Habillage
Premier pic de pollution à l’ozone de la saison 2018 à Lyon
Actualité 

Premier pic de pollution à l’ozone de la saison 2018 à Lyon

On connaît la recette : augmentation des températures en été et un vent inexistant = pic de pollution à l’ozone.

Alors que la préfecture du Rhône vient d’activer « le niveau alerte canicule», le bassin Lyon Nord-Isère est touché par un premier pic de pollution atmosphérique à l’ozone de la saison d’été 2018. Il devrait perdurer ces prochains jours.

Ce vendredi, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes annonce une a qualité de l’air « médiocre dans la région Lyonnaise ». Samedi 30 juin, en raison du « pic de chaleur et l’affaiblissement du vent », une augmentation des concentrations d’ozone est attendue. La qualité de l’air devrait donc être « médiocre à mauvaise ».

Carte des prévision des concentrations en ozone en Auvergne-Rhône-Alpes pour ce samedi 30 juin. Capture d’écran ATMO Auvergne-Rhône-Alpes.

Carte des prévision des concentrations en ozone en Auvergne-Rhône-Alpes pour ce samedi 30 juin. Capture d’écran ATMO Auvergne-Rhône-Alpes.

L’ozone, un polluant à la hausse

Lors de la présentation du bilan 2017 de la qualité de l’air en Auvergne-Rhône-Alpes, le 5 avril dernier, par ATMO, on apprenait que les concentrations des principaux polluants sont en baisse entre 2007 et 2017, notamment ceux pour lesquels une procédure précontentieuse européenne a été ouverte : – 34% pour les particules fines (PM10) entre 2007 et 2017 et – 24% pour le dioxyde d’azote sur la même période.

En revanche, toujours entre 2007 et 2017, la pollution à l’ozone a augmenté de 14%.

Comment se forme ce polluant des beaux jours ?

Surnommé le polluant des beaux jours, l’ozone (O3) se manifeste uniquement durant les périodes les plus clémentes de l’année, généralement à partir de la fin du mois de juin. Au contraire de la pollution aux particules fines, qui s’observe en hiver.

L’ozone est un polluant secondaire qui ne sort pas directement des pots d’échappements, comme nous l’expliquait Florence Troude, ingénieure modélisation à Air Rhône-Alpes (aujourd’hui Atmo Auvergne-Rhône-Alpes :

« Il se forme par une réaction chimique déclenchée par les rayons UV du soleil, à partir de polluants pré-existants dans l’air, appelés « précurseurs ». Ces derniers proviennent notamment du trafic routier, de certains procédés industriels et de l’usage de solvants comme dans la peinture ou la colle. »


L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.

En BREF

Cathy Bouvard quitte les Subsistances pour prendre la direction des Ateliers Médicis

par Dalya Daoud. 672 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manchester City – OL : encore un salut nazi parmi les supporters lyonnais

par Bertrand Enjalbal. 1 611 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La Métropole de Lyon vote le « désinvestissement des énergies fossiles »

par Laurent Burlet. 673 visites. 4 commentaires.