e arrondissement pour compenser la fermeture de celle de Gerland ? Rien n’est moins sûr.

« Ce serait bien que ce soit dans le 7e mais je m’exprime là à titre personnel. Il faut regarder en termes de cohérence métropolitaine », a indiqué Yann Cucherat.

Visiblement, l’exécutif municipal n’était pas au point vendredi. Sur sa page Facebook, Gérard Collomb annonçait à peine la conférence de presse terminée qu’une concertation serait lancée pour la construction d’une nouvelle piscine dans le 7e arrondissement.

Ce dont on est à peu près sûr, c’est que la Ville ne voudra pas assumer la gestion de cet hypothétique futur équipement. Gérard Collomb a clairement fait comprendre que ce ne serait « pas forcément une piscine en régie municipale ».

Ce qui ne changerait finalement pas grande chose : Lyon perdrait bien une piscine gérée intégralement par la municipalité.

Si les rénovations des piscines, et notamment de Gerland, ont elles été budgetisées et présentées dans les différents plans de mandas (municipal et métropolitain), ce nouvel équipement sort quelque peu du chapeau.

Et semble permettre pour l’heure de mieux faire glisser l’annonce de la fermeture de la piscine de Gerland.

Partager cet article

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 984 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 393 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 207 visites. Aucun commentaire pour l'instant.