Appartement 16
  • 14:44
  • 29 mars 2012
  • par Dalya Daoud

Philippe Layat, le paysan qui résiste au Grand Stade

11582 visites | 45 commentaires

Il participait ce matin à une audition technique avec le juge de l’expropriation. Philippe Layat devra probablement céder au Grand Lyon une portion de ses champs pour permettre la construction d’un des accès qui mènera jusqu’au Grand Stade de l’OL et qui coupera en deux ses terres, à Décines et à Chassieu. Ce céréalier de 57 ans qui est aussi détective privé alterne entre la résignation et les coups de sang.

Philippe Layat, le paysan qui résiste au Grand Stade de l'OL. Crédit : DD/Rue89Lyon.

Philippe Layat, le paysan qui résiste au Grand Stade de l’OL. © DD/Rue89Lyon.

Quand Philippe Layat nous reçoit dans sa ferme, chemisette rose nouée au-dessus du nombril, il nous passe une soufflante. Pourquoi ne l’a-t-on pas appelé directement, cet après-midi il a des engrais à poser dans ses champs et du désherbant, et avec toutes ces conneries, ça va finir par pourrir dans le hangar. A ses côtés, Roger Sybille, le trésorier de l’association Carton Rouge opposée à la construction d’un OL land à Décines, tente de calmer le jeu :

« Tu peux bien prendre une heure. T’as dit que c’était ok. C’est ta vie que tu joues, là. »

Philippe Layat fait partie de la trentaine d’agriculteurs qui doivent être expropriés d’une partie de leurs terres, à Décines et à Chassieu, afin de mener à bien le projet du Grand Stade porté par Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, et Gérard Collomb, président du Grand Lyon. Jusque là, Philippe Layat n’avait jamais accepté un seul recommandé apporté par le facteur. Il a toujours interdit l’entrée de sa ferme aux géomètres, menaçant de les éborgner s’ils osaient y mettre un pied.

L’association Carton Rouge, avec laquelle il ne souhaitait pas davantage entrer en contact, a fini par le convaincre de la rejoindre, pour que son combat soit moins isolé, mené de façon plus « structurée ». Même si, de l’aveu de Roger Sybille, « on commence à s’essouffler » chez les opposants. Un campement pourrait être mis en place sur les champs de Philippe Layat, par quelques activistes. A la façon des paysans du Larzac qui avaient voulu résister pacifiquement à l’extension d’un camp militaire.

« On m’a dit, tiens, on va te mettre des gitans. Ou des indignés. Moi j’men fous. Je les laisse mettre leurs tentes s’ils veulent, » glisse Philippe Layat, pas enclin à jouer le meneur, dans tous les cas.

1 euro du mètre2 : « une hérésie »

« Depuis que Jouannot (Chantal Jouannot, alors ministre des Sports, ndlr) a signé la déclaration d’intérêt général du stade, c’est foutu. Elle est venue dans le gouvernement rien que pour ça, elle. Elle a signé et puis on n’a plus jamais entendu parler d’elle, » s’énerve Philippe Layat.

A 57 ans, il est aussi épuisé qu’exaspéré. « Ma famille a la ferme depuis 400 ans. Moi j’ai toujours bossé là. »

La route qui doit passer à travers champs coupera en deux son terrain : 2,9 hectares à Décines. Mais aussi 2,3 hectares à Chassieu, sur les 25 hectares qu’il possède en indivision avec ses frères et sœurs. Le Grand Lyon lui a envoyé un courrier dans lequel le projet d’expropriation est détaillé : Philippe Layat recevra un euro pour chaque mètre2 cédé. « Une hérésie », clame-t-il.

A quelques pas, certaines terres ont été vendues 40 euros le mètre2, car classées en zone AU (à future urbanisation). Celles de Philippe Layat sont classées en zone N, « à protéger ». Ce classement est « invraisemblable », selon Etienne Tête, l’avocat des « expropriés du Grand Stade » :

« La zone N, c’est le nec plus ultra de la protection. A cause des oiseaux et des crapauds, on dit qu’on ne peut même pas poser une serre. Et ensuite, on va construire une route, des aménagements… Il faut reclasser ces terres au moins en zone AU. »

Pour Philippe Layat, il ne s’agit pas que d’argent. L’idée de vendre une portion de champ ne lui a jamais traversé l’esprit. « C’est sentimental », lâche-t-il. Juste au-dessus de sa ferme, le champ grimpe à perte de vue, une forêt marque l’horizon. Plus haut, c’est le lotissement dans lequel vit Roger Sybille, le trésorier de Carton Rouge. Si on entre dans le pré habité par les moutons, on peut voir sa villa :

« Ils veulent faire des tunnels souterrains pour faire passer les moutons sous la route. C’est quand même ridicule. »

Un détective privé qui cite Ronsard

Philippe Layat ne croit réellement en l’aide de personne. Il vit chichement, mais ne veut pas dire avec quelle somme mensuelle. « Je mange mes patates, des pissenlits. Mes moutons. » Quelques tranches de gigot qu’il met au congélateur. Et ses revenus de détective privé.

