Elections municipales 2014  NOS APPLIS  Politique 

Gérard Collomb réélu maire de Lyon : la carte des résultats, les réactions sur Rue89Lyon

actualisé le 08/09/2016 à 21h37

Un second tour de vote ce dimanche à Lyon et pas de grand chelem pour Gérard Collomb. Le maire socialiste sortant partira pour un troisième mandat, après avoir oeuvré entre les deux tours pour s’assurer la victoire.

C’est désormais pour conserver la gouvernance du Grand Lyon qui se transformera en Métropole en 2015 qu’il va batailler dur. La vague bleue nationale a aussi balayé la communauté urbaine lyonnaise : l’UMP veut y croire tandis que Gérard Collomb passe aussi ses coups de fil. Un troisième tour s’engage.

00h20. Et la carte des résultats à Lyon, pour chacun des arrondissements, et les communes du Grand Lyon. La voilà, toute fraîche.

23h43. Et, pour la peine, les résultats définitifs pour l’ensemble de Lyon : PS 50.64%, UMP 34.24%, FN 10.34%, FDG 4.78%.

Gérard Collomb ce dimanche 30 mars, réélu maire de Lyon pour un troisième mandat. Crédit : Eric Soudan.

Gérard Collomb ce dimanche 30 mars, réélu maire de Lyon pour un troisième mandat. Crédit : Eric Soudan.

 

23h30. Résultats officiels pour le 7e arrondissement de Lyon.  PS : 58,08%; UMP : 29,36%; FN : 12,56%.

23h25. Résultats officiels pour le 3e arrondissement de Lyon. PS : 53,82%, UMP : 35,05%, FN : 11,13%. Thierry Philip devrait restait le maire de l’arrondissement.

23h20. Résultats officiels pour le 2e arrondissement de Lyon. UMP-UDI : 52,98%, PS : 36,72%, FN : 10,3%. Le maire sortant (UDI), Denis Broliquier, garde la mairie.

23h12. A Vaulx-en-Velin, c’est la députée socialiste Hélène Geoffroy qui bat le maire communiste Bernard Genin de 219 voix (41,66% contre 39,24%).

23h09. Alexandre Gabriac est passé voir le bureau de Rue89Lyon à la préfecture pour nous demander des précisions sur la volonté du préfet de faire invalider par la Justice ses sièges gagnés à Vénissieux. Occasion de rectifier : sa liste ultranationaliste « Vénissieux fait front » obtient, avec 10,26% des voix, deux sièges et non pas un seul (Yvan Benedetti et Estelle Gagon).

23h05. Gérard Collomb qui va donc démarrer un troisième mandat à la tête de Lyon, a surtout parlé à la préfecture du Rhône de la présidence du Grand Lyon, qui pourrait lui échapper au vu du nombre de communes qui ont basculé ce dimanche soir dans les mains de l’UMP. Il a rappelé qu’en 2001, il était arithmétiquement en minorité mais avait malgré tout obtenu le fauteuil de président du Grand Lyon. Il n’a pas hésité à faire un jeu de mots sur les maires Synergies, au nombre de 21 et jusque là pro-Collomb, sur lesquels pèse la responsabilité de faire passer le Grand Lyon à droite ou pas :

« Il faut penser à ce qui est d’intérêt général pour cette agglomération. A partir du moment où le maire de Lyon est élu, il faut tout faire pour qu’il y ait une synergie, si je puis me permettre, entre la ville centre et l’agglomération ».

23h. Résultats officiels pour le 9e arrondissement de Lyon là où se présentait Gérard Collomb. PS : 59,59%, UMP : 26,86%, FN : 13,56%.

22h50. Résultats officiels dans le 5e où Michel Havard se présentait. Le PS fait 48,47%, l’UMP 42,62% et le FN 8,91%.

22h34. Michel Havard, candidat UMP-UDI pour Lyon, a reconnu sa défaite en arrivant à la préfecture ce soir. Mais il déclare :

« Si Gérard Collomb a gagné Lyon, il a lourdement perdu au Grand Lyon ».

