Rue du dernier film 

[Vidéo] Philippe Layat, un agriculteur sur le chemin du Grand Stade

Nous l’avions rencontré tandis qu’il avait décidé, finalement, de donner de la voix avec les opposants au projet d’OL Land, le stade que Jean-Michel Aulas est en train de faire construire à Décines. Philippe Layat est un paysan de cette commune, qui vit dans une ferme familiale, avec quelques brebis, des hangars pleins de planches de bois qu’il découpe et recouvre de phrases de façon plutôt artistique. Il a mis du temps à rejoindre les groupes d’opposants organisés.

Au départ, il leur fermait la porte au nez, de la même façon qu’il la fermait devant les agents du Grand Lyon qui voulaient lui faire signer la vente de ses terres. L’opération du Grand Stade est privée, ou presque : la communauté urbaine met la main à la poche pour créer les voies d’accès à ce futur équipement sportif. Et pour cela, elle doit passer par des terres agricoles, dont celles de Philippe Layat. Finalement, celui qui se présente comme le « dernier agriculteur » en plein dans la ville, est exproprié, à hauteur de 9 hectares. Pour 1 euro le mètre2.

Le chantier a démarré. Cette semaine de rentrée 2014, la police s’est rendue sur place. Philippe Layat a été interpellé pour une altercation avec l’un des techniciens du chantier. Son avocat, Etienne Tête, prétend que l’annulation par la cour administrative d’appel d’arrêtés préfectoraux prononçant les déclarations d’intérêt public du Grand Stade (pour défaut d’information du public) doit suspendre les travaux. Ce que récuse le Grand Lyon.

Dans la vidéo ci-dessous, réalisée par des opposants au projet de l’OL, on voit le paysan rouler ses cigarettes, parler avec un ton qui déstabilise toujours l’interlocuteur : on ne sait pas s’il s’agit d’une grande ironie, d’un humour grinçant ou d’une toute autre forme d’expression. On le voit parlant de sa rage de dents, d’un portail détruit auquel il tient, quand même, « parce que c’était un beau portail ». Philippe Layat a passé plusieurs heures en garde à vue et en est sorti le mercredi 3 en milieu d’après-midi.

Les opposants ont engagé une action en référé devant le tribunal administratif, réclamant l’arrêt des travaux, ce jeudi 4 septembre.


La triple peine pour un paysan. par latelevisionpaysanne

Partager cet article