Bruno Bernard, première rupture avec le système Collomb à la Métropole de Lyon
Politique 

Bruno Bernard, première rupture avec le système Collomb à la Métropole de Lyon

Sans surprise, Bruno Bernard a été élu président de la Métropole de Lyon ce jeudi 2 juillet, après le doublé réalisé par les écologistes le 28 juin. Sa large majorité à la Métropole a permis une première rupture avec le système de gouvernance mis en place par Gérard Collomb.

Une gauche plurielle dominée par les écolos
La nouvelle majorité à la Métropole de Lyon est composée de 58 élu·es écologistes + 26 allié·es Gauche unie (PS, PCF notamment) et Lyon en commun (Gram et Insoumis). Soit un total de 84 conseillers·ères de Métropole. (Voir l’infographie plus bas)

Au Centre des congrès où la nouvelle assemblée de la Métropole avait pris siège pour cause de distanciation sociale -due à la Covid-19, Bruno Bernard affichait sa décontraction. Le chef de file des écologistes n’avait aucun souci à se faire : sa confortable majorité – 84 élu·es sur 150 – lui assurait un vote tranquille.

Au premier tour d’un vote à bulletin secret, il a obtenu 84 voix sur 150 conseillers·ères de la Métropole. Il a ainsi fait le plein dans son camp.

La fin des majorités verrouillées par les « petits maires »

C’est la première fois que le président de la Métropole est élu après un scrutin métropolitain organisé dans 14 circonscriptions, au suffrage universel direct.

Conséquence de ce mode de scrutin : les listes arrivées en tête disposent d’une confortable majorité pour former leur exécutif.

Les écolos ont donc pu se passer d’alliances byzantines. En effet, avant cette élection, les « petits maires » de l’ouest lyonnais étaient sur-représentés parmi les élu·es de la communauté urbaine puis de la Métropole.

En 2001, quand Gérard Collomb a été élu pour la première fois maire de Lyon, il s’est en effet appuyé sur un subtile mélange de socialistes, d’écologistes (7 élu·es en 2014), de centristes et, surtout, de « petits maires » de droite pour se faire élire président du Grand Lyon. Idem en 2008 puis 2014.

David Kimelfeld s’était fait élire grâce au même système Collomb lorsque son mentor est parti place Beauvau.

Gérard Collomb a siégé pour ce premier Conseil de Métropole version écolo. Dans son discours, Bruno Bernard a rendu hommage au fondateur de la Métropole et premier président en 2015. "Un formidable outil de décision et d’action territoriale". Ce qui a eu le don de mettre les larmes aux yeux du grand perdant de ces élections de 2020. ©HH/Rue89Lyon

Gérard Collomb a siégé pour ce premier Conseil de Métropole version écolo. Dans son discours, Bruno Bernard a rendu hommage au fondateur de la Métropole et premier président en 2015. « Un formidable outil de décision et d’action
territoriale ». Ce qui a eu le don de mettre les larmes aux yeux du grand perdant de ces élections de 2020. ©HH/Rue89Lyon

« Synergies-Avenir », la fin des « faiseurs de rois » de l’Ouest Lyonnais

Le groupe Synergies qui rassemblait ces « petits maires » rassemblait jusqu’à récemment 30 conseillers·ères métropolitain·es, essentiellement les maires divers droite de l’ouest lyonnais.

En 2020, Synergies ne compte plus que 11 élu·es dont six maires. Autant dire que Synergies ne fait plus l’élection du président de la Métropole.

