Appartement 16
  • 15:46
  • 1 mars 2013
  • par Laurent Burlet

A Lyon, les bars de "gauchos" sont-ils devenus la cible des hooligans ?

5999 visites | 43 commentaires

Ça se passe à Lyon. Dans la même semaine, des supporters de Tottenham se faisaient attaquer par des hooligans. Et des bars identifiés comme « gauchos » étaient également la cible de violences d’extrême droite.

tetiere-agression-extreme-droite-bar-Lyon

Outre sa gastronomie, Lyon est en passe de devenir réputée pour une autre spécialité : l’extrême droite radicale. Les faits de la semaine dernière tendent à l’illustrer.

Le mercredi 20 février, la veille du match d’Europa League entre Lyon et les londoniens de Tottenham, au moins une quarantaine de hooligans ont littéralement attaqué deux bars du Vieux-Lyon où se trouvaient les supporters anglais. Sept personnes ont été blessées, dont une a eu 42 jours d’ITT. Trois ultras de l’OL proches de la mouvance ultranationaliste ont été mis en examen.

Dans la même semaine, trois autres bars des quartiers de la Guillotière (Lyon 7è) et de la Croix-Rousse (Lyon 4è), dont la clientèle est réputée à gauche, ont subi des actes de violence qui portent la marque de l’extrême droite.

« Des opérations commandos de l’extrême droite »

A la Ville de Lyon, le directeur de cabinet du premier adjoint en charge de la sécurité, Jean-Louis Touraine (PS), confirme ces agressions :

« Ce sont des établissements identifiés comme de gauche ou d’extrême gauche qui ont été victimes d’opérations commandos totalement incontrôlable venant de l’extrême droite ».

Dès vendredi 22 février, nous avions relaté une visite musclée dans un bar de la Guillotière. Quatre personnes se réclamant « hooligans » ont distribué des coups aux « gauchos de merde » (sic) du bar le « Court circuit ».

Dans le même quartier de Lyon, un autre bar géré sous la forme coopérative a été pris pour cible. Clairement affiché à gauche, il accueille régulièrement des expos ou des conférences politiques. Le mardi 19 février, à l’heure de la fermeture, deux hommes, décrits comme « très jeunes » sont entrés pour boire une bière.

En sortant, un des deux a mis un coup de tête à un client qui n’aurait pas su quoi répondre à la question « est-ce que tu connais un bar fasciste dans le quartier ? ». Résultat : un nez en sang.

Des bars de « gauchos » mais pas que

La série de la semaine s’est terminée le vendredi soir dans un bar à bière du plateau de la Croix-Rousse, pas particulièrement alternatif. Le lendemain nous avons rencontré le patron, encore choqué par la scène de violence de la veille :

« J’avais repéré que progressivement une vingtaine de jeunes d’extrême droite était entré dans mon bar ».

Le patron avait identifié leurs marques de vêtements (Lonsdale notamment). Il les a surtout entendus trinquer à l’attaque « réussie » contre les supporters de Tottenham.

La soirée s’est terminée en bagarre après que des clients identifiés comme « anti-fascistes » (ou « antifa ») sont entrés dans le bar. En partant, un des jeunes d’extrême droite aurait menacé le patron :

« Si tu vas dans le Vieux-Lyon, tu es mort ».

Escalade de violence

Dans tous ces bars, la peur est palpable. Difficile de trouver un patron ou un employé de bar qui accepte de témoigner à visage découvert. La plupart refuse même que le nom du bar soit cité, choix que nous avons respecté.

Tous redoutent en effet « un engrenage », de provocations en violences. Comme semble le subir ce bar de la Guillotière.
Au début, les employés ont vu des autocollants « touche pas à ma race » sur les murs des toilettes et sur la vitrine.

Puis ils ont eu droit à une visite furtive de trois individus qui ont fait des saluts nazis lors d’une soirée animée par un syndicat. Il y a un mois, la vitrine a été cassée. Et finalement, le 19 février, ce coup de tête.

Un autre bar connaît également cette escalade de la violence. Il s’agit d’un café sur les Pentes de la Croix-Rousse, connu pour être précédemment un haut lieu anarchiste et abritant plusieurs clients qui se qualifient d' »antifa ». Le propriétaire a changé mais la réputation demeure. Il n’en fallait pas plus.

