Appartement 16
  • 8:45
  • 15 octobre 2014
  • par Dalya Daoud

Philippe Layat, l’icône du combat contre le Grand Stade de l’OL

18383 visites | 30 commentaires

Depuis quelques jours, les images de sa ferme naviguent dans les médias, sur les réseaux sociaux. Une pétition de soutien vient d’exploser à plus de 80 000 signatures. Philippe Layat donne son visage à un combat qui avait du mal à être aussi médiatisé qu’un Notre-Dame-des-Landes, celui du Grand Stade de l’OL. Pourtant, le « petit paysan » de Décines avait commencé par renvoyer dans leurs cordes les opposants qui voulaient l’inclure dans la lutte.

Philippe Layat, le paysan qui résiste au Grand Stade de l'OL. Crédit : DD/Rue89Lyon.

Philippe Layat, le paysan qui résiste au Grand Stade de l’OL. Crédit : DD/Rue89Lyon.

Il les accueillait tous sans distinction : les agents du Grand Lyon qui tentaient de lui faire signer les documents d’expropriation d’une part, les opposants au projet du Grand Stade qui tentaient de faire grossir son groupe d’autre part. Le fusil à portée de main.

Lorsque nous l’avions rencontré, l’un des membres d’une association historique dans le combat contre le Grand stade, Carton rouge, nous accompagnait. Tandis que Philippe Layat pestait contre « toutes ces conneries avec les journalistes », alors qu’il avait mieux à faire, comme désherber son champ, le militant tentait de le raisonner :

« On a besoin de médiatiser tout ça, Philippe, arrête ».

Désormais, « Philippe » vient d’être exproprié, sur 9 hectares, pour un euro le mètre carré. Les courriers du Grand Lyon qu’il n’avait pas ouverts au moment de notre visite le notifiaient. Depuis, de l’encre a coulé. Des caméras sont passées. Et les pelleteuses sont arrivées sur place, divisant en deux sa parcelle de terre.

Une maquette du futur Grand Stade de l'OL.

Une maquette du futur Grand Stade de l’OL.

Petit Journal, blogs en pluie et pétition

Une pétition de soutien en ligne vient d’atteindre plus de 83 000 signatures. Grossissant de plusieurs dizaines de milliers de signatures en quelques heures ce 14 octobre. Ce mardi, plusieurs centaines de personnes lisaient en même temps nos différents articles sur Philippe Layat et le Grand Stade. La page Facebook dédiée au paysan de Décines a atteint plus de 98 000 mentions « j »aime ». De nombreux blogs ont vu le jour, comme les moutons enragés.

Tout s’est accéléré ces dernières heures, et ces derniers jours.

Le Petit Journal de Canal Plus s’est même fendu d’un déplacement jusque dans la campagne lyonnaise. Les animateurs télé semblent s’être donnés un mal de chien pour résumer la situation :

« La bonne nouvelle c’est que Lyon va avoir un tout nouveau stade de foot. […] C’est cool. Et la mauvaise nouvelle c’est que pour construire un stade il faut de la place, et quand il y a du monde autour, il arrive que ça pose problème. »

En dehors de cette courte analyse, le reportage a le mérite de montrer sur place la tranchée de 300 mètres qui coupe désormais la parcelle de Philippe Layat.

Romain à Lyon – Le Petit Journal du 08/10

De la protestation d’habitants de Décines, dans les lotissements alentours, le combat contre le Grand Stade semble prendre la tournure d’un symbole, porté par la figure du paysan exproprié, écrasé pour un projet dédié au football.

« Menaces de mort »

Avant cela, des groupes altermondialistes habitués des luttes contre les grands projets (comme le tunnel Lyon-Turin, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes…) avaient tenté, en se baptisant Les Fils de Butte et en installant un campement sur les terres de Philippe Layat de faire barrage au « business d’Aulas ». Notamment parce que la cohabitation avec le berger n’a pas été simple (un reportage à écouter ci-dessous), le combat n’a pas duré très longtemps, contrairement au modèle de la ZAD (zone à défendre) de Notre Dame des Landes.

 

Les pelleteuses ont fini par arriver, à la rentrée de septembre. Alors même que le 14 mai dernier, la cour administrative d’appel a annulé les déclarations d’utilité publique autorisant les expropriations. Mais le Grand Lyon a commencé les travaux dans le champ de l’agriculteur. Motif invoqué : un pourvoi en cassation devant le Conseil d’Etat a été déposé et la décision n’est donc pas définitive.