La Métropole est dans toutes les têtes. Michel Havard, qui conserve pour la droite les 2e et 6e arrondissement (ce dernier remporté dès le premier tour), parle d’une responsabilité :

« C’est ma responsabilité de réussir ce rassemblement, UMP, UDI, centre, Synergies, pour respecter le choix des électeurs au Grand Lyon. Je compte bien mettre toute mon énergie et ma capacité de conviction là. »

L’UMP obtient également deux conseillers municipaux et un conseiller métropolitain supplémentaires. « On progresse par rapport à 2008 », estime donc Michel Havard. Qui lorgne désormais farouchement sur le Grand Lyon, future Métropole.

22h09. Tassin, détenue jusque là par le maire UDI Claude Desseigne, passe dans les mains de l’UMP Pascal Charmot. La stratégie de Philippe Cochet, de reconquête de l’Ouest lyonnais, d’obtenir des grosses communes de l’Est et de récupérer des maires centristes ou encore Synergies pro-Collomb, a fonctionné jusque là.

Philippe Cochet, réélu dès le premier tour à Caluire, se félicite en tant que président de l'UMP du Rhône de la vague bleue dans le Grand Lyon. Crédit : Pierre Maier.

Philippe Cochet, réélu dès le premier tour à Caluire, se félicite en tant que président de l’UMP du Rhône de la vague bleue dans le Grand Lyon. Crédit : Pierre Maier.

22h05. David Kimelfeld, président de la fédé PS du Rhône, remporte sans peine le 4e arrondissement de Lyon. Résultats : PS 47,03%, UMP 37,47%, FDG 15,5%.

Dans le 8e arrondissement, sans surprise aussi, le maire PS Christian Coulon conserve son fauteuil. Christian Boudot, candidat FN, confirme son score, le plus élevé à Lyon pour son parti. Résultats : PS 53,3%, UMP 28,57%, FN 18,13%.

21h54. Nathalie Perrin-Gilbert conserve sa mairie du 1er arrondissement, avec une étiquette Front de gauche-Gram. La stratégie de Gérard Collomb, de placer sur ce territoire une tête de liste écologiste, Emeline Baume, après la fusion des listes avec EELV, n’a pas payé. Un communiqué du Gram annonce la couleur pour de futures élections, les régionales certainement :

« Les mouvements de gauche citoyens tel que l’incarne le Gram compteront dans la recomposition des forces de gauche. (…) Les résultats nous encouragent à porter de nouvelles candidatures à de nouvelles élections. »

21h45. Info Rue89Lyon : la liste Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti, candidats ultranationalistes, devraient obtenir deux sièges à Vénissieux. Le préfet Jean-François Carenco assure qu’il pourra le faire annuler dès ce lundi, en référé devant la Justice.

21h35. François-Noël Buffet, maire UMP réélu dès le premier tour à Oullins, dans le Sud de Lyon, se réjouit des victoires de la droite dans plusieurs communes du Grand Lyon :

« Il n’est pas impossible à l’heure où je vous parle que la majorité change à la communauté urbaine. C’est un enjeu considérable, avec la future Métropole. Notre objectif est de respecter les territoires, les communes, de ne pas augmenter la pression fiscale. Le jeu est en train de changer en notre faveur. »

Le président du groupe UMP au Grand Lyon se frotte les mains mais reste prudent : « rien n’est encore fait ».

21h20. Grenoble gagnée par Eric Piolle.

21h07. Hécatombe pour la gauche : les communes socialistes de Rillieux, Saint-Priest et Décines passent à droite. Saint-Fons également. Les taux définitifs des victoires de la droite ne devraient pas tarder à tomber. Mais Gérard Collomb doit déjà suer beaucoup pour son fauteuil au Grand Lyon. Philippe Cochet, réélu à Caluire dès le premier tour, président de la fédération UMP du Rhône se réjouit :

« Une nouvelle génération arrive. La stratégie que j’ai mise en place il y a plusieurs années est en train de payer. De jeunes élus arrivent. »

21h. A cette heure, les premiers bulletins dépouillés annonceraient une victoire assez large d’Eric Piolle, candidat écologiste qui, avec le parti de gauche, est sorti en tête du premier tour.