Au début, on se dit qu’il s’agit d’une nouvelle plaisanterie. Mais Philippe Layat confirme : il est bien détective privé, il est dans l’annuaire. « A l’ancienne sur le terrain », explique le céréalier qui ne va pas sur Internet. Armé d’un appareil photo avec un bon zoom. Il fait tout, de la surveillance industrielle, les vols dans les entreprises, les adultères. Quand on prend le temps, le céréalier finit par raconter quelques anecdotes savoureuses.

Philippe Layat passe de l’humour à la colère. Roger Sybille tente de lui faire tenir un discours sérieux. Mais l’agriculteur semble ne pas vouloir entendre trop de choses sur son cas d’expropriation. « Je suis un marginal, » aime-t-il dire. Il aurait presque envie de dire « anarchiste », mais il se sent empêché.

Il raconte avoir pris par le col un élu. « Des ordures », estime-t-il, faisant référence aux poubelles qui se sont entassées un peu partout dans la ville, suite à la grève des éboueurs. Il cite Ronsard de mémoire pour exprimer son envie de profiter de la vie et, la minute suivante, Philippe Layat confie que parfois il préfèrerait ne plus être là. Il fume des cigarettes qu’il roule dans une jolie machine en métal.

« Faut bien mourir de quelques chose. Les clopes, la bibine. Et le Roundup ».

Depuis qu’on l’y a fortement invité, le céréalier réceptionne les courriers envoyés en recommandé. Il va manger chez le trésorier de Carton Rouge et répond aux sollicitations des médias. « Avec ces histoires d’expropriation », surtout, il ne dort quasiment plus.

Philippe Layat, paysan exproprié, devant sa ferme à Décines.

Philippe Layat, paysan exproprié, devant sa ferme à Décines. © DD/Rue89Lyon.

Les recours contre le Grand Stade

Ce jeudi matin, après une audience technique qui s’est déroulée à la salle des fêtes de la mairie de Chassieu, le dossier de Philippe Layat a finalement été renvoyé. Une centaine de personnes l’ont accompagné, pour montrer les muscles, et le soutenir.

« Quand le juge aux expropriations se déplace, ce n’est pas qu’une visite des lieux, explique Etienne Tête. Cela peut se terminer par une audience foraine. Là, pour des problèmes de procédure, l’affaire a été renvoyée. »

L’avocat, figure de l’opposition aux grands projets de Gérard Collomb, porte bénévolement 20 dossiers d’expropriation liés au Grand Stade. Philippe Layat a rejoint le groupe très récemment.

« Il avait une position de l’éloge de la fuite, explique Etienne Tête. En fuyant le problème on ne le voit pas et on a l’impression qu’il n’existe pas. Mais à un moment il faut y aller. »

L’un des enjeux du dossier de Philippe Layat, c’est a minima d’obtenir le classement de son terrain en zone AU, à urbanisation future, dont le mètre2 se monnaie à 40 euros. « Ce serait plus juste ». Le projet du Grand Stade est déjà bien avancé. Mais Etienne Tête ne lâche pas :

« Tous les dossiers majeurs du Grand Stade sont attaqués. Les cinq dossiers d’accès notamment ».

Il a lancé une dizaine de recours auprès du tribunal administratif. Aucun n’est suspensif. La semaine prochaine, l’avocat en déposera un énième, contre le permis de construire. Quand on demande à Philippe Layat s’il y croit encore, il répond : « Vous y croyez, vous à la Révolution française ? ».

La pancarte qui orne l’entrée de la ferme familiale de Philippe Layat, à Décines. © DD/Rue89Lyon.