Philippe Layat a passé une nuit en garde à vue, suite à une altercation avec des techniciens du chantier.

Au journal Le Monde, Odile Pagani, chef de projet au Grand Lyon, déclare :

« Quatre-vingts expropriations ont eu lieu. Philippe Layat crie plus fort que les autres. Une expropriation est toujours dure mais certains ont fini par comprendre qu’il était préférable de négocier ».

Elle ajoute :

« Cela fait quatre ans que l’on a affaire à ce monsieur. Des armes ont été enlevées de chez lui. Il est violent et a proféré des menaces de mort ».

Des menaces de mort et de suicide également, qu’il avait proférées devant nous. L’avocat des opposants au Grand stade et élu Europe Ecologie les Verts, Etienne Tête, a déposé un recours devant le juge de l’expropriation ce 17 septembre, pour stopper en urgence les travaux, en attendant la décision du conseil d’Etat.

Et le juge de l’expropriation a finalement rendu sa décision, un peu plus tôt que prévu : le paysan décinois, dont la ferme est possédée par sa famille depuis 400 ans, ne récupérera pas ses terres.

Il rencontre régulièrement les services du Grand Lyon qui lui proposent des solutions, pour continuer à faire vivre ses brebis sur zone :

« Quasiment chaque jour depuis plusieurs semaines, soit dans les bureaux du Grand Lyon, soit sur place chez lui, selon les besoins du rendez-vous », nous précise-t-on à la communauté urbaine.

Après et en plus de la défense de la faune et la flore, la dénonciation de l’argent public investi pour un projet privé (le coût des voies d’accès et des aménagements de transports jusqu’au stade), c’est désormais derrière la personnalité de ce paysan que toute l’opposition au projet s’est rangée.

> Mise à jour le 15 octobre à 11h avec la décision de justice et les rendez-vous entre Philippe Layat et les services du Grand Lyon.


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

30 Commentaires postés

  1. je lis « c’est désormais derrière la personnalité de ce paysan que toute l’opposition au projet s’est rangée. »
    Bah il est là le problème… Si l’opposition au projet se rangeait à ses côtés ça se passerait mieux pour lui. Parce que pour le moment je vois Monsieur Layat comme une toute petite saucisse dans un énorme sandwich… il va se faire broyer avant de se faire manger.
    Sur la page qui nous invite à signer une pétition pour faire valoir ses intérêts, il m’a semblé que Monsieur Layat n’était par contre ce qu’il ne peut éviter à condition de s’en tirer à bon prix… Mieux vaut gagner peu que de perdre beaucoup. Reste à lutter pour que ce « peu » soit raisonnable, et là, il sera tout seul Monsieur Layat, les rats auront quitté le navire.

    Ses brebis ont besoin de lui, ici ou ailleurs, aujourd’hui ET demain.

  2. Il lui reste 6 hectares de terres (http://ol-land.wesign.it/fr) coupées au milieu.
    Il a refusé un petit pactole de 160 200 euros ((1€+0.78€)*90000). Les 78 centimes viennent de la prime d’éviction.

  3. Décines moi un mouton…
    Je vais signer la pétition. Pas de stade moche pour ce sport débile.

  4. Une nuit de garde de vue, pour une expropriation qui n’a aucune utilité publique.

    C’est honteux.

  5. Rien ne sert de s’opposer aux avancées de la culture et de la civilisation. Le peuple ne passe plus ses loisirs à la campagne mais dans les stades, dans les supermarchés ou devant des écrans. Alors place au progrès ! Et pour la viande de mouton on s’approvisionnera ailleurs. En Irlande par exemple, ils ont plein de moutons (pas étonnant qu’ils ne soient pas bons en foot ….)..

    • Pauvre con !
      Et quand il n y aura plus rien nul part a manger pour des conneries de ce genre, t iras voir sur une autre plananette sil y a a manger ? Le foot, cest un sport, pas une culture !

      • Je ne vous permet pas. Je veux bien être considéré comme un con, ça peut presque passer pour un honneur, mais pour un pauvre, non !