Un soir de décembre, une dizaine de personnes se sont photographiées en train de faire des saluts nazis devant le bar.
Plus récemment, dans la nuit du 22 au 23 janvier, une dizaine de personnes ont opéré une véritable expédition punitive. Selon plusieurs témoins, certains avaient le visage masqué.

Un employé a juste eu le temps de fermer la porte pour empêcher une descente dans le bar. Résultat : Deux vitres brisées et une très grosse frayeur.

Plusieurs témoins font le rapprochement avec l’attaque contre les supporters de Tottenham dans le Vieux-Lyon. Pour eux, il s’agit également de hooligans d’extrême droite. Un des clients raconte :

« Ils portaient des capuches et des écharpes de foot. Tout en hurlant des insultes comme « gauchos de merde, on va vous crever », ils utilisaient les chaises pour taper contre la devanture du bar. Quand ils sont partis, on a pu les voir de loin. A l’angle de la rue, ils ont exécuté un salut nazi ».

Un geste qui n’a pas été confirmé par la police.

« Enquêtes » et « vigilance »

Pour toutes ces agressions, des plaintes ont été déposées. A la Ville de Lyon, on affirme qu’elles ne resteront pas lettre morte :

« Au niveau municipal mais aussi au niveau du parquet et de la police nationale, tous ces événements sont pris très au sérieux ».

Mise à l’ordre du jour de la réunion bimensuelle réunissant la Ville de Lyon, le procureur de la République et la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), cette question des violences d’une extrême droite radicale ferait l’objet d’enquêtes.

Certains patrons de bars ont déjà envoyé des courriers aux mairies d’arrondissement pour faire part de leur vulnérabilité, comme l’explique le patron du bar de la Croix-Rousse :

« Nous sommes ouverts au public. Et ces gens là connaissent nos horaires de fermeture. Il peuvent revenir à n’importe quelle heure et s’en prendre aux clients ou à nous-mêmes ».

Ces patrons de bars souhaiteraient surtout que la police intervienne plus rapidement car tout se joue en quelques minutes.
Mais le directeur de cabinet en charge de la sécurité publique à la Ville de Lyon ne cache pas les difficultés d’assurer la protection de ces établissements :

« Nous sommes extrêmement vigilants. Mais nous ne pouvons pas mettre une voiture de police devant chaque établissement ».

Manif-contre-identitaires-Lyon-2-Yann-Samain

A la manif pour la fermeture du local des identitaires, le 16 février, des provocateurs hurlaient « on vous retrouve ce soir » – Crédits : Yann Samain/Rue89Lyon

Une nouvelle tendance de l’extrême droite radicale lyonnaise ?

Qui sont les auteurs de telles agressions ? Toutes les hypothèses sont sur la table tant Lyon est une sorte de bouillon de culture dees tendances de l’extrême droite radicale, des identitaires aux nationalistes (GUD, Jeunesses nationalistes). Le hooliganisme, particulièrement implanté chez les supporters de l’OL du virage sud de de Gerland, semble également servir de vivier.

Une chose est sûre, depuis quelques mois sur les réseaux sociaux, les appels « anti-antifa » se multiplient pour aller taper des « gauchos ». Pour les trouver, les bars marqués à gauche semblent le meilleur endroit. Dernièrement, un appel spécifique avait été lancé sur Internet à l’occasion de la manifestation pour demander la fermeture du local des identitaires du Vieux-Lyon.

Pour la direction de la sécurité à la Ville de Lyon, cette récente série d’agressions pourrait ainsi être une réponse des militants d’extrême droite les plus violents à cette manifestation.

> Par Laurent Burlet avec Yann Samain et Hugo Lautissier


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

43 Commentaires postés

  1. Là, ça commence à bien faire … Lyon est en train de devenir une ville malsaine.
    On ne pourra bientôt plus sortir en ville boire un coup entre amis sans risquer de se faire tabasser par des skinheads !
    Pourtant j’ai pas l’impression qu’il y ait plus de fachos ici qu’ailleurs, c’est juste une poignée de dégénérés particulièrement virulents qui sont à l’origine de toutes ces violences.