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

45 Commentaires postés

  1. Bravo Dalya Daoud pour cet article!

  2. Tout comprendre sur le stade de la honte à Décines près de LYON.

  3. Euh je ne suis pas sûr d'avoir compris son sentimentalisme : il est très attaché à ses terres (oui, SES terres, absolument) puisqu'elles lui viennent de sa famille qui y est depuis longtemps et il refuse l'installation du stade qui les coupera en deux, ce qui est hautement louable.
    Et à la fin…"L’un des enjeux du dossier de Philippe Layat, c’est a minima d’obtenir le classement de son terrain en zone AU, à urbanisation future, dont le mètre2 se monnaie à 40 euros."
    Donc si j'ai bien tout suivi, ses sentiments seraient potentiellement diminués par l'argent ? Est-ce le président de l'association Carton Rouge qui dit ça ou Phillipe Layat lui-même ? Si c'est ce dernier, je trouve son sentimentalisme bien mercantile…et ce n'est pas ce que laisse entendre le titre et le début de l'article !

    • C'est son avocat. Qui, lui, envisage toutes les possibilités et issues de ce dossier.

    • Quand je lis l'article et puis votre commentaire je me dis que vous avez lu se que vous vouliez et fait abstraction du reste. M. Layat n'est pas dupe, il a bien compris qu'il n'a pas vraiment le choix, même si ses terre lui appartiennent, il arrivera un moment ou faudra bien se rendre a l'évidence que les gros projet urbain ont toujours le dessus sur le petit agriculteur qui cultive sur les terres de ses ancètres, c'est bien malheureux et injuste, je cautionne pas du tout ce fait la mais tant qu'a ne pas avoir le choix autant se faire payer un prix raisonnable plutot que c'est 1euro " symbolique ". Bonne chance pour la suite de votre combat M. Layat

  4. Merci pour cet article.

  5. En clair, on va exproprier des dizaines d'éleveurs, agriculteurs bosseurs et galérant quotidiennement pour permettre à plusieurs de dizaines de milliers de gros beaufs de venir poser leur derrière d'incultes dans le stade.

  6. Le footeux est plus rentable au kilo que le mouton, même s' il a plus de cochonneries dans le sang et moins de cervelle…

  7. les mots "liberté – égalité – fraternité " devraient être retirés du ponton de nos mairies, ils ne sont plus adaptés à la réalité de ce monde de l'argent roi, qui asservit et avilit l'humain

    merci RUE89 de cet article qui dépeint parfaitement le personnage décrit qui a peut etre le défaut de la spontanéité excessive, mais en a les larges qualités : l'intégrité – l'honnêteté

    et le projet dont il est question et qui l'impacte de plein fouet n'est pas propre !
    ceux qui l'animent sont suspects parce qu'ils défendent à corps perdu leurs intérêts privés non dits, que ceux soient les promoteurs ou les "facilitateurs" administratifs !
    on a pu le voir tout au long des enquêtes et des consultations qu'ils auraient voulu baptiser "concertations"
    – entendre RIVALTA, (*) nous dire : "vous êtes des cons" ! "si vous êtes pas d'accord, c'est pas grave, ce sera fait comme j'ai dit", ou bien "c'est moi qui ai le micro, donc c'est moi qui parle …" couvrant la voix à qui on n'a pas voulu donné la possibilité d'être entendus
    etc..

    (*) pour mémoire, et pour situer l'intégrité de la personne (pour ceux qui ne connaissent pas l'individu et ses frasques), il a été condamné par la Conseil d'Etat à rembourser ce qu'il avait volé aux contribuables, après avoir usé de tous les recours possibles, jusqu'au ridicule – il s'agissait quand même d'un montant de 120.000euros – et cet homme est toujours en place à la présidence du sytral – et ces gens là viennent nous faire la morale !