20h55. Grigny passe à droite. Le maire Front de gauche René Balme devra laisser son fauteuil à Xavier Odo, qui remporte la commune avec 53,51% des voix.

20h40. Premières Estimations pour le 1er arrondissement : Nathalie Perrin-Gilbert en tête. Pour les 500 premiers bulletins, NPG, maire sortante (Front de gauche-Gram) est à 48%, la liste PS-EELV 33% et l’UMP est à 20%.

20h30. Le maire PS de Saint-Etienne reconnaît sa défaite. C’était prévisible : l’UMP Gaël Perdriau gagne à Saint-Etienne. Dans un communiqué envoyé dès 20h15, Maurice Vincent met sa défaite sur le compte de « la démobilisation de l’électorat progressiste » et sur le « basculement important du vote Front National ». Et il tire un premier bilan de sa gestion municipale d’un mandat unique marquée par les emprunts toxiques :

« J’ai dû affronter une situation financière exceptionnellement dégradée causée par les errements inexcusables de la droite locale, à laquelle appartenait M. Perdriau, avant 2008. J’assume les mesures douloureuses que j’ai été contraint de prendre pour le redressement financier de la ville, désormais largement engagé ».

20h. Première secousse pour les socialistes dans le Grand Lyon. Francheville bascule à droite, gagnée par l’UMP Michel Rantonnet avec 53,89% des voix. Il était arrivé en tête au premier tour et ravit donc son fauteuil à René Lambert (46,11%). Lequel maire, qui comptait déjà pas moins de quatre mandats, avait pourtant fusionné avec la liste écologiste Cyril Kretzschmar.

Gérard Collomb joue son fauteuil de maire à Lyon. Il est en pôle position avant le second tour des élections. Crédit : Pierre Maier/Rue89Lyon.

Gérard Collomb, au soir du premier tour à la préfecture du Rhône. Il joue son fauteuil de maire à Lyon. Crédit : Pierre Maier/Rue89Lyon.

17h20. Dans le département, à 17h, moins de la moitié des électeurs ont fait le déplacement. Le taux de participation est à ce moment de la journée de 49,64%. Au premier tour, ce sont surtout les électeurs de gauche qui se sont abstenus, selon un sondage Ipsos. Si Gérard Collomb gagne ce dimanche soir, ce sera sans doute sans grand éclat. Mais toujours mieux, pour le candidat socialiste, que pour plusieurs de ses collègues, dans d’autres villes de France où l’UMP (avec ou sans l’UDI), pourrait rafler la mise.

12h15. Le taux de participation pour ce second tour dans le Rhône est, à la mi-journée, de 19,24%. Soit quasi 6 points de moins qu’au premier tour et 6 points de moins aussi que le taux enregistré au même moment en 2008.

La seule victoire lyonnaise pour l’heure est à mettre au compte de la droite qui a déjà remporté le 6e arrondissement. Pour les autres, Gérard Collomb devrait en remporter suffisamment pour retrouver son fauteuil à l’hôtel de Ville.

Entre les deux tours, il a sans difficulté fait venir jusqu’à lui les candidats Europe Ecologie-Les Verts (EELV) qui avaient lancé des listes autonomes avant le premier tour. Alliance qui a par ailleurs provoqué une crise identitaire au sein du parti écologiste, où nombre de militants n’ont pas caché leur désaccord. Notamment sur la situation du 1er arrondissement, où Emeline Baume, leur candidate, est devenue la tête de liste de Gérard Collomb face à la marie sortante, Nathalie Perrin-Gilbert, ex-PS, sortie largement en tête du premier tour avec son étiquette Front de gauche-Gram.

Michel Havard, candidat UMP-UDI, espère encore remporter le 5e arrondissement, même si, a priori, il n’y trouvera pas énormément de réserves de voix. Le FN, qui a pu se maintenir dans 6 arrondissements sur 9, pourrait retrouver des élus au conseil municipal.

Partager cet article