Société 

Piscines de Lyon délaissées : mauvaise réputation de Mermoz et Duchère, Gerland vétuste

actualisé le 12/03/2015 à 09h36

Lyon intra-muros compte en tout cinq piscines ouvertes durant l’été. A Gerland, à la Duchère, à Mermoz ou encore à Vaise, elles sont en plein air ou couvertes. Mais encore faut-il qu’on donne envie aux Lyonnais d’y aller car il faut bien l’avouer, à côté de la piscine du Rhône, les autres n’attirent pas les foules.

Ce jour là, peu de baigneurs à la piscine de Vaise.

Ce jour là, peu de baigneurs à la piscine de Vaise. Crédit : Clémence Delarbre/Rue89Lyon

A force de toujours faire parler d’elle, on aurait pu croire que Lyon ne comptait qu’une seule et unique piscine : celle du Rhône tout juste rouverte à la suite d’importants travaux. Mais non. En plus de celle-ci, quatre établissements nautiques accueillent les baigneurs durant toute la période estivale : celle de Mermoz, de Gerland, de la Duchère ainsi que celle de Vaise. Force est de constater que contrairement à leur voisine située en plein cœur de Lyon, ces piscines attirent beaucoup moins. Un constat que fait Yann Cucherat, adjoint au maire et délégué aux sports :

« Il fait beau et pourtant il n’y a personne ! Nous qui sommes souvent attaqués sur le manque de piscines à Lyon, celles qui existent sont en réalité souvent sous exploitées. »

Le nouvel adjoint a donc fait faire un tour des structures à la presse ce jeudi après-midi, et il n’y avait pas grand monde dans les bassins, malgré les 31°C.

Seulement 16 personnes étaient présentes à Vaise alors que cette piscine olympique dispose d’une capacité maximale de 1100 personnes à la fois. Idem pour celle de Gerland -la plus décrépie de toutes- avec ses 150 baigneurs sur les 996 possibles ou encore celle de Mermoz dans laquelle le panneau d’entrée affichait ironiquement 0 visiteur. En réalité environ 200 personnes étaient en train de faire trempette, bien loin des 720 attendus.

Des locaux vétustes à Gerland, 6 millions d’euros pour la pimper

Les vestiaires de la piscine de Gerland restés tels quels depuis 1934.

Les vestiaires de la piscine de Gerland restés tels quels depuis 1934.

Mais alors comment expliquer cette désertion ? Concernant la piscine de Gerland, l’explication est toute trouvée : la vétusté des locaux. Construite en 1934, il semblerait qu’ici, le temps se soit arrêté. Vestiaires archaïques, grand et unique bassin où se mêlent enfants, nageurs adultes et plongeurs, et une (très très) petite pataugeoire de l’autre côté des gradins aux couleurs passées. Pas très attrayant. Jean-Louis Coste Chareyre, directeur des sports à la ville de Lyon, en convient :

« C’est un véritable parcours du combattant pour aller patauger ».

Un projet de restauration est prévu sur cet établissement. Mais attention pas d’emballement, il est toujours à « l’étude », les travaux ne devraient pas débuter avant 2016-2017 pour un montant avoisinant, à ce jour, les 6 millions d’euros.

Des piscines au cœur des quartiers

Mais pour Yann Cucherat, les raisons du désintérêt des lyonnais serait ailleurs. Selon lui, la situation géographique mais aussi sociale, notamment de celle de la Duchère (un quartier perché du 9e arrondissement), explique cette faible fréquentation :

« Ce qui fait que ces piscines sont souvent sous-exploitées c’est très souvent à cause de la mentalité des gens. Ici nous sommes en pleins cœur du quartier de la Duchère, les gens ne veulent même pas prendre la peine de venir voir alors qu’on a un établissement très agréable. »

Même chose pour la piscine de Mermoz (quartier populaire du 8e arrondissement de Lyon), entièrement restaurée l’année dernière, qui voit cependant revenir des familles.

Piscine de Mermoz à Lyon. Crédit : Clémence Delarbre/Rue89Lyon.

Piscine de Mermoz à Lyon. Crédit : Clémence Delarbre/Rue89Lyon.

Un membre du personnel trouve son explication :

« Je ne sais pas si c’est à cause des rénovations ou du changement au niveau de la sécurité mais petit à petit la population change, on voit revenir des familles.»

Lyon : une ville en manque de piscines ?

L’année dernière, pas moins de 259 852 entrées ont été comptabilisées dans l’ensemble des piscines de Lyon pendant la saison estivale.

Cinq établissements ouverts durant tout l’été pour une ville comme Lyon semble très faible. Dans la région Rhône-Alpes, Lyon est bonne dernière dans le classement des villes de plus de 50 000 habitants en terme de piscines (1 pour 98 000 habitants à Lyon), de bassins (1 pour 49 000 habitants), ou encore de mètres carrés de bassins (1 pour 70 habitants).

Au vu de la fréquentation de cet été 2014 qui ne décolle pas, la Ville ne se dirigera vers un plan piscines, augmentant l’offre de bassins (été ou hiver). Yann Cucherat avait d’ores et déjà annoncé à Rue89Lyon qu’il privilégierait la rénovation de l’existant plutôt que la construction. Les Lyonnais ont-ils envie de se baigner ? La réponse est certainement oui, lorsqu’on tente par exemple de se trouver une petite place à la piscine Garibaldi en novembre, à 18 heures : c’est en effet surtout en hiver que le manque de bassins se fait cruellement sentir.

>Mise à jour avec la précision concernant la fréquentation et la volonté politique de rénovation plutôt que de construction.

Partager cet article

L'AUTEUR
Clémence Delarbre
En BREF

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 258 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 347 visites. 1 commentaire.

Contre l’A45, une première fête pour relancer la mobilisation

par Rue89Lyon. 1 005 visites. Aucun commentaire pour l'instant.