Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

L’impact du confinement est-il positif sur la qualité de l’air à Lyon ?

[DATA-ANALYSE] Depuis le début du confinement, le 17 mars, la qualité de l’air à Lyon s’est sensiblement améliorée, grâce à la diminution du trafic routier. Rue89Lyon décrypte en graphiques cette évolution.

Data-visualisation
Édition abonnés
Ces images utilisent des données du satellite Copernicus Sentinel-5P pour montrer les concentrations moyennes de dioxyde d'azote du 14 au 25 mars 2020, comparées à la moyenne mensuelle des concentrations de 2019. ©données de Copernicus Sentinel (2019-20), traitées par KNMI/ESA

La pollution de l’air a nettement diminué depuis le début du confinement dans toute l’Europe. L’Agence spatiale européenne (ESA) a publié dès le 27 mars les images satellites des premiers effets du confinement sur la pollution de l’air. A Lyon, où les niveaux de pollution atmosphérique sont particulièrement élevés, l’effet est nettement visible.
L’agence de surveillance de la qualité de l’air ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a publié mercredi 1er avril un premier bilan de l’impact du début du confinement sur l’agglomération lyonnaise. Elle signale :

« Une baisse considérable et sans ambiguïté [des concentrations de dioxyde d’azote], qui s’amplifie à compter de la deuxième semaine de confinement ».

Le dioxyde d’azote (NO2) et les particules en suspension (PM10) sont les principaux polluants relevés par ATMO dans ses mesures quotidiennes.

L’agence régionale dispose d’une douzaine de stations de mesure dans l’agglomération lyonnaise, situées à des endroits stratégiques : près des axes routiers (station « Lyon Périphérique » ou « A7 Sud-Lyonnais »), dans les centres-villes (stations « Lyon Centre » ou « Villeurbanne Place Grand-Clément »), en milieu urbain (station « Lyon Gerland ») ou périurbain (station « Est lyonnais / St Exupéry »).

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Lyon. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Lyon d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Pollution

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Nombre de jour de dépassement en Ozone (O3) en 2018, selon ATMO Auvergne-Rhône-Alpes
Panneau de signalisation indiquant la ZFE dans la Métropole de Lyon
Partager
Plus d'options