Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Lyon dans le top 10 des villes les plus chères de France pour les étudiants
Actualité 

Lyon dans le top 10 des villes les plus chères de France pour les étudiants

par Oriane Mollaret.
Publié le 23 août 2022.
Imprimé le 05 octobre 2022 à 23:40
282 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

D’après le classement annuel de l’UNEF dévoilé ce lundi 22 août, Lyon est la 9e ville la plus chère de France pour les étudiants.

Pour beaucoup d’étudiants et étudiantes lyonnais·es, ce n’est pas vraiment une surprise. Ce lundi 22 août, Lyon a fait son entrée dans le top 10 des villes étudiantes les plus chères de France, d’après le classement réalisé chaque année par le syndicat étudiant UNEF et dans lequel figurent les 47 plus importantes villes universitaires de France métropolitaine.

Cette année, Lyon s’est classée à la 9e place, juste devant Champs-sur-Marne, en région Île-de-France.

Manifestation des étudiants pour des conditions de vie décentes à Lyon, le 21 janvier 2020. ©LS/Rue89Lyon
Manifestation des étudiants pour des conditions de vie décentes à Lyon, le 21 janvier 2020. ©LS/Rue89Lyon

Ce sont justement des villes de la banlieue parisienne qui occupent toujours le haut du classement, à l’exception de Nice, en 7e position. En tête de liste, on trouve bien évidemment Paris même. Ce top 10 pourrait donc se résumer à un top 3, avec l’Île-de-France sur le haut de podium, suivie par Nice et Lyon.

Lyon, une ville de plus en plus chère pour les étudiants

Au niveau local, le Groupement des associations et élu·es étudiant·es de Lyon (GAELIS) alertait déjà la semaine dernière sur une hausse du coût de la rentrée cette année. D’après leur indicateur annuel, un·e étudiant·e sans bourse qui choisit de faire ses études à Lyon devra débourser très précisément 2516,59 euros cette année, contre 2410,13 euros l’année dernière, 2470,18 euros en 2020 et 2344,70 euros en 2019. En trois ans, ces dépenses de rentrée auront pris plus de 170 euros.

Cette tendance à la hausse, qui se vérifie depuis un certain nombre d’années à Lyon, pourrait encore s’aggraver avec l’inflation qui touche l’ensemble du pays. Celle-ci devrait atteindre 7 % en septembre et culminer à 9 % en décembre d’après les données de l’INSEE.

Des mesures gouvernementales insuffisantes pour les étudiants de Lyon

En réaction, le gouvernement a pris des mesures timides à destination des étudiant·es : bourses universitaires et APL augmentées respectivement de 4 % et 3,5 % pour cette rentrée de septembre, et versement de 100 euros pour les bénéficiaires de ces aides.

Des coups de pouce financiers qui ne parviendront pas à suivre le rythme inflationniste, prévient GAELIS :

« Un.e étudiant.e sur deux est contraint de travailler en plus de ses études pour pouvoir subvenir à ses besoins. Un emploi hebdomadaire supérieur à 15h par semaine double le risque d’échec scolaire. Ces emplois par ailleurs, trop souvent précaires entraînent stress, fatigue et conduisent, dans le pire des cas, à l’abandon des études. »

En novembre 2019, la précarité étudiante avait brutalement été mise en lumière à Lyon suite à la tentative d’immolation d’un étudiant de l’Université Lumière Lyon 2, Anas Kournif, puis de nouveau pendant les confinements, où plusieurs étudiant·es avaient tenté de mettre fin à leurs jours à Lyon. Dans les deux cas, ces événements tragiques avaient été suivis de fortes mobilisations pour dénoncer la précarité étudiante.

L'AUTEUR
Oriane Mollaret
Oriane Mollaret

En BREF

Nuit du droit à Lyon : un débat autour de la pollution aux perfluorés animé par Rue89Lyon

par Rue89Lyon. 318 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Jeunes migrants à la rue à la Croix-Rousse : la Ville de Lyon ouvre un gymnase

par Marie Allenou. 483 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Rentrée sociale à Lyon : manifestation ce jeudi pour des mesures contre l’inflation

par Rue89Lyon. 849 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×