Société 

Royalisme, agit-prop et Facebook : le retour de l’Action française à Lyon

actualisé le 08/02/2017 à 09h33

Ils ont 20 ans et veulent le retour du Roi.

Le mouvement de Charles Maurras fondé à la fin du XIXème siècle a pris le tournant du numérique et se fait une place dans le paysage lyonnais des groupuscules de l’extrême droite radicale.

« On a assisté à une petite messe ». Aux dires de Stéphane Blanchonnet, qui dirige la section de Lyon, l’Action française a connu des années plus fastes pour célébrer la mémoire de Louis XVI, guillotiné le 21 janvier 1793.

Messe anniversaire de la mort de Louis XVI du 21 janvier 2017. Eglise Saint-Georges (Vieux Lyon). Comme le veut le rite tridentin, le prêtre regarde dans le même sens que les fidèles. ©LB/Rue89Lyon

Messe anniversaire de la mort de Louis XVI du 21 janvier 2017. Eglise Saint-Georges (Vieux Lyon). Comme le veut le rite tridentin, le prêtre regarde dans le même sens que les fidèles. ©LB/Rue89Lyon

Ce samedi 21 janvier 2017, à peine une soixantaine de personnes ont occupé les rangs de l’église Saint-Georges. La moitié de l’assistance était formée des jeunes de l’Action française. 22 ans de moyenne d’âge au maximum.

Ces dernières années, la messe estampillée Action française a été célébrée par l’abbé Billioud, mais le prêtre a été suspendu de ses fonctions par le cardinal Barbarin suite à des soupçons d’agressions sexuelles. L’affaire a été classée sans suite cet été.

L’Action Française a dû se rabattre sur une autre église. Heureusement pour eux, Lyon ne manque pas d’églises traditionalistes où l’on célèbre des messes (en latin) en l’honneur de Louis XVI.

L’église Saint-Georges était toute trouvée puisqu’une majorité de membres de l’AF fréquente régulièrement cette paroisse.

L’homélie de l’abbé Hugues de Montjoye, recteur des lieux, collait parfaitement à la ligne idéologique du mouvement. Après avoir évoqué un « régicide dont la France n’a pas su encore se relever », il a continué dans la lignée de Charles Maurras, le théoricien et leader de l’Action française, mort en 1952 :

« La France, ce n’est pas une idée, un concept, pas même une valeur. C’est une réalité charnelle, incarnée. C’est un territoire, un peuple, une langue, une histoire, une culture, et tout cela inséparablement lié au christianisme qui l’a fait naître, qui l’a nourrit, et l’a élevée ».

Il a appelé à la défense de « notre culture mise en danger de l’intérieur et de l’extérieur » et plus particulièrement de la défense de la famille. Et de conclure sur le soutien à la Marche pour la vie (contre l’IVG) qui avait lieu le lendemain et à laquelle il encourageait chaudement tous les fidèles à participer.


Merci la Manif pour tous

Ces vingt dernières années, à Lyon, on a seulement entendu parler de l’Action Française au moment de cette messe traditionnelle, au détour notamment d’un post sur le site de Lyon People qui publiait l’homélie.

Il n’y avait alors qu’une poignée d’adhérents qui faisaient vivoter la section. Le Mariage pour tous a représenté une aubaine pour ce groupuscule comme pour les autres mouvements d’extrême droite.

Avec l’organisation des cortèges lyonnais de la Manif pour tous et la création du Printemps français, l’Action française a repris de la vigueur.

Stéphane Blanchonnet, 43 ans, préside la section lyonnaise et le comité directeur de l’AF (au niveau national) :

« Avec la Manif pour tous, des jeunes se sont politisés. Auparavant, nous n’avions pas de local et nous étions qu’une quinzaine. On a doublé nos effectifs. »

À Lyon, les « anciens » se sont cotisés pour louer un nouveau local, au 11 rue Adelaïde Perrin, inauguré en octobre 2015.

En face de l’abbaye, dans le très bourgeois quartier d’Ainay, le minuscule local accueille aujourd’hui une trentaine de jeunes militants, présents essentiellement le vendredi soir, pour les formations hebdomadaires.

Surtout, l’activité de l’Action française se voit désormais dans les rues. Lyon est devenue l’une des principales sections « de province », avec Marseille et Bordeaux.

Le local de l'Action française à Lyon, à Ainay (2ème arrondissement). ©LB/Rue89Lyon

Des militants de l’Action française devant leur local à Lyon (rideau blanc tiré). Quartier d’Ainay, dans le 2ème arrondissement. ©LB/Rue89Lyon


Actions Facebook

Ce samedi matin, une heure avant le début de la messe pour Louis XVI, ils se sont retrouvés, soit une vingtaine dans le local, pour une nouvelle action, avec drapeaux et pancarte.

De la place Ampère à la place Bellecour, ils ont remonté la rue Victor Hugo en scandant leurs slogans nationalistes et royalistes : « France, jeunesse, contre-révolution » ou « Révolution sanguinaire, République meurtrière ».

