Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Législatives 2022 : après LREM, le bastion socialiste de Villeurbanne peut-il revenir à gauche ?
Actualité  Politique 

Législatives 2022 : après LREM, le bastion socialiste de Villeurbanne peut-il revenir à gauche ?

par Marie Allenou.
Publié le 30 mai 2022.
Imprimé le 30 juin 2022 à 00:42
1 640 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La 6e circonscription du Rhône, qui correspond aux contours exacts de la ville de Villeurbanne, va faire l’objet d’une rude bataille, entre la majorité présidentielle et la gauche, aux prochaines élections législatives. Ce bastion socialiste avait été emporté par la vague LREM en 2017, avec l’élection de Bruno Bonnell. Le siège (vacant depuis son départ en 2021) peut-il être remporté par le candidat LFI de la Nupes, Gabriel Amard, conseiller régional de l’Isère, spécialiste de l’eau, et gendre de Jean-Luc Mélenchon ?

>> Tous les résultats du 1er tour des élections législatives dans le Rhône sont ici

C’est à Villeurbanne que l’union de la gauche (Nupes) a présenté officiellement à la presse ses candidats pour les 14 circonscriptions que compte le Rhône. Pour l’occasion, le maire EELV de Lyon, Grégory Doucet avait même fait le déplacement. Aux côtés de Cédric Van Styvendael, maire PS de Villeurbanne, il a adoubé les candidats et scellé l’union entre le PS, le PCF, LFI et les écologistes.

Le choix de Villeurbanne pour les annonces est loin d’avoir été fait au hasard. L’union de la gauche veut reconquérir cette circonscription est tombée dans l’escarcelle LREM en 2017.

Bastion du socialisme municipal depuis plus de 100 ans, ses députés ont presque tous été issus du PS. En 2017, l’entrepreneur LREM Bruno Bonnell y a été élu, avant de laisser son siège courant 2021, pour travailler à d’autres projets de LREM.

La France Insoumise, qui s’est réservé Villeurbanne lors du partage des circonscriptions, a envoyé Gabriel Amard pour représenter les couleurs de la Nupes. Le conseiller régional de l’Isère et, c’est notable, gendre de Jean-Luc Mélenchon y affrontera 14 autres candidats.

Pas de sortant LREM dans la 6e circonscription de Villeurbanne

Avantage pour la Nupes : l’ex-député LREM Bruno Bonnell ne se représente pas. Pas de prime au sortant donc. Il a été propulsé à la tête du plan de relance France 2030 et n’a pas été remplacé à l’Assemblée nationale. Emmanuelle Haziza, investie par Horizons (le parti d’Edouard Philippe) se présente pour la majorité présidentielle sous les couleurs de l’union Ensemble ! (LREM/Horizons/MODEM).

Déjà candidate en 2017 pour le parti Les Républicains, elle avait récolté 10,67% des voix face à Bruno Bonnell, avant de quitter avec fracas le parti LR début 2020. Elle avait écrit dans un post Facebook :

« Je ne peux en effet accepter que ce parti puisse soutenir en 2019 un candidat aux élections métropolitaines qui présente uniquement des hommes comme têtes de toutes ses listes de circonscription. »

Emmanuelle Haziza, déjà conseillère municipale depuis 2008, s’était finalement associée avec Bruno Bonnell pour une candidature conjointe pour les élections municipales et métropolitaines 2020 à Villeurbanne, sans l’étiquette de la majorité présidentielle. Emmanuelle Haziza menait la liste pour les municipales et Bruno Bonnell pour les métropolitaines, en dissidence contre le candidat déjà investi par LREM, Prosper Kabalo.

Malgré les tensions, la gauche est en bonne position aux législatives à Villeurbanne

La candidate LREM devrait avoir plus de difficulté que son prédécesseur pour être élue. Sans prime au sortant, et avec une dynamique moindre qu’en 2017 pour LREM, elle pourrait être devancée par Gabriel Amard. D’autant plus que LFI, et la gauche, ont réalisé de très bons scores au premier tour de l’élection présidentielle 2022 à Villeurbanne. Jean-Luc Mélenchon a réuni 37,9% des voix et si l’on cumule l’ensemble des partis de la NUPES, la gauche a enregistré 48% des voix.

Gabriel Amard Législatives Villeurbanne
Gabriel Amard, candidat LFI/NUPES aux législatives à Villeurbanne, dans la 6ème circonscription du Rhône. ©Marie Allenou/Rue89Lyon

Reste à savoir si le candidat va réussir à fédérer pour sa campagne. Son parachutage n’a pas plu chez un grand nombre de militants locaux de son propre parti, mais surtout à celle qui voulait être la candidate PS à Villeurbanne.

