Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
TCL à l’Ouest de Lyon : la Métropole enterre le téléphérique et déterre (en partie) le tracé de la ligne E
Actualité 

TCL à l’Ouest de Lyon : la Métropole enterre le téléphérique et déterre (en partie) le tracé de la ligne E

par Pierre Lemerle.
Publié le 16 mai 2022.
Imprimé le 26 novembre 2022 à 18:01
1 438 visites. 1 commentaire.

Après l’abandon du téléphérique pour relier Francheville à Lyon, les écologistes ont présenté officiellement leur solution de remplacement pour desservir par les transports en commun lyonnais (TCL) l’Ouest de la métropole : un tramway mi-souterrain, mi-extérieur. Un retour, en partie, au projet de métro E.

« Prendre acte » de l’échec et passer à autre chose. Ce lundi 16 mai, le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard (EELV), a présenté l’alternative TCL au projet de téléphérique à l’Ouest de Lyon, en amont du Conseil d’administration du syndicat mixte des transports du Rhône, le Sytral. Après une concertation difficile et de nombreuses polémiques, ce dernier a été remis dans les cartons la semaine dernière.

« On peut le regretter, mais les conditions n’étaient pas réunies », constate Bruno Bernard, également patron du Sytral.

Changement total de perspective donc. Durant la concertation sur le développement des différents métros, les participants ont remis en avant l’intérêt d’une desserte de l’Ouest par un « corridor E », qui devait initialement être assurée par un métro.

« Un consensus a émergé sur la nécessité d’améliorer les mobilités du corridor de la ligne E », déclare ainsi le président du Sytral.

Mais pour une potentielle prolongation d’un métro, il faudra attendre un autre mandat. Pour desservir l’Ouest lyonnais, l’exécutif propose un « tramway express de l’Ouest lyonnais », appelé TEOL.

TCL à l'Ouest de Lyon
TCL à l’Ouest de Lyon : le Sytral a présenté son projet de tram express. ©Sytral

TCL à l’Ouest de Lyon : un tram mi-enterré, mi à l’air libre

Longue de 6,5 km, cette nouvelle ligne partirait de la gare de Jean-Macé pour rejoindre le rond-point d’Alaï, après le centre-ville de Tassin-la-Demi-Lune, en passant par le Point du jour (Lyon 5e). Pouvant aller jusqu’à 70 km/h en ligne droite, ce moyen de transport doit desservir rapidement trois arrêts de l’Ouest (Ménival, Libération, Alaï). En terme de timing, il serait possible de rejoindre le point du jour de Perrache en dix minutes, de faire Alaï – Jean-Macé en 20 minutes, voire de relier la gare Part-Dieu en 30 minutes, via la ligne B. Avantage de cette solution : cette ligne TCL pourrait potentiellement être prolongée vers Craponne à terme.

« On peut imaginer un report de voyageurs plus important qu’avec le projet de ligne E grâce à un grand nombre de connexions multimodales », assure Jean-Charles Kohlhaas, vice-président de la Métropole de Lyon en charge des Déplacements, intermodalités et logistique urbaine.

Via sept arrêts, ce tram doit transporter chaque jour entre 48 000 et 60 000 voyageurs. Un chiffre identique, selon l’actuelle Métropole, à celui présenté par l’ancienne mandature via le Métro E. A quelques milliers près. Dans de précédentes présentation de l’ancien exécutif, il avait été davantage question de 45 000 à 75 000 voyageurs par jour.

Une différence avec le projet de l’ancienne mandature ? Cette ligne passerait par Perrache avant de rejoindre le 5e arrondissement. Deux tracés sont à l’étude : l’un ferait un stop du côté de Saint-Irénée et l’autre par Charcot, avant d’aller au Point du Jour.

Sur cette partie, le tramway serait souterrain, sur trois kilomètres. De ce fait, le projet, bien plus onéreux que le téléphérique, resterait largement moins chère que celui de métro.

« On est entre 700 et 750 millions d’euros du budget alors que le métro aurait couté entre 1,5 et 2 milliards, commente Bruno Bernard. Cela nous laissera de la place pour d’autres projets. »

Jean-Charles Kohlhaas et Bruno Bernard
Jean-Charles Kohlhaas (EELV) et Bruno Bernard (EELV) lors de la présentation du nouveau tram express de l’Ouest de Lyon. ©PL/Rue89Lyon.

Un tram ou un BHNS pour desservir le Nord

En terme de planning, il met également en avant une mise en place plus rapide que le Métro E. La concertation préalable est prévue pour début 2023. Les travaux du tunnel sont attendus pour 2027 avant une mise en service annoncée pour l’automne 2031.

Côté technique, le matériel roulera, à certains endroits, sur les mêmes rails que le T1 ou le T2, notamment entre Perrache et la place des Archives. Selon Jean-Charles Kohlhaas, les premières enquêtes techniques indiquent qu’il est possible de faire passer ces tramways sur des pentes avec une inclinaison de 8%, pour desservir Lyon 5, sans difficulté. Suivant le tracé choisi, le chantier pourrait être plus ou moins onéreux. Pour passer à Saint-Irénée, par exemple, il faudra creuser plus en profondeur.

Restera à trouver des solutions pour améliorer les transports au nord de la ville. D’ici fin mai, la Métropole de Lyon devrait annoncer un nouveau projet sur la ligne Centre Ouest liant Ecully à la Part-Dieu en passant par la Duchère et le tunnel de la Croix-Rousse. Pour l’heure, ce trajet est desservi par la bus C6. Il devrait être remplacé par un BHNS (Bus à haut niveau de service) ou un tramway. Le Sytral effectue également de nouvelles études pour mieux desservir le plateau nord.

L'AUTEUR
Pierre Lemerle

En BREF

À Lyon : des footballeuses mobilisées contre la coupe du monde au Qatar

par Laure Solé. 639 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon 8e, un rassemblement des locataires en colère contre Grand Lyon Habitat

par Oriane Mollaret. 748 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Censure préalable de Mediapart : le Spiil dénonce une atteinte à la liberté d’informer

par Tribune. 212 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×