Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
[Turfu] Gérard Collomb sera-t-il considéré comme le Jacques Chirac lyonnais ?
Témoignage 

[Turfu] Gérard Collomb sera-t-il considéré comme le Jacques Chirac lyonnais ?

par Tribune.
Publié le 2 juillet 2020.
Imprimé le 19 septembre 2021 à 06:14
2 240 visites. 4 commentaires.
[Série « Mon Collomb »] Rue89Lyon vous invite, (grand·es)-lyonnais·es, quel que soit le rôle que vous jouez dans la vie de la cité, habitant·e, élu·e, à nous raconter « votre Collomb » : une expérience partagée avec le futur ex-maire, un regard sur ses mandats, sur son parcours, etc. Contactez-nous : hello@rue89lyon.fr.

Gérard Collomb, en archive, en effet. ©LyonFigaro DR

Gérard Collomb, en archive, en effet. ©LyonFigaro DR

Michel Sorine vit et vote à Lyon. Il se définit lui-même comme un observateur de la vie politique locale, qui aura été indécis jusqu’à la fin au sujet de ce scrutin inédit, dont l’issue a été marquée dimanche 28 juin par une large victoire des écologistes.

Une victoire qui signe par ailleurs la fin de la gouvernance de Gérard Collomb, élu maire il y a 19 ans. Nous reprenons le témoignage qu’il a produit et diffusé également sur ses réseaux sociaux.

« La chasse au Collomb est ouverte ! Quand je lis les commentaires haineux de tous ceux qui dansent sur le cadavre encore chaud de Gérard Collomb, je ne puis m’empêcher de lui rendre un petit hommage. Personnellement, j’avais définitivement tourné la page Collomb suite à sa démission pitoyable du ministère de l’intérieur en 2018.

Lire aussi

Caroline Collomb balance : si « Gérard » est parti du gouvernement, c’est « à cause de l’affaire Benalla »

Depuis le temps qu’il courait après une reconnaissance nationale, rejeté par tous durant 35 ans, de Mitterrand à Hollande, il n’avait qu’à rester à Paris. Mais son truc, sa chose, c’était Lyon, et il ne voulait la partager avec personne.

Ok, il flinguait, humiliait, décidait tout seul, piquait des colères odieuses, se droitisait à mesure qu’il prenait de l’âge, se méfiait de tout le monde, devenait parfois la caricature de lui-même. Il aurait dû partager le pouvoir, la jouer différemment cette fois, s’appliquer à lui-même cet humanisme lyonnais dont il se réclamait en permanence. Mais à avoir été trop souvent trahi, on devient vite aigri.

Il sort par la petite porte, sous les quolibets, après un dernier dérapage et une raclée monumentale.
Tant pis, tant mieux, on verra bien. Mais j’ai vu tellement de courtisans baver dans son sillage depuis 20 ans que je trouve, non pas la défaite, mais les commentaires souvent déplacés et injustes. Car il laisse un bilan qui pourrait inspirer beaucoup d’édiles.

Visionnaire, bâtisseur, avant-gardiste (oui, même en matière environnementale), son empreinte est immense et il a changé totalement la physionomie de cette ville et l’a fait rayonner comme jamais.

Fallait juste savoir conclure en beauté.

Passé un moment de disgrâce bien mérité (avec tous ses commentaires hargneux), on chantera ses louanges à Lyon pendant des décennies (tel un Chirac bosseur).

On parie ? »

L'AUTEUR
Tribune
Tribune

En BREF

A Lyon, quatre manifestations contre le pass sanitaire ce samedi

par Pierre Lemerle. 1 179 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Expulsion du squat de Feyzin : un satisfecit pour la préfecture, pas pour les associations

par Pierre Lemerle. 339 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Tirs de LBD à Lyon : la responsabilité de l’Etat engagée ?

par Oriane Mollaret. 294 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×