    Le pire c’est qu’ils sont connus : on sait très bien qui ils sont, où ils se réunissent et nul doute que la police et les RG ont toutes leurs identités et même des fiches détaillées sur eux …

    Donc pourquoi il n’y a pas plus de réaction de la part des autorités ?
    Il s’agit de rétablir l’ordre républicain et la sécurité des citoyens, c’est quand-même pas rien !
    Pourquoi ces groupuscules, qui ont pignon sur rue et sont ouvertement fascistes et violents ne sont pas déclarés illégaux ?

    C’est très grave quand on y réfléchit : recourir à la violence et à l’intimidation dans le but d’imposer une idéologie par la force et par la peur ça porte un nom : terrorisme !

    On en est pas encore là, mais au rythme ou ça va ces derniers mois, on est plus très loin des ratonnades … on attend quoi ? Qu’il y ait des morts ? Ou seulement les laisser encore un peu prospérer, s’organiser et essaimer dans d’autres villes françaises ?

    S’il vous plaît Monsieur le maire, Monsieur le préfet, Monsieur le ministre de l’intérieur : il est plus que temps de prendre vos responsabilité et protéger les citoyens en nous débarrassant par tous les moyens possibles de cette racaille dangereuse.

    • Vous avez bien raison de rappeler qu’il n’y a pas plus de fachos à Lyon qu’ailleurs. Simplement ici les autorités locales semblent avoir décidé de leur faire cadeau d’un quartier (et pas n’importe lequel, le quartier Saint-Jean, le plus fliqué de la ville, histoire d’être sûr qu’ils ne seraient pas dérangés) où ils peuvent s’ébattre tranquillement, s’organiser, recruter, et faire leurs cochonneries en invitant leurs copains du reste de la France et de l’Europe, le tout avec la bénédiction de M. le Maire et M. le Préfet. Si ce n’était la bienveillance des autorités publiques, il y a bien longtemps que la population lyonnaise aurait renvoyé ces dangereux malades dans les poubelles de l’Histoire. Mais bon, tout ça peut encore évoluer. Après les événements de mercredi dernier à Saint-Jean, la police a promis aux commerçants attaqués qu’elle serait dorénavant « moins tolérante » (sic) vis-à-vis des fachos. Il était temps…

    • Le terrorisme, c’est pour les zaffreumusulmans et les zaffreuxultragauchisssssses. Là, ce sont de braves petits un peu rustres, mais faut bien que jeunesse se passe. Parmi les policiers, combien les soutiennent ? (Voir l’édifiant docu « Antifaf »)

    • Je rejoins Josiane, il y en a pas mal à Rennes (là où j’habite) également, et surtout les Identitaires. A ce qu’il parait la branche identitaire de Lyon serait la principale coupable de ces agressions.

      Mais oui, j’adore cette ville de Lyon, mais depuis qu’une connaissance m’a dit qu’elle s’était fait agressé (enfin reçu une bonne mandale pour être exact) par un faf (facho). Pourquoi car mon ami avait répondu à ce salopard qu’il n’était pas anti-facho.

      Oui j’aimerais aussi que le Ministre de l’Intérieur qui se dit républicain prenne enfin ses responsabilités… Il faut rappeler que le Bloc Identitaire a vu le jour après la dissolution du groupuscule « Unité Radicale ». Rappelez-vous un certain « Maxime Brunerie » ! L’homme qui avait voulu tuer le Président Chirac pendant le défilé du 14-Juillet en 2002… Un mois après le Ministre de l’Intérieur avait dissous « UR »… Entre l’éclat de l' »invasion de la Mosquée de Poitiers » il y a quelques semaines, et ces pseudo-ratonnades (car on est pas très loin des ratonnades là, et puis ça permet d’interpeller les lecteurs bien que ce soit excessif comme terme (pour le moment) je le conçois), ça commence à faire trop ! Alors pour nos concitoyens (quelque soit leur origine ethnique, orientation politique ou sexuelle, etc.) et pour cette République (que je trouve démodée), agissons contre la Peste Brune !

  2. Bon article, étayé, factuel, comme on aimerait en lire un peu plus dans notre presse locale. Je me permets ce commentaire car il se trouve que j’ai suivi de près les événements de la semaine dernière.

