« Le ministre souhaite parler aux élèves ? J’aimerais qu’il le fasse via les enseignants »
Témoignage 

« Le ministre souhaite parler aux élèves ? J’aimerais qu’il le fasse via les enseignants »

TÉMOIGNAGE / L. est professeure de langues en collège et professeure principale. Elle témoigne de la réactivité et de l’adaptation des enseignants. Mais aussi de bonnes surprises du côté de certains élèves dans cette relation et enseignement à distance.

Elle regrette en revanche d’apprendre bien souvent les informations de son ministère en même temps que tout le monde. Et de ne pas pouvoir en dire plus aux parents qui la questionnent. Le ministre veut parler directement aux élèves ? « Qu’il le fasse à travers les enseignants ».

Notre série « Prof confiné »

Nous publions une série de témoignages d’enseignant.es confiné.es. Le confinement est propice au creusement des inégalités, la continuité pédagogique étant loin d’être une évidence. Ni même parfois une option dans les familles. C’est ce qu’Emmanuel Macron a relevé pour justifier d’une ré-ouverture des établissements scolaires (hors supérieur) dès le 11 mai.

En attendant, envois de mails, coups de fil, visioconférences, rapports heurtés avec l’administration, (léger) désarroi en entendant Jean-Michel Blanquer, coups de stress, récit d’anecdotes avec humour et vague à l’âme… Plusieurs d’entre vous ont bien voulu partager cette expérience sur Rue89Lyon. N’hésitez pas à nous contacter (hello@rue89lyon.fr) pour que l’on échange.

« Le rythme de travail a beaucoup changé sur ce dernier mois. La première semaine fût très chaotique, nous avons mis en place une nouvelle plateforme en un weekend. Il a fallu former tous les professeurs le lundi et le mardi nous devions tous publier nos premiers cours. Il nous a fallu harmoniser nos pratiques car nous n’avions pas tous la même utilisation de la plateforme. Certains publiaient leurs cours suivant l’emploi du temps, d’autres publiaient le matin à rendre pour le soir…

Ce chaos nous a amené à avoir beaucoup plus de contacts avec les parents qui pour certains étaient très inquiets et qui, pour d’autres, ne nous avaient pas suivis dans le déménagement. Je suis professeure principale et à ce titre j’ai été mobilisée très tôt pour appeler les familles de ma classe pour rassurer, pour écouter et pour dépanner techniquement.

« J’ai l’impression que ce confinement aura redonner de la valeur à notre métier »

Actuellement, nous gardons le lien de différentes manières. Nous faisons des visio-conférences toutes les semaines avec tous les élèves, nous envoyons des mails quand nous observons des retards dans les dépôts de devoirs et nous appelons les familles quand l’élève a un problème (par exemple, quand il n’envoie aucun devoir). Il est certain que nous avons un lien beaucoup plus proches avec les familles qu’avant le confinement mais qui nous demande aussi plus de temps.

Nous avons eu beaucoup de retours positifs notamment car nous nous sommes mis en place très rapidement. Beaucoup de familles que j’ai eues au téléphone nous remercient pour le suivi assuré. Je n’ai jamais eu autant de retours positifs de toute ma carrière. D’habitude les familles nous contactent quand ça ne va pas, quand quelque chose dysfonctionne. J’ai l’impression que ce confinement aura redonné de la valeur à notre métier.

« Nous avançons aussi plus vite dans les programmes »

Le travail à distance fonctionne. Beaucoup de nos élèves nous disent se sentir moins stressés car ils ont plus de temps libre. Beaucoup d’entre eux travaillent entre 4 et 5h par jour ce qui comparé aux 7h de présentiel en plus des devoirs est tout à leur avantage. Nous avançons aussi plus vite dans les programmes.

Le gros point noir à la visio-conférence c’est le manque d’interactions. C’est extrêmement frustrant pour un prof de langues de faire cours plus ou moins seul parce qu’à 30 personnes aucune n’ose ouvrir son micro. Faire des groupes de 10 élèves prend tout de suite beaucoup plus de temps.

L’interaction n’est pas la même, ils ne réagissent pas à ce que disent les autres, ils sont très passifs et il faut les chercher. Je sais aussi que beaucoup ont leur téléphone juste à côté donc ils m’écoutent d’une oreille mais leur attention est ailleurs. J’ai fait aussi le constat étonnant que pour la génération « internet » beaucoup d’élèves et de familles ne savent pas se servir d’outils simples ou prétendent ne pas savoir s’en servir.

« J’aurais vraiment souhaité avoir des informations en avance au lieu de le découvrir sur Instagram »

Les élèves sont globalement restés égaux à eux-mêmes. Nous avons eu quelques bonnes surprises d’élèves soit très timides qui s’exprimaient pleinement en ligne ou au contraire d’élèves turbulents qui sont toujours à l’heure et qui aident beaucoup leurs camarades. Mais ils restent des exceptions, les bosseurs bossent et ceux qui souhaitent faire le minimum ne nous rendent pas plus.

La relation avec le ministère de l’éducation, elle, est compliquée. Nous avons les informations en même temps que les autres. J’aurais vraiment souhaité pouvoir avoir des informations en avance au lieu de le découvrir dans les stories Instagram de Brut. Le ministre souhaite parler aux élèves mais j’aimerais qu’il le fasse via les enseignants parce que nous nous retrouvons comme des poires quand les parents nous demandent ce que signifie « la reprise ne sera pas obligatoire » et qu’on leur répond que nous en savons autant qu’eux. Le dialogue est difficile avec le ministre.

Jean-Michel Blanquer dans une story sur le compte Instagram de Brut

Jean-Michel Blanquer dans une story sur le compte Instagram de Brut. Capture d’écran

Je pense qu’il est irréaliste d’envisager une rentrée au 11 mai pour tout le monde, nous en sommes tous conscients (depuis l’entretien, le ministre de l’Éducation Nationale a annoncé une rentrée étalée et elle pourrait s’effectuer à partir du 18 mai pour les 6e et 3e et à partir du 25 mai pour les 5e et 4e, ndlr). N’étant pas dans un établissement prioritaire, j’imagine que nous allons prolonger les cours à distance encore un petit moment. Je pense que les grandes vacances d’été vont être intouchées car ce ne serait pas juste envers le secteur du tourisme…. Maintenant je m’attends à tout.

« Beaucoup de parents ont réalisé les devoirs à la place de leur enfant »

Nous rigolons à l’idée de faire cours d’EPS avec des masques, de désinfecter les prises d’escalade à chaque passage ou encore de faire une chorale avec des masques pour tout le monde. Nous en rigolerons probablement moins quand on nous demandera de le faire.

J’ai beaucoup de craintes en ce qui concerne les redoublements, beaucoup de parents ont réalisé les devoirs à la place de leur enfant pendant cette période (qu’ils l’admettent ou non) et, si rentrée il y a, ces enfants vont se retrouver bien désarmés une fois de nouveau seul devant leur copie. Je pense que beaucoup de passages dans les classes supérieurs et d’obtentions de certificats vont être obtenus cette année sans que ce soit toujours justifié.

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

2ème pic de pollution à Lyon de la saison, mise en place de la circulation différenciée

par Rue89Lyon. 348 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Deuxième anniversaire des Gilets jaunes : une manifestation ce samedi à Lyon

par Rue89Lyon. 510 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’engagement de la préfecture sur l’hébergement d’urgence : « On va répondre à la demande mi-décembre »

par Pierre Lemerle. 296 visites. Aucun commentaire pour l'instant.