  8. Cet article est des plus édifiant, et mériterais d'être transféré en première page de Rue 89.
    Depuis quelques décennies désormais, des voix s'élèvent contre ces décisions d'expropriation sur le foncier agricole pour la création de routes, de surfaces urbaines et sites industriel. Cependant, l'état, les communautés d'agglomération urbaines ou encore les municipalités ne soutiennent pas ou très peu les propriétaires fonciers. cette spoliation est à plus d'un titre totalement contraire à la volonté affichée publiquement par le gouvernement francais dans son engagement pour le Grenelle 2 de l'environnement. Nos concitoyens ont subis le matraquage du développement durable, avec le soucis d'équité entre le social, l'économie et l'écologie. Et ponctuellement, par voie de presse, nous pouvons apprendre que tel ou tel grand projet place l'économie par devant la qualité de vie. Une autre incohérence réside dans la gestion de la ville. les villes à la française sont de grandes consommatrices de surfaces périurbaines. Au lieu de réhabiliter des zones urbaines en déshérences, on multiplie les extensions de banlieues ou de quartier de résidence, les villes deviennent difformes, sans cachet. La campagne alentour se mite d'habitations individuelles, faisant fi de la cohérence du paysage francais. Les géographes sont peut êtres encore les seuls à avoir une vue objective sur la situation, mais ne sont pas interrogés. Et qu'en serait il si monsieur Layat n'avait pas été un simple céréalier mais un propriétaire de vignoble; lui aurait on proposé un prix si indécent de ses terres ? probablement non. Il est vrai que la construction de ce stade va entrainer à sa suite des nouveaux emplois, faire vivre à côté plusieurs dizaines de personnes. l'on peut en retour se demander toutes fois de quelles façon elles se nourriront. Le choix est effectivement extrême, et nous n'en sommes pas là. Pourtant, gardons à l'esprit que 75000 hectares disparaissent à jamais de la surface française agricole chaque année. Il en résulte représentation de seulement 54% de la surface agricole sur l'ensemble du territoire. Cela fait peu, sachant qu'aujourd'hui, les espoirs placés dans l'agriculture sont plus important que jamais. De la nourriture, de l'énergie, de l'activité touristique, de la sauvegarde patrimoniale et environnementale, de la sauvegarde écologique…. c'est le gouvernement qui a lancé le mot "agriculture à haute valeur ajouté"
    La création d'un stade de football peut elle autant ? je me permets d'en douter…

    • extrait d’un mémoire en cours d’instruction concernant le mensonge dans la communication annonçant pléthore de soi-disant créations d’emplois :

      Après considération du transfert de l’existant, actuellement dans le 7e arrondissement,

      >> … Pour résumer, entre les créations nouvelles d’emplois précaires (de 0 à 40) et les créations nouvelles d’emplois permanents (20 ou 30 ?), on arriverait au total dans une fourchette de 20 à 70 créations d’emplois équivalents temps plein. Ce qui est ridiculement bas par rapport à la communication

      Tout ceci pour un investissement de l’ordre de 800 millions ….. environ 400 millions pour OL, non compris équipements connexes extra sportifs (cf supra page 9)

      et environ 400 millions pour les investissements publics prévus au protocole des partenaires du 13 octobre 2008 et imputables à l’OL(voir pièce jointe n° 6)

      Quant aux emplois créés pendant la phase des travaux, personne ne les conteste. Mais ces emplois existeraient de la même manière pour d’autres investissements autrement plus utiles et autrement plus créateurs d’emplois de fonctionnement. La construction d’un hôpital qui fonctionne non pas quelques heures 25 fois par an, mais 24 heures par jour et 365 jours par an, est l’exemple typique d’un investissement générateur de très nombreux emplois de fonctionnement.

      Pour conclure, la communication sur les emplois de fonctionnement générés par « le Grand Stade » constitue une tromperie manifeste à l’égard des citoyens. Et, de plus, elle constitue une tromperie manifeste des personnes ayant eu à se prononcer sur le dossier de demande d’intérêt général présenté par la Foncière du Montout :

      – d’une part les élus des 11 communes qui ont été consultées. Peu importe à cet égard qu’elles l’aient été à bon escient ou non.

      – d’autre part la Ministre signataire de l’arrêté du 23 mai 2011.

      … >>

    • bonjour à vous tous

      Dit moi comment je pourrais être en contacte avec ce révolutionnaire de nôtre Agriculture?, car il y à un journal que j'ai découver totalement pars Hasard et croyer moi il décoiffe, se Monsieur? le journal sintitule ( L'EMMERDEUR ) vous seriez bien surpris de s'avoir comment le gouvernement ce moque totalement de nous les pauvre( Cerfs?) rien n'a changer sous le Soleil! je vous conseille si je puis me permettre d'aller faire un tours sur GOOL et vous verrais que si vous avez la curiosités d'y aller vous ferais de drôle d'econnomie! je suis nouvelle sur ce cite, je me prénome
      Jacqueline et je suis du Poitou Charente là janisssaire je viens de vous faire un très jolie Cadeaux! je vous souhaite bonne chance de la pars des Cagouilliards…

      • Oho mais que voilà ! vous publiez un message truffé d'erreurs d'orthographe tout en me raillant comme révolutionnaire. la belle affaire ! et vous poursuivez dans votre langage cahoteux un encensement pour un journal qui n'a de cesse de prendre ses clients pour des pigeons sous couvert d'être arnaqué par l'état. Alors ma chère Bretelle en charentaise, vous devez être une sacrée cagouillarde du ciboulot pour vous rendre aussi incompréhensible en un seul et même message. A vous revoir en espérant de vous lire plus clairement jacqueline !