    Une seule chose me chagrine dans la formulation suivante (mais j’ai sans doute l’oreille trop sensible, hein) :
    « Il s’agit d’un café sur les Pentes de la Croix-Rousse, connu pour être précédemment un haut lieu anarchiste et abritant plusieurs clients qui se qualifient d’ »antifa ». »
    Il m’arrive de fréquenter ce lieu. Politiquement, j’ai des opinions dites « de gauche » (même si ça ne veut pas dire grand-chose quand on y réfléchit). Je me considère aussi volontiers comme anti-fasciste (mais qui ne l’est pas ?). Pour autant quand je vais écluser une bière ou un jus de fruits artisanal dans ce bar, ce n’est pas pour m’y « abriter » comme si j’avais quelque chose à cacher ou si je cherchais une protection contre je ne sais quoi. Il me semble que cette formulation laisse entendre que cet établissement serait le lieu d’activités clandestines, ou une sorte de refuge pour des personnes traquées… Alors qu’au final c’est juste un bout de zinc un peu rétif, dans un quartier marqué par une tradition ouvrière et immigrée forte, et que la gentrification galopante n’a pas encore réussi à soumettre complètement.

  3. Arrêtez de faire les surpis. Lyon a toujours été une ville de fafs.

    • Bien sûr, c’est pour ça qu’aux présidentielles la Le Pen arrive à peine à faire 10%… Lyon est une des villes en France où le score du FN est le plus bas.

  4. Les différents pouvoirs (droite gauche) se servent de l’extrême-droite pour entretenir un climat de peur et particulièrement sur Lyon ! Ce là sert de repoussoir électoral car ces groupuscules dégénérés hormis leurs actions de terrorisation ne représente rien !

  5. Touraine il est bien gentil, moi j’aimerais bien que M. Collomb qui a autant la folie des grandeurs s’exprime un peu là dessus, la dernière fois que j’ai lu un interview du Maire de Lyon c’était pour taper sur les agents de la mairie en disant en substance qu’ils sont toujours absents. Plutôt que de tapoer sur ses employés il ferait bien de prendre des mesures et d’interpeller le préfet sur cette question.
    Marre d’être terrorisés par cette racaille de fachos… Si tu te trouves dans le mauvais bar le mauvais soir, même si t’es pas engagé politiquement tu risques de te faire tabasser, ça suffit maintenant!

  6. Franchement je ne crois pas un traître mot de ce que raconte cet article, les noms des bars concernés ?
    Combien sont ils environs les nazi ?
    Les salut nazi confirmés ou pas confirmés ?
    Enfin bref un ramassis d’allégations non vérifiées, tous ça pour faire des amalgames faciles avec entre autre , les identitaires , le F.N de Mlp (qui monte dans les sondage)
    Je veut bien croire que quelques dégénérés traînent dans les parages les soirs de match, dans les bars le weekend, mais ça c’est partout en France de nos jours et pas forcément d’extrêmes droite.
    Cessez de vous faire manipuler par des postures victimaire, et des témoignages bidons qui n’ont pour seul but que d’instaurer la peur chez ceux qui les écoutes.
    Comme disait un certain G : « plus le mensonge et gros et mieux ça passe, plus il est répété et plus le peuples y croit. »
    A bon entendeur salut.

    • @Cent blagues. Toutes les informations que nous publions ont été vérifiées (et confirmées). Les sources sont : des témoins directes, la police nationale et la direction de la Ville de Lyon en charge de la sécurité. Merci de nous lire.

      • Oui, mais pour les frontistes, tout le monde fait rien qu’à mentir et EUX seuls savent la VERITE. Pas besoin de preuves, de témoignages, de chiffres : ils SAVENT…

        • @ThomsB
          Je n’ai jamais dit que je savais, simplement je met en doute la bonne foi de cet article, car les saluts nazi non pas était confirmés par la police, de plus le raccourci recherché par l’auteur c’est, Nazi = identitaire = front national donc FN = Nazi je trouve que la ficelle est un peut grosse c’est tout.

          Avec les gens de gauche c’est toujours pareil, dé que l’on émet la moindre critique sur les idées qu’ils véhiculent on est forcément « d’extrême droite » donc du FN ,alors que Marine se tue à dire et à redire que son parti n’est pas un parti d’extrême droite.

