Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Prof confiné : « Faire classe sans les élèves, c’est un autre métier »
Témoignage  Tribune 

Prof confiné : « Faire classe sans les élèves, c’est un autre métier »

par Dalya Daoud.
Publié le 13 avril 2020.
Imprimé le 13 avril 2021 à 01:22
22 511 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nous publions une série de témoignages d'enseignants confinés. Ou le travail des profs au temps du covid-19. Le confinement est propice au creusement des inégalités, la continuité pédagogique étant loin d'être une évidence ni même parfois une option dans les familles -c'est ce qu'Emmanuel Macron a relevé pour justifier d'une ré-ouverture des établissements scolaires (hors supérieur) dès le 11 mai.

En attendant, envois de mails, coups de fil, visioconférences pour certain.e.s enseignant.e.s, rapports heurtés avec l'administration, (léger) désarroi en entendant Jean-Michel Blanquer, coups de stress, récit d'anecdotes avec humour et vague à l'âme : plusieurs d'entre vous ont bien voulu partager cette expérience sur Rue89Lyon. N'hésitez pas à nous contacter (hello@rue89lyon.fr) pour que l'on échange et que l'on vous pose nos questions.

Ci-après, premier récit, celui d'un prof exerçant dans un lycée à Vénissieux, enseignant les Lettres et l'Histoire à des CAP (avec une majorité de mineurs exilés isolés), ainsi qu'à des élèves de Première et de Terminale.

En moyenne je travaille 35 heures minimum par semaine (un calcul établi sur les trois premières semaines de confinement) ; je voulais savoir combien de temps je passais "en distanciel" comme l'on dit dans l’Éducation nationale. Ce qui a été compliqué, c'est adapter son travail aux "écrans et au numérique".

Faire classe sans les élèves, c'est un autre métier.

J'avais un cours de prévu sur "les systèmes de l"'information" avec, notamment, une séance sur les données personnelles et le RGPD... Vu les outils que j'utilise pour garder un lien (humain et scolaire) avec les élèves, le laïus sur la protection des données personnelles est caduque !

J'utilise principalement (et "je" est un "nous" puisque mes collègues également) Whatsapp, Zoom voire Snapchat. Sans ces réseaux, nous ne pourrions garder ce lien avec les élèves.

J'enseigne dans un lycée professionnel à Vénissieux et la fracture numérique et sociale est réelle et impressionnante.

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

Article actualisé le 15/04/2020 à 21h46
L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.

En BREF

Génération identitaire toujours dans ses locaux dans le Vieux Lyon

par Bertrand Enjalbal. 909 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Un rassemblement des AESH et de leurs soutiens ce jeudi à Lyon

par Rue89lyon. 346 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une manifestation contre la réforme de l’assurance-chômage ce mercredi à Villeurbanne

par Rue89lyon. 421 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×