Le tout agrémenté de chants traditionnels, « la Royale » et les « Camelots du Roi », du nom des vendeurs de journaux de l’Action française qui n’hésitaient pas à faire le coup de poing pendant l’entre-deux-guerres.

Action d'agit-prop pour l'anniversaire de la mort de Louis XVI. Devant la banderole, Simon, le responsable étudiant de la section de Lyon ©LB/Rue89Lyon

Action d’agit-prop pour l’anniversaire de la mort de Louis XVI. Devant la banderole, Simon, le responsable étudiant de la section de Lyon ©LB/Rue89Lyon

En quinze minutes, c’était plié. Car l’essentiel n’est pas la présence dans la rue, nous explique « le responsable communication » de la section, Abel Larue (de son pseudo) :

« L’objectif est surtout d’avoir des images pour les réseaux sociaux. Les gens voient qu’on bouge, ça les attire. »

3000 personnes qui aiment la page Facebook de l’Action française Lyon : le responsable communication se montre satisfait.

Inspirés par les actions des identitaires, les royalistes ont multiplié ces interventions depuis la rentrée de septembre 2016, à raison d’une par mois.

La première a été faite, à domicile, le 18 juin 2016, devant la basilique de Fourvière, avec une banderole « UE : sortir ou mourir ».
Les principales actions ont eu lieu cet automne, à raison d’une par mois :

Au centre d’échange de Perrache, le 3 novembre une banderole « Migrants imposés, France en danger » a été déployée. Et à chaque fois, c’est plusieurs milliers de personnes qui regardent la vidéo sur Facebook.

Le 7 décembre, sur les marches du Palais de Justice, une action Anti-IVG, contre « la nouvelle loi liberticide » instaurant le délit d’entrave numérique à l’IVG.

"L'IVG est un crime". Action anti-avortement de l'Action française devant le Palais de justice, dans le Vieux Lyon. ©LT/Rue89Lyon

« L’IVG est un crime ». Le 7 décembre, une action d’agit-prop anti-avortement de l’Action française devant le Palais de justice, dans le Vieux Lyon. ©LT/Rue89Lyon

Les royalistes de l’AF se sont également fait connaître à Lyon par des actions de « perturbation ».

  • Lors d’un rassemblement en faveur de l’accueil des migrants en décembre 2015, ils provoquaient les manifestants avec slogans et banderole. L’action avait tourné court : ils avaient été chassés et leur banderole brulée comme un trophée.
  • Le 7 mars 2016, ils avaient « accueilli » Nicolas Sarkozy à la librairie Décitre, place Bellecour.

Les responsables de l’Action Françaises ont compris tout le potentiel qu’ils pouvaient tirer de la propagande numérique réorganisée et systématisée :

« On n’a pas besoin d’être nombreux pour faire ce genre d’actions. Ça complète nos messages que l’on poste chaque jour », annonce Abel Larue.


La formation au coeur du dispositif

Pourquoi des jeunes gens du XXIème siècle sont-ils attirés par un mouvement vieux de plus d’un siècle, qui prône le retour du Roi ?

« On se rend compte que le système des partis est pourri, avance Abel Larue, 22 ans, étudiant à Lyon 3. J’ai compris qu’avec les partis, le consensus n’est pas possible. Il faut un chef ».

Anti-démocrate, anti-libéral, anti-républicain, anti-Union européenne, anti-immigration, anti-LGBT, anti-féministe et prônant la théorie du « grand remplacement »

De prime abord, l’Action française du XXIème siècle ne fait pas dans l’originalité au regard des autres groupuscules d’extrême droite.

Son royalisme n’est que le « couronnement » d’un nationalisme. Il ne faut donc pas imaginer des militants politiques obsédés par la question du Roi. Ils se servent surtout de cette posture pour mieux dénoncer « Marianne la salope ».

L’enseignement de la doctrine de Charles Maurras, « le nationalisme intégral », reste toutefois le coeur de la formation politique.

Pour attirer les plus de jeunes en quête d’un discours nationaliste plus structuré, l’AF mise sur cet enseignement.

Lancés en octobre 2015 avec l’inauguration du local, des « cercles » sont organisés tous les vendredi soir depuis un an.

C’est la mission de Stéphane Blanchonnet, 42 ans, professeur de Lettres Modernes agrégé, qui dispense la majorité des cours.

À raison d’une session par semaine, les étudiants de l’Action française ont pu aborder, selon le programme, la question du catholicisme, du féminisme, de l’identité française ou encore, dernièrement, de la croissance.

L’accent est évidemment mis sur la doctrine de Charles Maurras mais expurgée de ses aspects antisémites, nous assure le professeur Blanchonnet.
Des cours pratiques sont également dispensés comme « la prise de parole en public » ou « parler aux médias ».

Là encore, l’important réside dans la vidéo que l’on mettra sur Facebook. Simon, 23 ans, le responsable « étudiant » de la section, insiste beaucoup sur la formation :

« À Lyon, beaucoup de jeunes font le tour des groupes (d’extrême droite, ndlr). Ils restent chez nous pour la solidité de la formation ».