          • « son parti n’est pas un parti d’extrême droite. » C’est vrai que Marine a juste les thèmes de l’extrême droite (immigrés, nationalisme etc) elle en a moins l’allure que du temps de son père. Elle évite qu’on la prenne en photo avec Gabriac, celui qui a le salut nazi facile. Ca peut expliquer la montée des identitaires et autres fachos violents. Marine a dit quelque chose contre eux pour s’en démarquer ?
            Disons que le FN est toujours d’extrême droite et les identitaires d’extrême extrême droite.

          • L’immigration contrôlée, et le patriotisme économique sont des thèmes d’extrême droite pour vous ?
            Dans ce cas je vous informe que selon vos critères la majorité des pays du globe sont d’extrême droite.
            Vous lui reprochez quoi ? de s’éloigner volontairement de personnes extrémiste, dont elle ne partage pas les idées et nuisent à l’image de son parti, sa vous dérange ?
            Bien sur elle fait le ménage dans son parti et elle à raison.
            Il n’y a pas de monter de fascisme violent, juste une montée du lynchage médiatique pour nuire à l’image des patriotes, et toujours au même moment, à l’approche des élections.
            Les fachos violents comme vous dite sont recherchés par la gouvernement et leurs descriptions sont disponible sur le net.
            Tenez voici le lien sa vous donnera une idée de qui ils sont.
            http://www.avisderecherches.interieur.gouv.fr/personnes1.asp?T=R&P=5

          • le pen pas d’extrême droite? Avant d’être évincé du fn (au grand regret de j-m le pen), Gabriac avait déjà été condamné pour une agression raciste avec apologie de crimes contre l’humanité. marine le pen était alors chargée des affaires internes du fn. Résultat? Quelques mois après sa condamnation, ce militant néo-nazi était propulsé à la tête du fnj Rhône-Alpes, puis au comité central du fn.
            Depuis, d’autres membres de mouvements violents comme le GUD sont passés au fn.
            Tout cela montre bien que le front national est totalement perméable et permissif avec éléments les plus extrémistes et que le ravalement de façade c’est uniquement pour la galerie.

          • Cent Blagues, arrête un peu s’il te plaît. Bien sûr que ces attaques sont vérifiées. Je connais très bien ces bars, va parler aux clients, aux patrons et employés pour te rendre compte. Quant à la police qui ne confirme pas les salut nazis, pourquoi crois-tu qu’il ne le font pas? On emmerde pas les fafs, ça permet de les garder un minimum sous contrôle.
            Et pitié arrête ces raccourcis débiles, pour les gens à gauche, ceux qui sont contre eux sont forcément d’extrême droite. Tu ne m’as vraiment pas l’air informé pour prétendre autant de choses!

          • Je n’ais pas dit que des attaques n’on pas us lieux, et bien sûr que c’est condamnable, je dit qu’attribuer automatiquement ces actions à des gens qui ont des opinions politique divergentes n’est pas très loyal de la pare de personnes qui se veulent ouvertes d’esprits et tolérantes, et qui d’ailleurs sont toujours les premières à nous suriner la bouche en cul de poule, « surtout pas d’amalgames » ou « faut pas stigmatiser ».

            Donc pour le coup les amalgames je les trouves un peut gros et ce n’est pas un raccourci débile que de les dénoncer.

          • A chaque les agresseurs ont revendiqué leur appartenance à l’extrême-droite par « on est fascistes » ou « sales gauchistes » etc. Sans parler du mode opératoire étrangement similaire à chaque fois.

  7. Normal, les fachos se font exploser par les gauchistes dans tous les forums du coup ben ils leur explosent la gueule, comme en Grêce.

    Mais c’est parce qu’ils sont énervés les ras du front ils voient bien que le front national revient sur sa promesse de taper sur les banquiers, les vieux rentiers de droite ont bien trop besoin de leurs financiers pour oser seulement les critiquer.