      • A la personne qui n'a pas permis la publication de ma réponse : Alors comme cela vous permettez de la publicité déguisée et des à propos, mais vous disposez du droit de réponse que je soumet à Bretel Jacqueline, est ce trop polémique ? (admettez que cette personne s'exprime dans un charabia incompréhensible…) je croyais rue 89 plus ouverte… je me trompais.

  9. Muarf c est qui ce paysan?
    Envoyez les CRS et faites ce stade!
    S il avait accepté plus tot le compromis ses terres auraient été mieux elevés

    • que l'on t'exproprie de chez et qu'on laisse se construite à la place une coordonnerie. tu verras si tu seras heureux. je vais rester poli mais je meurs d'envi d'utiliser certain mots d'oiseaux mais nous comme nous sommes dans un pays avec une liberté d'expression censurée, je ne vais rien dire mais je n'en pense pas moins

    • comment pouvez parler ainsi des agriculteurs qui vous nourrissent???savez vous combien d'heures ils passent pendant que vous dormez ou ailleurs, un peu de bon sens, laissez les crs pour d'autres choses
      ELIANE DE BOURGOIN JALLIEU

    • pauvre imbécile. si c'était toi le propriétaire des terres, tu ne parlerai pas de cette façon. allez tous au diable avec votre sport qui ne sert à rien. bientôt la France va être au niveau du Brésil. il ne va nous rester que le foot, la côte d'azur et Paris. sport, tourisme et pauvreté autour.

  10. Comment peut-on exproprier des paysans pour un vulgaire stade ? Pour un projet d'utilité publique, ça peut se comprendre, mais un stade !
    Même les romains n'auraient pas osé : dans "panem et circenses", il y a le pain.
    Les paysans nous nourrissent.

  11. En gros il ne cèdera jamais ses terres !…..
    Et si je comprend bien , à 40 euros le mètre SI !….
    Cet homme est bien un céréalier , pro de la subvention européenne !
    Pour lui les €uros dépassent les sentiments ! J'ai habité rue de Verdun à quelques centaines de mètres de là , le terrain familial c'est vendu très largement en dessous des prix qu'il souhaite !…..
    Ses arguments sont-ils bien raisonnable ?

  12. c est quand meme fou que dans l etat actuel des finances de la France on trouve encore le moyen de claquer des centaines de millions d euros pour construire un stade qui sera vide 98% du temps (utilise que les jours de match et la plupart des match ne feront pas stade comble)

    Si l OL veut un stade, qu il se le paye !!
    apres tout ils peuvent se payer des millionnaires pour taper dans un ballon

    du pain et des jeux, on n a meme regresse depuis l empire romain (les jeux etaient al epoque paye par des riches qui voiulaient se rendre populaire, pas directement par le contribuable)

    • Il y aurait eu fort à dire et montrer aussi sur la situation du couple Morel, convoqués eux aussi à l'audience d'hier, parents de 3 enfants, et dont la situation n'est pas moins dramatique. Certes leur révolte est moins spectaculaire, mais elle est tout autant justifiée : ce maraîcher bio travaille sur des parcelles voisines de celles de P. Layat, il va perdre son outil de travail puisque 5 serres sur 9 seront "remplacées" par une route qui, de fait, va détruire l'exploitation.
      Conséquences : 1/ disparition d'une des dernières exploitations paysannes en milieu périurbain (en dépit des grandes promesses de l’Agenda 21 du Grand Lyon et de Décines). 2/ anéantissement d'années de travail. 3/ aucune perspective d'avenir car aucune solution de remplacement ne leur a été proposée, chacun sait d'ailleurs qu'installer une exploitation bio, c'est repartir à zéro pour plusieurs années de travail.
      Et voici la contre-partie proposée : 0,66€m2 (ces maraîchers n'étant pas propriétaires) quelle honte !
      Alors, n’ironisez pas sur les tentatives de négociations qu'en ultime étape des paysans acculés accepteraient d'envisager pour ne pas disparaître et désespérer.
      M. Morel fournit, entre autres, une AMAP, qui est un circuit court de distribution et de solidarité entre consommateurs et paysans ; l'association "Alliance Paysans et Consom'acteurs Rhône !alpes", qui est le réseau régional des AMAP soutient donc le combat de ces paysans scandaleusement spoliés par ce projet et participera aux actions à venir et mobilisera ses réseaux dans ce sens.
      Dans la rubrique "stade fou et vide", on peut aller faire tour sur l'histoire et la situation de celui de Grenoble : instructif, hélas…