Cristina Martineau, adjointe au maire de Villeurbanne, a été écartée lors de l’accord national entre le PS et LFI. « Népotisme, machisme, parachutage », la réaction de l’ex-candidate PS n’a pas manqué pas de mordant. Pendant une petite semaine, elle a même laissé traîner un doute sur sa possible entrée en dissidence. Mais lâchée par le maire Cédric Van Styvendael et par la section PS de Villeurbanne, elle a finalement abandonné, malgré le soutien de l’ancien maire PS Jean-Paul Bret.

Pour autant, pas question pour l’ex-candidate déçue de faire campagne pour Gabriel Amard. Cristina Martineau soutient plutôt Katia Buisson, candidate du Parti radical de gauche (PRG), qu’elle met en avant sur ses réseaux sociaux.

À gauche on retrouvera aussi Nadia Bouhami (Lutte ouvrière), Grégoire Privolt (Parti ouvrier indépendant démocratique) et Zaïr Meziani (DVG).

La droite LR et l’extrême-droite à la peine à Villeurbanne

Comme dans de nombreuses circonscriptions au niveau national, Les Républicains, le Rassemblement National et Reconquête ! n’ont pas de grandes chances à Villeurbanne. En 2017, LR et le RN avaient à peine réuni respectivement 10% des voix aux élections législatives.

Aux plus récentes élections présidentielles à Villeurbanne, les scores ne sont guère plus reluisants. Marine Le Pen (RN) a enregistré 11,75% des suffrages, Éric Zemmour (Reconquête !) 6,97% et Valérie Pécresse a obtenu à peine 3% des voix.

C’est un candidat UDI, Clément Charlieu, qui se présentera sur la circo dans une alliance avec Les Républicains. Président d’un mouvement citoyen de Villeurbanne appelé Nouvel Élan, il s’est présenté aux élections municipales 2020 pour Les Républicains et avait obtenu 4,66% des voix.

Michèle Morel, déléguée départementale du Rassemblement national dans le Rhône. ©DD/Rue89Lyon
Michèle Morel, déléguée départementale du Rassemblement national dans le Rhône et candidate aux législatives 2022 à Villeurbanne. ©DD/Rue89Lyon

Côté RN, le parti d’extrême-droite mise sur Michèle Morel, patronne du parti dans le Rhône. Cette conseillère régionale. Tête de liste du Rassemblement National à Villeurbanne pour les municipales et métropolitaines de 2020, elle a été élue conseillère régionale en 2021.

Puisqu’aucun accord a été trouvé avec le RN, le parti d’Éric Zemmour, Reconquête !, présente son propre candidat Pierre Porta. Le président de Reconquête à Villeurbanne n’exerce pour l’instant aucun mandat. Il s’était présenté en 2020 sur la liste d’union RN, Droite Populaire et Parti démocrate chrétien aux élections municipales et métropolitaines.

La liste des candidats sur la #circo6906

  • Katia Buisson (PRG)
  • Michèle Morel (RN)
  • Emmanuelle Haziza (Horizons / Ensemble !)
  • Pierre Porta (Reconquête !)
  • Nadia Bouhami (Lutte ouvrière)
  • Gabriel Amard (LFI / Nupes)
  • Ingrid Roche (Parti Animaliste)
  • Grégoire Privolt (Parti Ouvrier indépendant démocratique)
  • Clément Charlieu (UDI / LR)
  • Jean-Éric Sende (Sans étiquette)
  • Paul Ryckaert (Sans étiquette)
  • Laura Winkermuller (Sans étiquette)
  • Maude Boutayeb (Sans étiquette)
  • Zaïr Meziani (Divers Gauche)

Retrouvez le trombinoscope des candidats de la 6ème circonscription du Rhône sur notre application.

Rappel des résultats électoraux sur la 6ème circonscription du Rhône

Présidentielle 2022 :

1er tour

2e tour

  • Emmanuel MACRON : 75,98%
  • Marine LE PEN : 24,02%
  • Abstention : 34,85%

Législatives 2017 :

1er tour

2e tour

  • Bruno BONNELL (République en marche) : 60,18% des suffr. exp
  • Najat VALLAUD-BELKACEM (PS) : 39,82%
  • Abstention : 59,58%
Article actualisé le 12/06/2022 à 22h54
L'AUTEUR
Marie Allenou
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Piqûres dans les salles de concert à Lyon : « Notre priorité est la prise en charge des victimes »

par Marie Allenou. 306 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dématérialisation des demandes de titres de séjour à Lyon : « Une reconnaissance de la défaillance de l’État »

par Marie Allenou. 418 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, un rassemblement contre les violences d’extrême droite ce mercredi soir

par Rue89Lyon. 237 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×