    Fascisme et pognon finissent toujours pas trouver un terrain d’entente généralement très mauvais pour les peuples par contre…

  8. Bonjour
    dans les années 90, habitant place carnot, j’ai vu et suis rester glacé, une quinzaine de jeunes au allures skinheat remonter la rue Victor Hugo en ligne chantant des chants haineux tout en faisant le salut nazi… Des centaines de piétons devaient se ranger sur les cotés afin de laisser passer ce macabre spectacle.
    j’ai découvert ce jour là comment la vie de Jean Moulin abriter la bête immonde…

  9. Enfin, voyons ! Tous des Bisounours, c’est bien connu, d’ailleurs , ces gauchisssses les ont certainement cherché. Quant aux saluts nazis, il faut bien que jeunessqe se passe. Mais les zaffreumusulmans et les zultragauchissssssses, alors là ! Tremblez dans vos braies, braves gens !
    (Ironie liée au laissez-faire dès qu’il s’agit de fafs, bien sûr…)

  10. Précision pour le foot : recevoir Tottenham c’est forcément une oppotunité de se frotter à la Yid Army. Mais bon, c’est plus simple de parler de « supporters » de Tottenham. Ceux-ci ont sans doute découvert avec effroi à Lyon ce qu’était une attaque de bar…

  11. Il aurait été plus honnête de la part de l’auteur de l’article de préciser que les pauvres petits « gauchos » attaqués ne sont pas des saintes nitouche. Pas la peine de jouer aux vierges effarouchées, celà fait un bon moment que les antifafs s’en prennent aux militants d’extrême droite de Lyon (manifs, expéditions punitives en surnombre, agressions en tout genre, etc). Les faits évoqués dans l’article sont simplement les derniers épisodes d’une longue bataille.
    Et concernant Tottenham, c’était juste un fight de hooligans… Avec leur paranoïa obsessionnelle, les gauchos voient des saluts nazis partout. L’argument « c’est des nazis », c’est juste parce qu’ils savent plus quoi faire face aux dérouillées qu’ils se mangent en ce moment sur le terrain. Alors ils aimeraient bien que les pouvoirs publics fasse le ménage à leur place.

  12. Effectivement il doit y avoir un nid.Ma fille vient de passer 3 ans a lyon pour ses études et elle est bien contente d’être revenu sur paris.Sortant souvent de ses cours vers 23h minuit elle était souvent importunée et pas seulement par ce type d’individus .A croire qu’ils ont un problème dans ce secteur.Sans compter les nombreuses rixes a éviter en centre ville.Il y a un problème général de sécurité dans cette belle ville.Paris c’est le club med a coté (mais ils ont un peu plus l’habitude de voir des jeunes filles se promener le soir)

  13. le week-end à Lyon si je veux me balader avec ma copine la nuit c je ne peux pas.. On se fera accoster à coup sur par un groupe de maghrébins et les insultes et les coups vont pleuvoir.. Voilà pourquoi les identitaires et les fascistes ont le vent en poupe et ça n’est pas prêt de s’arrêter. Pourquoi toutes ces jolies françaises sortent en été habillées comme en hiver? Parce que sinon elles se font emmerder à tous les coins de rue.. Est ce normal ? Au point ou nous en sommes seuls les extrêmes ou une guerre civile pourra redresser la situation, et c’est triste de devoir dire ça!

    • « On se fera accoster à coup sur par un groupe de maghrébins et les insultes et les coups vont pleuvoir.. »
      Je vois pas le rapport avec le présent article, on parle de facho, pas de pseudos étranger qui vous dérangent. C’est les maghrébins les plus facho..
      « Pourquoi toutes ces jolies françaises sortent en été habillées comme en hiver? »
      à mon avis tu ne regarde pas assez bien.. c’est plutôt en hiver quelle sortent en été mais encore ce n’est pas le sujet.

      Malgré tout, c’est le faite de se cacher de ne plus oser sortir le soir et les week end, c’est une façon de donner raison au Facho  » restez chez vous, la rue est à nous »

      A l’heure actuelle, les gens se cachent et laisse faire.
      Je suis prêt à me faire casser la gueule si il le faut, mais la rue je veux pouvoir y être quand je veux !!
      Je m’excuse d’avance pour le hors sujet occasionné

    • Je suis d’accord avec ça ,même s’il est plus facile de nier certains faits de la realité pour continuer de s’autopersuader que sa manière de penser est la bonne. C’est une espèce de flemme intellectuelle qui s’est instaurée chez beaucoup qu’il soit d’un bord ou de l’autre et qui permet le maintien entre autre de notre système politique dont tout le monde dit qu’il est depassé mais que cette flemme entretient.