        La nourriture, c’est comme le pétrole ou l’uranium : avec les bons arguments, on peut se la procurer … S’il le faut, on fera une intervention « animalière » en Irlande pour libérer les moutons de l’oppression humaine… Je parie qu’en cas de besoin, des journalistes parviendraient à vendre un truc pareil à l’opinion publique. Avec un peu d’imagination, on pourrait même faire un emballage écolo pour vendre le package.

        D’ailleurs je mange exclusivement bio et je ne regarde pas le foot car j’ai mieux à faire le week-end que de brailler dans des tribunes ou devant la tv à regarder des millionnaires jouer à la baballe. Peu m’importe que ce spectacle soit ou non culturel. Suffit de constater que ce spectacle est nécessaire aux gens modestes auxquels il apporte joie, réconfort, chaleur (humaine) et aliment spirituel (et c’est moins cher que le psy). A la pause café, j’aime bien entendre les employés s’affronter sur des combinaisons de jeu ou insulter l’entraîneur.

        Alors, allez ‘l’OL et la TV., Et BIG F**K aux c*****s de l’OM ou du PSG. Et aux écolos gauchos aussi !

        • Shoote, shoote, shoote dans la baballe,
          T’es déjà con, ça peut pas faire de mal,
          Shoote, shoote, shoote dans la baballe,
          Fais pas ta fiotte, montre que t’as des poils….

      • Genre mais arrête, bordel ! C’est en périphérie d’une agglo en pleine expansion ! Il reste largement assez de terre libre. Faut arrêter les conneries populistes.

  6. Vous faites un article pour dénoncer l’expropriation de ce paysan.
    S’il avait été un peu plus malin, il aurait négocié et obtenu un meilleur prix. Au lieu de cela, il a menacé des personnes, envoyé paître les autres opposants.
    Sinon, vous dénoncez aussi les fonds publics dépensés pour la construction des accès au stade. Vous savez que les occupants du stade paieront des impôts et des taxes, que les salariés paieront aussi des impôts et des taxes.
    Ce projet a été financé entièrement avec de l »argent privé. Aulas et Seydoux se sont portés personnellement garants pour plus de 200 millions d’€.
    Aller jeter un oeil sur le PPP du stade de Lille. On verra quel est le projet le plus raisonnable.

    • Ce projet a été financé entièrement avec de l »argent privé

      Plus manipulations boursières, + argent public pour les accès, + argent public pour le décrochage du tram, + argent public pour le financement du futur stade vide de Gerland (qui n’était déjà pas bien plein !)

      « S’il avait été un peu plus malin, il aurait négocié et obtenu un meilleur prix.  »
      Les travaux ont commencés avant les dernières décisions de justice ; Même en Chine on voit pas ça ! http://fr.gbtimes.com/life/le-phenomene-des-maisons-clous
      Quant au fait d’acheter un terrain non constructible 1E du m², pour le passer à 300 en constructible le lendemain grâce au copain préfet, c’est tout à fait démocratique aussi.

  7. Un résumé de la mafia en col blanc qui pourrit la France.
    La Déclaration des droits de l’Homme impose une « juste et préalable indemnité » à toute expropriation dûment justifiée par l’intérêt public. Ici, l’indemnité n’est pas juste (300 fois en-dessous du prix) et l’intérêt public est en fait un intérêt privé mafieux (comme par hasard, on retrouve cette saloperie de Vinci derrière).

    Or, en fac de droit, les juristes séniles précisent que ce qui se trouve dans cette déclaration et la Constitution ne « sont pas exécutoires » (sic). Voilà comment ils tordent le droit pour faire leurs saleté. La ripoux-blique française est pourrie et corrompue jusqu’à l’os.C’est sur cette base vérolé que le connard de juge a « jugé » d’indemnisé 1 euro me m². Certainement une pourriture de franc-maçon, celui-là.

    Nous critiquons la Chine et les pays de merde où on pratique les expropriations sauvages et les « déguerpissements ». En fait, la France est devenu un pays de merde qui les pratique aussi. En plus de se clochadiser, la France se tiers-mondise à grand pas.

