Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
L’intenable situation des travailleuses du sexe pendant le confinement
Société  Témoignage 

L’intenable situation des travailleuses du sexe pendant le confinement

par Pierre Lemerle.
Publié le 21 avril 2020.
Imprimé le 11 mai 2021 à 00:35
3 640 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Depuis le début du confinement, la situation est devenue intenable pour nombre de travailleuses et travailleurs du sexe. Interdites de sorties, apeurées par le virus, comme par les forces de l’ordre, certaines se retrouvent sans rentrées d’argent, voire totalement à sec. Dans cette situation, elles sont poussées à recontacter des clients malgré la crainte du Covid-19. Via des cagnottes, des associations essayent aussi de leur venir en aide. Témoignages.

Elle est retournée voir un client, début avril : "Pas le choix, je n’avais plus rien".

Depuis le début du confinement, Typy Zoberman est dans le rouge, comme ses collègues travailleurs et travailleuses du sexe. Non déclarée, ne touchant aucune aide d’Etat, elle a réussi à tenir les premiers temps, grâce à un peu de liquide.

« En gros, j’avais 300 euros de côté avant le 17 mars, compte-t-elle. 100 euros sont passés dans des grosses courses avant le confinement, 100 autres ont renfloué mon compte, et 100 ont été utilisés les deux premières semaines. »

Depuis, elle a seulement vu un habitué, à moins d’un kilomètre de chez-elle.

« Mon colocataire travaille avec un public âgé, je ne veux pas les mettre en danger. »

Cet apport ne devrait pas être suffisant pour tenir jusqu’au 11 mai.

Pourtant, la jeune femme se considère comme « chanceuse » en cette période de pandémie. Contrairement à de nombreux travailleurs du sexe, elle dispose d’un logement et a même réussi à décaler le versement de son loyer. Le 16 mars, jour du discours d’Emmanuel Macron, Nadja del’Oro s’est elle retrouvée à la rue.

"Comme beaucoup, souligne-t-elle. Avec la fermeture des hôtels, de nombreuses filles ont perdu leur logement."

Côté sous-location, personne n’a voulu prendre le risque de continuer à loger des travailleuses du sexe :

« Ils avaient peur que ça coince niveau fric ».
"Pour moi qui aie connu le VIH, un virus ce n’est pas rien"

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

L'AUTEUR
Pierre Lemerle
Journaliste indépendant, en reportage confiné pour Rue89Lyon

En BREF

A Lyon ce dimanche, nouvelle marche pour « une vraie loi climat »

par Rue89Lyon. 733 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid : à Lyon et dans le Rhône une pression encore forte à l’hôpital

par Bertrand Enjalbal. 322 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, la justice saisie contre l’utilisation de l’hélicoptère de la gendarmerie en manifestation

par Oriane Mollaret. 422 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×