    • N’importe quoi. Quelle mauvaise foi. J’habite à lyon depuis bientot 30ans, et j’infirme totalement.
      Faut ne jamais avoir mis les pieds en ville pour oser prétendre que les fillles sortent habillées en été comme si c’était l’hiver, c’est de l’invention totale.
      et je me suis largement plus fait emmerder par les punks/cranes rasés que par les arabes dans mes dernieres sorties.

    • Antoine, c’est de la fabulation.

      J’habite à Lyon depuis 10 ans, je te confirme que les dames et demoiselles s’habillent comme elles le désirent.

      Je dirais que la seule zone qui est effectivement tendue c’est le vieux Lyon autour du local des Identitaires (ils passent leur temps à chercher l’embrouille pour un oui ou pour un nom, cela ne crée pas une atmosphère idéale).

  14. C’est à se demander si Gérard Collomb est bien au PS….

  15. @flokal91 : nous avons modéré votre commentaire, merci de vous référer à notre charte.

  16. A Lyon, les gauches se font bouffer, voilà tout. Ils sont moins forts individuellement, ET collectivement. Ils sont terrorisés, la plupart arrêtent de trop se « looker’, ils ne fréquentent plus certains quartiers etc…
    De temps en temps pour se « lâcher » (et oh malgré les apparences c’est quand même des rebelles et des révolutionnaires très très courageux..). Ils font des petites manifs, avec des cagoules, pour essayer de faire peur aux passants. Le tout bien protégé par leurs amis policiers évidemment.
    C’est « une guerre » qui ne se joue pas qu’à Lyon et actuellement dans cette ville, les rouges perdent (le terrain, les esprits et les coeurs) et de belle manière. Alors ils jouent les victimes.
    Ce ne sont pas des gentils pacifiques, à la moindre occasion de taper sur un faf de 14 ans, à 10 (contre 1), ils y vont et de bons coeurs.
    Donc assumez vos idées et vos actions les gars, et ne vous cachez pas derrières vos complices bobos de Rue89.

    • Il est vrai qu’autrefois, la lutte antifasciste de rue n’avait pas besoin de prendre le public à témoin. Il était tout simplement hors de question de laisser les fachos s’implanter dans nos quartiers, et quand on en croisait un, on lui faisait comprendre avec des arguments percutants qu’il avait tout intérêt à garder ses idées nauséabondes pour lui. Si les antifascistes lyonnais ont depuis quelques années opéré un glissement vers une lutte plus politique, plus ouverte sur la population, ce n’est pas, comme le prétend notre ami fasciste plus haut, parce qu’ils sont devenus moins forts « individuellement et collectivement ». Simplement, la situation a évolué du point de vue stratégique. Depuis quatre ou cinq ans, les fascistes lyonnais ont trouvé refuge dans le Vieux-Lyon, quartier le plus fliqué de la ville, où les affrontements de rue sont inconcevables (à moins d’être un demeuré fini ou un kamikaze). On les entend régulièrement scander « Saint-Jean est à nous » mais c’est faux. Saint-Jean est aux autorités de la ville et à leur police. Eux ne sont que tolérés. Temporairement. La réaction de « anti-antifa » est typique de ces jeunes fascistes qui se sont formés exclusivement dans le milieu protégé de Saint-Jean mais qui n’ont jamais connu la rue, la vraie. Le jour où ils quitteront leur écrin doré pour se frotter jour après jour à la jeunesse des classes populaires sur le bitume, on en verra un paquet retourner chez leur mère sans demander leur reste.

  17. Et oui la Région Lyonnaise, c’est faf plus qu’ailleurs, le score du FN n’est pas forcement le meilleur indicateur, car la plupart d’entre nous ne votons pas, de plus, nous ne sommes pas des bourgeois (contrairement aux anarchistes, fils de médecins) nous vivons plus souvent en périphérie qu’en ville.

    Allez à bientôt les filles.

    • Ouais, ça vote pas, ça n’a aucune conscience politique, ça rêve d’un 3eme reich à la française, ça fait des menaces de morts sur facebook en message privé (j’ai déjà fait bannir 2 comptes personnellement, pour menace de violences répétées, injures, menaces de mort, etc), ça fait du passage à tabac, ça n’a aucune éducation ni aucune culture et ça le revendique.
      Enfin, qd on est assez teubé pour assimiler « gauche » et « anarchistes », on prouve bien sa bêtise