    • Attention à ne pas confondre le prix d’un terrain agricole (et donc, non constructible) et l’indemnité d’expropriation. Elle n’est pas « 300 fois en-dessous du prix ».
      Un terrain agricole vaut en moyenne dans le Rhône 5000 €/ha, soit la moitié du prix des terres de M. Layat (10 000 €/ha).
      C’est effectivement très loin derrière le prix du m² constructible aux alentours de la propriété de M. Layat (300€/m²). Mais vous ne pouvez pas comparer ce qui n’est pas comparable.
      Je crois que pour M. Layat, ce n’est pas une question d’argent, puisqu’il a refusé l’argent de l’expropriation. Il ne veut simplement pas se soumettre aux dictats de la loi et a utilisé des méthodes répressibles (menaces de mort notamment) de contestation.

      • Ou il n’a peut-être simplement pas envie qu’on vienne construire une route sur son terrain de manière illégale ; qu’on lui pourrisse sa vie, celle de ses bêtes et son environnement, et qu’ en plus on le prenne pour un con avec le dédommagement absolument ridicule qu’on lui propose. Tout ça pour qu’une poignée de porcs de la politique, du foot et des travaux publics se gavent à coups de millions ; et qu’une bande d’abrutis trop payés puissent courir derrière un ballon.

        On place tout l’affaire sous la lumière du progrès nécessaire, mais on où peut-on voir un progrès dans le fait de construire un stade de foot ?? Si ça continue on va appeler ça de la Culture !! Le VRAI progrès, ce serait d’utiliser les 640 MILLIONS d’Euros de ce projet abject, pour nourrir les gens qui en besoin ! Mais ça, on vous a tellement bien formatée que ça vous dépasse.

        Sortez vous les yeux du c*l b*rdel ! Tout ça n’est qu’une affaire de gros sous pour une toute petite minorité qui est prête à ruiner la vie de n’importe qui pour faire grossir un chiffre sur un relevé bancaire ! La votre y compris !!

        • Premièrement, je ne fais que rappeler des faits qui n’apparaissaient pas dans l’article pour remettre la situation en perspective.
          Deuxièmement, je vous demanderai de bien vouloir éviter de m’apostropher en m’ordonnant de me sortir « les yeux du c*l b*rdel ». Nous ne nous connaissons pas et c’est très bien comme cela.
          Troisièmement, à aucun moment je ne fais étalage de mon avis sur la question. Je vous demanderai donc de ne pas me prêter des pensées qui ne sont pas les miennes.
          Enfin, je vais donc préciser ma pensée. Je trouve effectivement désolant d’exproprier, tout ou en partie, un propriétaire d’un terrain agricole, pour construire une déserte à destination d’un stade de football en remplacement d’un stade actuellement existant, et ce, je suis d’accord, pour les quelques « happy fews » qui profiteront de la manne financière.
          Cependant, j’insiste sur le fait que M. Layat a proféré des menaces de mort et de suicide.
          De plus, le Grand Lyon commence à faire bouger ses lignes, à la suite de la pétition qui a engrangé environ 100 000 signatures de soutien à l’agriculteur (http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Dossiers/OL-Land/Grand-Stade-les-propositions-du-Grand-Lyon-a-Philippe-Layat).
          Petite question : votre avis aurait-il été différent pour des logements sociaux, une crèche, un hôpital, un centre de secours de pompiers ou tout établissement à but social ou de santé ?

    • Et la mafia rurale qui entrave le progrès ???

  8. Félicitation Dalya Daoud, vous avez encore réussi à tout répertorier, sauf… Le documentaire « corrompu[e][s] » qui explique gratuitement les problèmes liés au grand stade.
    Mais bon, apparemment je suis un « ennemi » politique…

  9. Toutes ces expropriations sont d’énormes escroqueries bénies par l’état ou comment passer de terre agricole de 1 euro l’are à 10 euro de valeur moyenne terre à bâtir ou industrielle.
    De l’enrichissement bien crade.
    L’indemnisation serait de 10 euro l’are, tous ces escrocs patentés limiteraient vite leurs besoins.
    En gros il lui manque 1,4 million d’euro d’indemnités(ce qui est rien pour la ville de lyon).
    Et de quel droit une société privée peut se permettre d’expulser une personne privée qui a dit non.
    Il faut souhaiter que ce stade mal né porte autant la scoumoune à ses joueurs que celui du Mans.

    • Ce n’est pas une société privée mais des décisions étatique (plan d’urbanisme) et judiciaire (indemnisation) qui se sont permises d’exproprier, en partie (9ha sur 15ha), un individu, même contestataire.

  10. Grand stade de LOL qui ne fait rire personne…