  13. En gros , à partir de 40 €uros le mètre , l'OL peut faire ce qu'il veut !….en dessous c'est une honte de piquer les terres des paysans !
    J'ai habité 20 ans à Décines , tous ces terrains étaient agricoles , de chez moi on voyait les vaches pâturer , pendant toutes ces années 95% des paysans ont disparus sans que ces individus qui se plaignent aujourd'hui lève le petit doigt . Dernièrement , j'ai eu du mal à me situer aux "Prainet " la ville ne ressemble plus du tout à celle de mon enfance ! les routes , autoroutes , constructions , zone d'habitation se sont appropriés tous les terrains au point de ne plus reconnaître mon quartier .
    Il faut beaucoup de mauvaise foi à ces gens pour ne voir que le stade de l'OL !…..il y a déjà bien longtemps que cette dégradation est en marche .Décines est devenu une ville moyenne moderne , polluée par le bruit , il est tard pour se réveiller braves gens !………..

  14. Dans ma région les terres agricoles sont à 20 centimes d'€uros !….Je connais un paquet de paysans prêt à tout larguer si on payait leurs terres à 1 €uros le mètre !…………
    Entre les ultra-libéraux de l'OL et les spéculateurs céréaliers , j'avoue ne pas voir la différence !………….

  15. Je ne pense pas être hors sujet : un livre LA TENTATION DU BITUME Edition Rue de l'échiqueier 14 zeuros.
    L'étalement ( mitage) urbain n'épargne pas la France : l'équivalent d'un département est artificilisé tout les 7 ans !. Phénomène lourd de conséquences sociales ( couts démesurés "masqués" pour les collectivités ) et qui n'a pas pour seule origine les mode de vie des résidence individuelles. Cet ouvrage précise les rouages et les multiples responsabilités d'un processus néfaste pour le société et l'environnement. un sombre tableau avec quelques lueurs d'espoir dont tout citoyen devrait être conscient.

  16. Je connais une histoire aussi où une usine à béton c'est construite sur zone non constructible et zone tampon. zone classée protéger au plan de l'urbanisme. Et bien une usine a béton a pousser a 2 m des fenetres des habitations sans aucune autorisation et sur un terrain où la construction est strictement interdite. Quel est le rapport avec cette histoire ? l'argent. Le propriétaire de cette usine est une grande fortune de la région, arrose tout le monde de pot de vin et en plus finance le club de rugby régional qui est le sport de prédilection de cet évènement. Et donc les nuisances que subissent les gens ils s'en fiche car monsieur à de l'argent. Alors qu'il avait d'autre endroit dans le département pour s'installer mais au nom de quoi ? mais de l'argent qu'il a et que cela rapporte. Le reste tout le monde s'en fiche. http://www.lindependant.fr/2011/10/01/voisins-d-u

  17. L'OL possède déjà l'un des plus beaux stades de France (+ de 41 000 places) et n'arrive pas à le remplir lors des matchs de championnat. Pourquoi construire encore un stade un peu plus grand (+60 000 places) pour des sportifs beaucoup trop gâtés (9 des plus hauts salaires à l'OL), mercenaires en majorité. En France que je saches, on aime dépenser les fortunes des contribuables pour le plaisir d'un bétonneur, de quelques sportifs, et de 33 730 supporters en moyenne, sans rapport avec les 1,26 millions d'habitants de cette agglomération. De plus, les dirigeants sont convoqués au ministère de l'Intérieur sur les comportements de ses supporters. Laissons à ces agriculteurs, les terres transmises et allouées à notre indépendance de consommation et si par malheur cet homme doit être exclu qu'il le soit avec des indemnités conformes.

    • une solution : Action non violente ( sitting et autres) devant toute les succursale locale des députés du Rhône jusqu'à abandon du projet . Pas pour négocier le prix du mètre carré exproprié mais pour défendre a ce que de la terres arables du département puissent servir à nourrir la population et pas à être goudronné ou bétonné pour l'éternité. On ne mange pas des ballons de foot mais des patates. Ca va faire combien de division ce genre d'action ? si on trouve 200 personnes sur Lyon sur 1 millions d'habitant c'est ( peut être) gagné. Combien avez vous dit de division de supporters dans le stade actuelle à chaque match de foot à Gerland ? 20 000? 30 000 ?. Pourvu que nos enfants et petits enfants ne connaissent que l'opulence de nos marchés dominicaux et jamais la faim et la disette. C'est mal parti.