Bruno Bernard, nouveau président de la Métropole avec Grégory Doucet (masqué), nouveau maire de Lyon ©Houcine Haddouche/Rue89Lyon

Bruno Bernard, nouveau président de la Métropole de Lyon avec Grégory Doucet (masqué), nouveau maire de Lyon ©Houcine Haddouche/Rue89Lyon

Bruno Bernard face aux « Fractures territoriales »

Quelle(s) opposition(s) ?
Avant de clore la séance de ce jeudi, Bruno Bernard a fait voter une dernière délibération, lui permettant d’attribuer une délégation de pouvoir afin, notamment, de signer des marchés publics. Cette délibération lui donne des pouvoirs pendant six ans. Cela a donné lieu à une première passe d’armes avec ce qui ressemble à la nouvelle opposition qui s’en est émue. Philippe Coche pour Les Républicains, Louis Pelaez pour les Collombistes et Marc Grivel pour Synergies ont pris la parole. Les trois futurs responsables des groupes d’opposition composés respectivement de 33, 10 et 11 élu·es. Auxquels il faut ajouter les 12 élu·es pro-Kimelfeld qui ne savent manifestement pas encore où se situer.

Le président du groupe Synergies, Marc Grivel, ex-premier vice-président de la Métropole a été le premier à prendre la parole après le discours de Bruno Bernard. Naturellement, il a mis en avant ce risque de « coupure » avec les citoyens qu’impliquerait la sous-représentation des maires dans la nouvelle assemblée.

« Il n’y a plus que 24 maires sur les 59 communes que compte la Métropole. Ce n’est pas un plaidoyer corporatiste mais une alerte sur la démocratie et le risque d’un manque de proximité ».

Après lui, le Républicain François-Noël Buffet a « alerté » sur le « risque de fractures territoriales ». Le groupe « rassemblement de la droite et du centre » que présidera certainement encore Philippe Cochet est d’ailleurs le groupe qui comptera le plus de maires : 15.

Plus tôt, dans son discours de président élu, Bruno Bernard avait choisi des mots rassembleurs pour rassurer les communes qui ont voté à droite et les milieux économiques.

« Ensemble nous ferons la démonstration que le rat des villes et le rat des champs savent se retrouver autour d’un projet territorial. Que les centres villes et les quartiers populaires ne sont pas des espaces confinés, antagonistes et refermés sur eux-mêmes ».

Moins de vice-président·es et suppression des conseillers·ères délégué·es


Autre rupture avec le système Collomb : la commission permanente
Alors que jusque-là la commission permanente ne rassemblait que des élu·es de la majorité (profitant d’une disposition transitoire prévue par la loi), la commission permanente version 2020 distribue les sièges en fonction des rapports de force : 4 sièges pour la liste Synergies, 4 pour la liste Métropole pour tous (partisans de Gérard Collomb), 5 pour la liste Progressistes et républicains (partisans de David Kimelfeld), 13 pour la liste « Rassemblement de la droite et du centre » et 37 sièges pour la liste écologistes et gauche.
La commission permanente réunira donc 66 élu·es sur 150. Elle est chargée de mettre en œuvre les politiques qui font l’objet de décisions du Conseil de la Métropole. L’objectif étant de ne pas surcharger les assemblées plénières.

Autre conséquence de cette large majorité : les écologistes n’ont plus besoin de distribuer les postes dans l’exécutif pour remercier les élu·es qui voteront leurs délibérations.

Dans l’ancienne assemblée, 25 vice-président·es et 26 conseiller·ères délégué·s peuplaient l’exécutif, soit un tiers des élu·es. L’armée mexicaine.

Aujourd’hui, les écologistes ont choisi de se passer de conseillers·ères délégué·es et de réduire le nombre de vice-président·es.

Cette dernière réduction est symbolique car, au final, on compte quand même 23 vice-président·es.

Voici la liste. Les délégations ne sont pas encore arrêtées. Elles seront communiquées en début de semaine prochaine. Nous avons toutefois noté les délégations que nous connaissons d’ores et déjà. Grégory Doucet, le nouveau maire de Lyon, ne figure pas sur la cette liste. Et ce n’est pas un oubli.

