Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Prof confiné : « Faire classe sans les élèves, c’est un autre métier »

Nous publions une série de témoignages d’enseignants confinés. Ou le travail des profs au temps du covid-19. Le confinement est propice au creusement des inégalités, la continuité pédagogique étant loin d’être une évidence ni même parfois une option dans les familles -c’est ce qu’Emmanuel Macron a relevé pour justifier d’une ré-ouverture des établissements scolaires (hors supérieur) dès le 11 mai.

, ,
Édition abonnés
Un échange sms avec un élève de collège. Capture d'écran du téléphone de l'enseignant. DR

En attendant, envois de mails, coups de fil, visioconférences pour certain.e.s enseignant.e.s, rapports heurtés avec l’administration, (léger) désarroi en entendant Jean-Michel Blanquer, coups de stress, récit d’anecdotes avec humour et vague à l’âme : plusieurs d’entre vous ont bien voulu partager cette expérience sur Rue89Lyon. N’hésitez pas à nous contacter (hello@rue89lyon.fr) pour que l’on échange et que l’on vous pose nos questions.
Ci-après, premier récit, celui d’un prof exerçant dans un lycée à Vénissieux, enseignant les Lettres et l’Histoire à des CAP (avec une majorité de mineurs exilés isolés), ainsi qu’à des élèves de Première et de Terminale.
En moyenne je travaille 35 heures minimum par semaine (un calcul établi sur les trois premières semaines de confinement) ; je voulais savoir combien de temps je passais « en distanciel » comme l’on dit dans l’Éducation nationale. Ce qui a été compliqué, c’est adapter son travail aux « écrans et au numérique ».
Faire classe sans les élèves, c’est un autre métier.
J’avais un cours de prévu sur « les systèmes de l »‘information » avec, notamment, une séance sur les données personnelles et le RGPD… Vu les outils que j’utilise pour garder un lien (humain et scolaire) avec les élèves, le laïus sur la protection des données personnelles est caduque !

J’utilise principalement (et « je » est un « nous » puisque mes collègues également) Whatsapp, Zoom voire Snapchat. Sans ces réseaux, nous ne pourrions garder ce lien avec les élèves.
J’enseigne dans un lycée professionnel à Vénissieux et la fracture numérique et sociale est réelle et impressionnante.

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Lyon. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Lyon d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Confinement

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

#covid-19#Éducation#Lycée#Lycée professionnel

À lire ensuite


En Algérie, mars 2020. ©Houcine Haddouche

Photo : Houcine Haddouche

Le jeudi 19 mars, jour 3 du confinement à Lyon. Beaucoup de structures pour apporter de l'aide d'urgence était fermées ©LB/Rue89Lyon. Une personne sans-abri devant la Grande pharmacie lyonnaise, rue de la République

Photo : LB/Rue89Lyon. Une personne sans-abri devant la Grande pharmacie lyonnaise, rue de la République

Partager
Plus d'options