Habillage
Manchester City – OL : encore un salut nazi parmi les supporters lyonnais
Actualité 

Manchester City – OL : encore un salut nazi parmi les supporters lyonnais

actualisé le 21/09/2018 à 09h21

Il a été filmé par un supporter anglais mercredi 19 septembre après la rencontre de Ligue des Champions. Dans les gradins du stade de Manchester, cet ultra lyonnais réalise alors, à visage découvert, un salut nazi. Un nouvel épisode dans la série des comportements racistes de certains supporters de l’Olympique Lyonnais.

La vidéo montrant le salut nazi de ce supporter lyonnais a été postée sur Twitter.

Elle n’éclipsera peut-être pas la victoire inattendue de l’Olympique Lyonnais sur le terrain de Manchester City. Toutefois, l’épisode s’inscrit dans une actualité récente lourde en matière de comportements racistes de certains supporters du club.

Banderoles et saluts nazis en mars dernier au Groupama Stadium

L’Olympique Lyonnais vient en effet d’être sanctionné par l’UEFA pour les débordements survenus en mars dernier lors de la réception du CSKA Moscou. L’Olympique Lyonnais a écopé fin août de deux matchs européens à huis clos dont un avec sursis.

Le 15 mars 2018, un policier avait été violemment lynché par des hooligans lyonnais. Durant le match l’UEFA avait par ailleurs constaté des « saluts nazis », des « symboles nazis » et l’agression « d’un supporter de couleur ».

Incidents avant le match entre l'OL et le CSKA Moscou. Capture youtube

Incidents avant le match entre l’OL et le CSKA Moscou. Capture youtube

Le club lyonnais était de surcroît sous la menace d’une suspension totale de compétitions européennes. Avec cette sanction il s’en était plutôt bien tiré mais avait décidé malgré tout de faire appel pour éviter un match à huis clos en Ligue des Champions. Le comportement de ce supporter ne plaidera sûrement pas en sa faveur auprès de l’instance européenne du foot.

Le club ne risque aujourd’hui plus d’exclusion totale de coupe d’Europe. Le sursis est tombé après avoir été ramené à quinze mois contre deux ans au départ.

Des comportements racistes récurrents parmi les supporters lyonnais

Mais ce nouvel épisode perpétue une succession de comportements graves. Cette menace d’exclusion totale découlait des graves incidents survenus en avril 2017 lors de la réception du club du Besiktas Istanbul. De violents affrontements avaient eu lieu avant et pendant le match entre supporters adverses.

Les supporters du club turc, réputés d’extrême gauche, avaient particulièrement visé le virage sud du Groupama Stadium, abritant des éléments d’extrême droite radicale et violente. Avant le match, des membres des Bad Gones, principal groupe de supporters de l’OL situé virage nord lui, avaient scandé en leur direction des « On est chez nous, on est chez nous ».

L’actualité récente est ainsi lourde dans les gradins du Groupama Stadium. Elle est toutefois malheureusement récurrente. Dans le passé, le virage sud connu pour accueillir des membres de l’extrême droite radicale, s’est déjà illustré. Par des tags nazis sur des locaux de supporters de Saint-Étienne, des banderoles hostiles aux réfugiés à l’époque où le club évoluait dans le stade de Gerland.

Photo de la banderole "refugees not welcome" publiée le 12 septembre sur le site fdesouche.

Photo de la banderole « refugees not welcome » publiée le 12 septembre sur le site fdesouche.

L’OL et Jean-Michel Aulas promettent à chaque fois de s’attaquer au problème

À chaque fois ou presque, l’Olympique Lyonnais promet de s’attaquer au problème. Il y a plus d’un an, Jean-Michel Aulas le président de l’OL promettait de « faire le ménage » et de « regarder qui il y avait sous les cagoules » après les incidents contre Besiktas. À l’annonce fin août de la sanction de l’UEFA suite au match contre le CSKA Moscou, il promettait de nouveau de regarder sous le tapis et d’en tirer les conséquences.

Un mois après, patatras ça recommence.

Jean-Michel Aulas président de l'OL

Jean-Michel Aulas, président du club de l’Olympique Lyonnais. Photo Rue89Lyon

L’Olympique Lyonnais a annoncé hier dans un communiqué rechercher le supporter au bras tendu. Ce jeudi 20 septembre, le club aurait identifié le supporter. Il entend l’exclure à vie de son stade et déposer plainte contre lui.

Une célérité qui tranche avec les épisodes précédents. Suite aux incidents lors de la réception de Moscou en mars dernier, plusieurs arrestations de hooligans avaient eu lieu le soir du match et les jours suivants. À chaque fois le club avait fait part de son intention de se porter partie civile dans les procédures à leur encontre. Ce qu’il n’a pourtant jamais fait.