1ère vice-présidente : Émeline Baume (EELV) : Économie,
2ème VP : Béatrice Vessiller (EELV) : Urbanisme
3ème VP : Renaud Payre (Gauche unie – Manufacture de la cité) : Logement
4ème VP : Michèle Picard (« La gauche rassemblée » – PCF et alliés)
5ème VP : Jean-Charles Kohlhaas (EELV) : Transports
6ème VP : Hélène Geoffroy (PS)
7ème VP : Cédric Van Styvendael (Gauche unie – PS) : Culture
8ème VP : Lucie Vacher (EELV)
9ème VP : Bertrand Artigny (EELV)
10ème VP Zemorda Khelifi (EELV)
11ème VP : Pierre Athanaze (EELV)
12ème VP : Véronique Moreira (EELV)
13ème VP : Fabien Bagnon (EELV) : Mobilités actives
14ème VP : Anne Grosperrin (EELV)
15ème VP : Jérémy Camus (EELV)
16ème VP : Séverine Hémain (EELV)
17ème VP : Jean-Michel Longueval (Gauche Unie – PS)
18ème VP : Laurence Boffet (Lyon en commun)
19ème VP : Pascal Blanchard (EELV)
20ème VP : Isabelle Petiot (EELV)
21ème VP : Philippe Guelpa-Bonaro (EELV)
22ème VP : Hélène Dromain (EELV)
23ème VP : Yves Ben Itah (EELV)

Vice-président·es à la Métropole : la même règle des 70-30

Dans l’attribution des vice-présidences, on retrouve chez les écologistes les mêmes « règles de calcul » que pour pour la constitution avec leurs partenaires des listes du second tour . À savoir, un rapport 70-30 en leur faveur (contre 60-40 dans les urnes). 74 % des vice-présidences seront ainsi assurées par des élu·es écologistes, 22% par des élu·es issu·es de « La gauche unie » ou des partis la composant et 4% pour « Lyon en commun » (soit une vice-présidence).

Les écologistes se retrouvent logiquement à la tête de postes-clés comme l’économie, les transports, l’urbanisme ou les mobilités actives. Les postes attribués à leur partenaires reflètent dans l’ensemble leur importance dans la nouvelle majorité. Les listes d’Hélène Geoffroy (PS) et de Michèle Picard (PCF) ont notamment permis aux écologistes de remporter deux secteurs, respectivement les circonscriptions Rhône Amont et Portes du Sud. Elles ont donc aussi permis d’atteindre la majorité absolue.

Assez logiquement, les deux élues, maires réélues de Vaulx-en-Velin et Vénissieux, deviennent ainsi respectivement 4e et 6e vice-présidentes de la Métropole de Lyon. A noter que contrairement à la règle que se sont imposés les écologistes, leurs partenaires de gauche cumulent une vice-présidence avec un mandat de maire.

Des partenaires de gauche de poids ou sauvés des eaux

Il sera intéressant également d’observer l’attitude de Michèle Picard. Jusqu’ici très critique envers une collectivité qu’elle juge trop centrée sur Lyon et Villeurbanne, elle lui préfère une « métropole des communes ». Nom qu’elle a d’ailleurs donné à sa liste aux élections métropolitaines.

Les partenaires de « La gauche unie » obtiennent trois vice-présidences. Deux au moins relèvent de portefeuilles importants. La vice-présidence au logement a été attribuée à Renaud Payre. Un petit miracle pour le directeur de Sciences Po Lyon, présent sur les listes au second tour pour 120 voix à peine qui lui permettent d’être le…3e vice-président de la Métropole de Lyon.

Cédric Van Styvendael, tête de liste à Villeurbanne, avait talonné la liste écologiste au premier tour des métropolitaines.  La large victoire au second tour, et sa victoire aux municipales, en font donc un élu de poids dans la nouvelle majorité. Il sera 7e vice-président, en charge de la culture.


L'AUTEUR
Laurent Burlet et Bertrand Enjalbal

En BREF

Le projet de Center Parcs à Roybon définitivement enterré

par Rue89Lyon. 619 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Lyon, des policiers renvoyés en correctionnelle pour le passage à tabac d’Arthur Naciri

par Rue89Lyon. 6 044 visites. 3 commentaires.

Les journaux nationaux de retour dans les kiosques à Lyon ce mercredi

par Alicia Blancher. 1 028 visites. Aucun commentaire pour l'instant.