  18. comment fait-il pour être agriculteur et détective privé en même temps? deux activités très incompatibles? Mais après tout il est bien libre de faire ce qu'il veut.
    Ce qui me fait sourir c'est de voir les personnes qui sont opposées au stade mais qui ont tous leurs maisons individuelles avec 400 ou 600 mètres carré de terrain autour. On veut bien protéger cet agriculteur mais si on pouvait quand meme avoir notre petit pavillon de banlieue bien propre au détriment de qui? … de ces même agriculteurs. Très bel exemple de Nimby (je vous laisse chercher ce que c'est).

    • T'as vraiment rien compris et tu ne connais vraisemblablement pas les opposants au complexe commercialosportif de mr Aulas. Certains sont certes propriétaires de leur villa (et je doute qu'ils aient payé 1 € le m 2…) d'autres locataires d'une villa encore d'autre propriétaires d'un appartement, d'autre locataires d'un appartement et encore d'autres SDF ou quasiment , certains paient des impôts, d'autres non. Et en plus dans leur rang tout les bords politiques sont représentés.
      Et alors y a t il selon toi une seule catégorie de personne qui aurait le droit de s'insurger ? Ben non, le bon sens appartient à tout le monde. Et là ou je peux mettre ma main à couper c'est que jamais un seul de ces opposants n'a spolier quelqu'un pour son "bien être" personnel.
      Se battre contre ce projet n'est pas du tout un exemple de "not in my back yard" traduction "pas dans mon jardin" puisqu'il s'agit de faire crever des agriculteurs, des terres arables et un corridor vert riche en espèces protégées pour un projet PRIVE qui ne relève pas de l’intérêt général.

    • Je ne suis pas habitant de la région de Lyon, j'ai donc un regard très extérieur à cette situation (il est vrai que vu sur Google Maps, Décines n'a pas l'air proche du centre de Lyon!). L'article de RUE 89 dont on peut louer l'indépendante du point de vue (c'est pour cela que j'apprécie ce site), exprime au contraire pleinement le phénomène de Nimby par le discours de la valeur du terrain porté par son avocat mélangé à celui de l'agriculteur qui défend sa terre.
      c'est pourquoi il est difficile de se faire une opinion tranché sur cette situation.
      Pour ceux qui veulent s'intéresser au phénomène du Nimby, lisez ceci d'Arthur Jobert, « L'aménagement en politique, ou ce que le syndrome Nimby nous dit de l'intérêt général », Politix, n° 42, 1998.
      Néanmoins, je salue le débat autour ce cette article. Cela prouve que l'on se questionne et c'est déjà ca.

  19. Donc , en résumant l'histoire :
    _ Piquer la terre aux paysans c'est pas beau !…..
    _Payer au-dessus de 40€ le mètre c'est beau !….
    _Si l'OL paie 1€ c'est des salauds !…..
    _Si l'OL paie 40€ il devienne gentil et acceptable !…..
    Morale de l'histoire :
    _Je suis heureux d'avoir quitté Décines !…..entre les ultra-libéraux du foot et les paysans prêts à spéculer sur les terres ! Décines n'a pas gagné en ambiance !…..et en respect !
    " ils spéculent sur le foot ! , tu spécule sur la terre !" normalement entre spéculateurs vous devriez trouver une issue !…..

  20. A écouter le reportage intitulé "A ce stade Lyon ne répond plus" sur arte-radio. Le grand stade, c'est le business d'Aulas et de la maffia lyonnaise, avec entre autres, les franc-maçons de la mairie. Un vrai scandale mais à Lyon on aime se faire discret.

  21. Les gens qui traitent Philippe Layat de spéculateur font preuve d'une affligeante mauvaise foi qui révèle bien leur parti-pris dans cette affaire. Si M. Layat et son avocat veulent faire classer ces terres en zone AU, c'est uniquement pour se ménager une issue "moins pire" si jamais leur combat devait échouer. Et quand on voit les obstacles qui se dressent en face d'eux, les forces politiques et financières qui pèsent dans ce dossier en faveur de l'OL-Land, qui pourrait leur en vouloir ? David aussi avait certainement mis à jour son testament avant d'aller affronter Goliath… Bon courage à M. Layat et aux autres paysans menacés d'expropriation, votre combat est non seulement légitime, mais il relève surtout de la Politique au sens le plus noble du terme.

