Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Régionales : pourquoi la gauche part désunie en Auvergne-Rhône-Alpes
Politique 

Régionales : pourquoi la gauche part désunie en Auvergne-Rhône-Alpes

par Pierre Lemerle.
Publié le 14 mars 2021.
Imprimé le 13 juin 2021 à 03:24
996 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après des négociations menées durant plusieurs mois, le grand rassemblement de la gauche pour les élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes se solde par un échec. Pourtant, face à un Laurent Wauquiez (LR) ultra-favori, celui-ci semblait indispensable. Chronique d'un désaccord structurel, notamment lié à la perspective des élections présidentielles de 2022. 

"À un moment, il faut dire aux électeurs ce qu'on veut faire pour eux." Elle s’est lancée officiellement ce dimanche. Najat Vallaud-Belkacem a annoncé via la presse locale sa candidature aux élections régionales de juin 2020, en Auvergne-Rhône-Alpes.

Sifflant par la même occasion la fin de la partie "négociations", avec les autres partis de gauche, Europe-Ecologie-les-Verts (EELV) en particulier, mais aussi La France insoumise (LFI) et le Parti communiste (PC).

Le PS a cru parvenir à l'union en Auvergne-Rhône-Alpes pour les régionales 2021

EELV a démarré sa propre campagne il y a belle lurette, avec une accélération le 25 février dernier. L’union liant le PCF et LFI a envoyé un communiqué le 1er mars pour marquer sa démarche autonome. Le parti socialiste est donc le dernier à s’être lancé, à 13 semaines du premier tour de ces élections régionales sous tension.

La gauche part donc divisée dans cette drôle de campagne, marquée par un contexte de pandémie et de crise sociale. Le PS a « retenu » sa candidature « jusqu’au dernier moment », estime un proche de Najat Vallaud-Belkacem. Jusqu’à mi-mars, les socialistes ont cru parvenir au « grand rassemblement de la gauche ». À l'instar de ce qui a pu être réalisé dans les Hauts-de-France.

« Le rendez-vous était historique », regrette-t-on au sein du PS. Auvergne-Rhône-Alpes, présidée par Laurent Wauquiez, élu LR partisan d'une droite radicale, aurait pu être l'occasion d'un laboratoire précis pour la gauche .

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

Article actualisé le 03/05/2021 à 11h54
L'AUTEUR
Pierre Lemerle

En BREF

Avec le bail réel solidaire, la Métropole de Lyon veut contrôler les prix

par Bertrand Enjalbal. 253 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Lyon : une manifestation « pour les libertés et contre les idées d’extrême droite » ce dimanche

par Rue89lyon. 866 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid : la situation continue de s’améliorer dans le Rhône

par Bertrand Enjalbal. Aucun commentaire pour l'instant.
×