Cet ancien étudiant en communication est un transfuge d’un autre groupe nationaliste (il ne nous dira pas lequel). Lui-même raconte être venu après des lectures de Charles Maurras.

Tout comme Abel Larue, étudiant en licence de droit à Lyon 3 :

« Au moins quatre personnes, qui fréquentaient la Traboule (le local de Génération identitaire, ndlr) sans être militants, nous ont rejoints ».


Alliances à la carte à l’extrême droite

Dernier arrivé sur le terrain groupusculaire, l’Action Française doit composer avec les autres.

Le mouvement ne rechigne d’ailleurs pas avec des alliances de circonstances.

La plus grande fierté des militants royalistes est d’avoir organisé une « Jeanne », comprendre une manif « unitaire » en hommage à Jeanne d’Arc le 1er mai 2016, de l’avenue de Saxe jusqu’à la statue de la Pucelle, place Puvis de Chavanne.

En présence de Marion Sigaut, proche du mouvement d’Alain Soral, Egalité et Réconciliation. Surtout la soixantaine de personnes étaient constituées des membres du GUD et du PNF, le nouveau mouvement formé par Yvan Benedetti.

Nationalisme oblige, la proximité est plus simple avec ces deux mouvements.

En novembre dernier, aux côtés du PNF, une dizaine de militants de l’AF ont participé au service d’ordre du rassemblement des cathos traditionalistes à la Croix-Rousse.

A Lyon, c’est surtout avec le GUD que l’Action française entretient les meilleures relations autour de la « défense » de l’université Lyon 3.
A la rentrée de septembre 2016, les militants du GUD et de l’AF distribuaient des tracts de Lyon 3 Patriote une association formée de membres de l’Action Françaises « en leur nom personnel ».

« C’est un hasard », affirme aujourd’hui Abel Larue.

Il faut dire que des membres du GUD avaient agressé un prof qui avait eu la mauvaise idée de décoller des autocollants. Or l’Action française rejette la violence « offensive » du GUD. « Mais si on nous attaque, on se défendra », précise Abel Larue, en prenant pour référence les « très physiques » Marseillais qui ont « défendu leur local ».

Lesquels camarades Marseillais défilent avec les néofascistes italiens de la CasaPound.
A Lyon, les royalistes revendiquent, toujours avec le GUD, avoir « défendu Lyon 3 contre les casseurs » lors de la manifestation contre la loi travail du 31 mars.

Quant au Front national, l’Action française ne revendique aucun contact régulier. Mais une proximité existe. Robert Ménard et Marion Maréchal-Le Pen ont été invitée lors d’un colloque en mai 2016. Un mois plus tard, c’était le conseiller régional Charles Perrot qui intervenait au local lyonnais. Et le responsable communication n’a pas de mal à annoncer que le vote des militants va majoritairement vers le FN.


Implantation progressive dans les universités

Tout comme le GUD, l’Action française considère l’université Lyon 3 comme leur fief.

L’AF rêve d’entrer au conseil d’administration des deux universités lyonnaises. Comme au début des années 90 quand plusieurs de leurs membres siégeaient dans les instances de Lyon 3. « L’âge d’or de l’AF » post-seconde guerre mondiale, se remémore Stéphane Blanchonnet qui était à ce moment-là l’un des leaders étudiants du mouvement.

« C’était l’époque de Bernard Lugan, proche de l’Action française. On était une quinzaine d’étudiants inscrits à Lyon 3. J’étais moi-même élu au conseil de la fac sous l’étiquette Agir à Lyon 3 ».

Au début des années 2000, une cinquantaine d’africanistes français dénoncent la promotion dont a fait l’objet Benard Lugan, spécialiste de l’histoire africaine :

« à travers des articles élogieux et des interviews complaisantes, parus dans Minute, Présent et National Hebdo, ces travaux ont servi de support à des thèses défendant l’apartheid en Afrique du Sud, les fondements racialistes de l’histoire africaine et faisant l’apologie de la colonisation ».

En 2016/2017, changement de stratégie. Les associations Lyon 2 Patriote et Lyon 3 Patriote ne sont pas revendiquées comme liées à l’AF.

Alors que l’AF revendique dans ses rangs « au moins quatre étudiants » à Lyon 3, l’organisation préfère avancer prudemment.

Cette prudence est en partie liée à l’attitude de la présidence de Lyon 3 qui a clairement annoncé qu’elle s’opposerait à l’entrée de ces militants à l’université, quitte à le faire devant le tribunal administratif.

Partager cet article

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.
En BREF

À Vaulx-en-Velin, François Hollande attendu par les profs mais snobé par Gérard Collomb

par Rue89Lyon. 1 085 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Contre la centrale nucléaire du Bugey, les militants sont sur le(s) pont(s)

par Rue89Lyon. 501 visites. 1 commentaire.

Vance Bergeron, chercheur lyonnais et « cycliste bionique »

par Rue89Lyon. 426 visites. Aucun commentaire pour l'instant.