  22. Philippe Layat , agriculteur à Décine expulsé de ses terres aux profits du grand stade de Lyon.
    TGI de Lyon le 17 avril 2012

    Vidéo 1mn25s
    http://latelevisionpaysanne.fr/video.php#214

  23. mr layat n'est pas un spéculateur ce sont se terres personne na le droit de les lui prendre
    j'habite en face de son terrain tous les jours je me met sur mon balcon pour regarder toute cette verdure et ses moutons c'est un régal pour les yeux.
    je suis dégoûtée je ne veux pas de ce stade.
    heureusement que francis son père ne voit pas ce qu'il se passe.

  24. « Monsieur Eric, d’abord, Roger [du bureau de Carton Rouge Décines] m’aura fait découvrir les films de l’affaire :
    “Un paysan expulsé par le grand Lyon
    http://latelevisionpaysanne.fr/vide
    Pourquoi OL Land va sombrer
    http://latelevisionpaysanne.fr/vide… ,”
    De la VRAIE information. Et malheureusement elle a le goût des larmes et de l’odeur de la colère. Et votre propos en rappèle le courage. J’ai beaucoup moins et de manière, sur Change ;org, j’ai lancé une pétition qui cherche soutien pour marquer le désaccord de français éclairés qui refuse de gober la désinformation arguée par le Grand Lyon. Lyon capitale des gaules, collabore avec le béton des affaires à étouffer sa terre et induire la rage à sa postérité. Que l’intelligence des peuples emmène la paix quand leur gouvernants ne savent plus voir.

    “La pétition encore timide : http://www.change.org/fr/p%C3%A9tit
    le lien vers le blog qui l’initie : http://daniellyon.blogspot.fr/”
    Est ce à dire que nous marchons dans nos campagnes ? Allons alors, allons, nous irons monsieur Collomb. Et le truc qui est vraiment impressionnant, c’est que partout où le temps se gâte, il n’est jamais là monsieur Collomb, il envoie ses avocats. Ou ceux du SYTRAL est ce bien différent ? Les transports en commun en main mise sur l’impact irréversiblement destructeur du projet OL LAND sur les champs de l’Est Lyonnais, pour faire le tour de passe passe de l’intérêt commun. Le Grand Lyon 2012, est-ce Lyon qui tue la mémoire de Lyon, la mémoire de ce que sa terre nourricière raconte. Que des dirigeants si haut placés et puissants représentent la mémoire culturelle n’étonne et ne détonne-t-il pas ? Mais tous les chemins mènent à Rome, et Rome décide le sens du vent. »

  25. Pour répondre à Gmily, si Décines à énormément changé ces dernières années, il trouve ça bien.
    Il dit que la ville est de plus en plus polluée, qu il ne reconnait plus le village de son enfance…Et il trouve ça bien, il doit penser que la destruction est du progrés, que nous n avons plus besoin d agriculteurs car c est mieux d importer des fruits, des légumes et de la viande d’Espagne ou de Chine, Gmily, fais confiance à Collomb et Aulas et résigne toi, ton fatalisme est plein de joie. Tu ne serais pas un peu jaloux en plus si les agriculteurs viendraient à être dédommagés à la juste valeur de leur terre ?

  26. Rétrolien : Accès au Grand Stade de l'OL : sérieuses complications pour Jean-Michel Aulas - | Rue89Lyon

  27. URGENT !!!!!! Audience ce vendredi 5 sept 14H au Trib. administratif LYON 184 rue dugesclin pour REFERE LIBERTE de layat demandant arret travaux immédiat MERCI de VENIR NOMBREUX et PASSER INFO URGENTISSIME et CAPITALE

  28. Connard de baratineur… 1 euro le m² au lieu de 300, j’appelle ça non plus de l’expropriation mais du déguerpissement au profit de Vinci, comme ça se passe en Nouvelle-Guinée pour les multinationales de l’huile de palme, en Chine ou au Brésil pour le stade de foot. La France est devenu un pays de merde du tiers-monde.

  29. Nan tu devrais te renseigner et tu verrais que non, 1 euro du mètre carré , ce n’est pas cher payé !
    Il gagnera peut être 90 000 euros mais sans ses terres, je suis désolé mais il ne peut pas gagner sa vie ! Ce n’est rien 90 000 euros