Concours de nouvelles : comment Lyon a été projetée en 2050
Le back-office
Le blog de la rédaction, toute la tambouille qui nous fait vivre et peut vous intéresser. Des opérations spéciales vous sont proposées régulièrement.
Le back-office 

Concours de nouvelles : comment Lyon a été projetée en 2050

actualisé le 19/12/2019 à 12h04

Rue89Lyon a lancé à l’été 2019 un concours de nouvelles et un appel à écriture, dans le but d’imaginer collectivement par quoi un territoire tel que celui de la métropole de Lyon pourrait être traversé d’ici quelques dizaines d’années.

La possibilité d’ouvrir notre champ d’observation habituel par la fiction et l’imaginaire nous a enthousiasmés.

240 participants se sont inscrits ; la rédaction a reçu 150 textes passés à son tamis, pour aboutir à une sélection de treize textes soumis à un jury. Ses membres (cité.e.s à la fin de l’article) ont été réuni.e.s pour leur connaissance du territoire métropolitain, pour leur expertise en matière littéraire et culturelle, pour leur sensibilité au projet.

Les nombreuses nouvelles reçues confirment que la prospective et l’anticipation sont d’excellents biais pour parler d’aujourd’hui, des craintes et des espoirs qui nous habitent.

Emanuel Campo, membre du jury, a fait la lecture de la nouvelle lauréate du concours devant son auteure Margaux Létang (assise au centre), quelques autres participantes, le jury, pendant la soirée de remise du prix le 12 décembre 2019. ©BE/Rue89Lyon

Margaux Létang est la lauréate du concours, à qui l’on a remis le 12 décembre dernier un prix de 1000 euros.

« Cela va me servir à me payer une nouvelle année aux Artisans de la fiction [un atelier d’écriture à Lyon] », nous a-t-elle dit.

Sa nouvelle s’intitule « Vous êtes pas d’ici, vous » et figure dans un recueil publié en décembre avec les 12 autres nouvelles sélectionnées.

Retrouvez sur Rue89Lyon l’interview de cette auteure âgée de 32 ans et habitante de Lyon.

Que racontez-vous du futur ?

Des accès rendus difficiles pour rejoindre le cœur de la métropole et retrouver tout ce qui nous y est familier, comme un magasin de pralines ou les rues en pente de la Croix-Rousse ; une rupture nette entre la centralité luxueuse d’un Hôtel-Dieu et la campagne laborieuse autour de Tarare ; la catastrophe nucléaire aux portes de la ville ; la luxuriance d’un Parc de la Tête d’Or crépusculaire ; la montée inéluctable des eaux du Rhône et de la Saône. Ou encore un musée des Confluences devenu « Réserve de semences » ; un derby Lyon/Saint-Étienne aux enjeux politiques masqués ; un repas improvisé dans l’arrière-salle d’un bouchon ; la fouille archéologique de la station de métro Bellecour…

Autant d’inventions narratives que nous avons eu grand plaisir à découvrir. Les accès à la ville ont été une obsession, ses frontières en 2050 sont soit totalement fermées soit largement modifiées. Il faut passer des bornes, des checkpoints ou encore des fleuves débordants.

La ville est, dans ce recueil, à la fois remodelée et tellement identifiable. Il y a eu des textes mis en forme comme des échanges épistolaires, comme des articles, il y a eu beaucoup d’histoires de famille et/ou d’amour. Des récits politiques. Des récits mettant en scène des départs, des fuites, des postures de résistance ou de cachette.

Le dérèglement climatique et Jean-Michel Aulas

La guérilla urbaine, le dérèglement climatique, la survie dans un décor post-apocalyptique, la dictature verte ou fasciste, la société de surveillance, l’omniprésence des technologies, les voix de vieilles personnes, la catastrophe nucléaire ou la recherche d’une nouvelle alimentation : les thèmes ont été variés, exprimant souvent des angoisses déjà bien présentes.

On a beaucoup lu le quartier de la Croix-Rousse (ses Pentes), on a aperçu Fourvière et sa basilique, la tour de la Part-Dieu travailleuse et surveillante, le Musée des Confluences qui laisse vivre dans ses sous-sols une famille cachée. Jean-Michel Aulas a pointé son nez, tout comme Gérard Collomb devenu là une sorte de demi-divinité, une intelligence artificielle maintenue en vie. Mais aussi un Guignol rendu humain. Beaucoup d’idées.

Bravo aux 13 auteur.e.s publié.e.s et tout particulièrement à la lauréate Margaux Létang.

Merci aux participants, à l’équipe (et les soutiens proches de) Rue89Lyon ultra-lectrice et résiliente, à Walid Salem de Rue89 Bordeaux pour l’idée du concours et la belle édition du recueil, à ce jury de haute volée que l’on est très heureux d’avoir réuni. Il s’agit de :

Le concours de nouvelles a été soutenu par la Direction de la Prospective et du Dialogue public de la Métropole de Lyon et par Serfim Fondation.

Recueil "Lyon, des nouvelles de 2050"

Couverture recueil de nouvelles Rue89Lyon

Dans cette section vous pouvez commander votre (vos) exemplaire(s) du recueil.

  • Prix unitaire : 9 euros.
  • Frais de port fixes : 6 euros.

Délais de livraison : 2 à 3 semaines

Après avoir cliqué sur le bouton "Paiement" vous pourrez renseigner vos adresses de livraison et de facturation.

 

9,00€
6,00€ (expédition)
Total : 15,00€
X article(s)

 

 

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.

En BREF

Coronavirus : des protections insuffisantes pour les livreurs des hypermarchés Carrefour de Lyon

par Rue89Lyon. 1 394 visites. 1 commentaire.

Confinement : pas de manif le 1er Mai, mais des banderoles aux fenêtres

par Amandine Miallier. 1 260 visites. 2 commentaires.

Des rendez-vous gratuits avec des psy pour les plus touchés par le Covid-19

par Rue89Lyon. 564 visites. 1 commentaire.