« La voiture comme signe d’appartenance au « peuple » face aux bobos qui prennent le vélo est un mythe »
Commentaires sélectionnés 

« La voiture comme signe d’appartenance au « peuple » face aux bobos qui prennent le vélo est un mythe »

actualisé le 23/09/2019 à 20h56

L’interview du professeur d’urbanisme Jean-Michel Deleuil a vivement fait réagir.
Nous rappelons sa thèse : « les centres-villes sont de moins en moins impactés par la voiture. Résultat, ils sont de plus en plus agréables, et donc de plus en plus chers (…) Les populations modestes sont de plus en plus repoussées à l’extérieur des centres-villes où elles sont condamnées à avoir une voiture ».
Nous publions le commentaire de Renaud à qui l’on doit une précédente tribune sur la question.

S’il est absolument nécessaire de s’attaquer à la hausse phénoménale des prix dans le centre-ville et à la « gentrification » qui en découle, il est dommage qu’une fois encore soit servie cette tarte à la crème qui établit un lien direct entre appartenance aux classes populaires et usage de l’automobile.

La dépendance à la voiture, notamment dans des zones où toute alternatives ont disparu, est une réalité au niveau national qui mérite largement d’être nuancé dans une ville comme Lyon.

L’automobiliste a des revenus plutôt supérieurs à la moyenne des « voyageurs »

Les chiffres de l’INSEE montrent que la distance domicile-travail a tendance à augmenter avec les revenus, et les enquêtes montrent que dans les grandes métropoles, l’automobiliste a des revenus plutôt supérieurs à la moyenne des « voyageurs » (lire ici).

La chose est assez facile à admettre pour qui regarde cinq minutes le type de modèles de voiture circulant à Lyon, et alors qu’en 2018 les SUV ont représenté presque une voiture sur deux vendue en France.
Les personnes les plus pauvres de l’agglomération vivent pour une grande partie dans des quartiers certes excentrés mais où existent des lignes, même imparfaites, de transport en commun. Ils subissent cependant de plein fouet les nuisances automobiles, et il y a fort à parier que si on proposait aux habitants de Bron Terrraillon ou des UC de réduire les voies automobiles du périphérique au profit d’une tram verte et de transports en commun plus réguliers, ils ne seraient pas contre.

Bref, la voiture comme signe d’appartenance au « peuple » face aux bobos qui prennent le métro et le vélo est un mythe qui a la peau dure, et qui est largement alimenté par des CSP+ qui, pour le coup, n’ont pas du tout envie d’abandonner leur confort. (Lire par ailleurs)

La barre HLM de l'UC1 le long du périphérique lyonnais à Bron. ©CS/Rue89Lyon

La barre HLM de l’UC1 le long du périphérique lyonnais à Bron. ©CS/Rue89Lyon

>> L’interview de Jean-Michel Deleuil et tous les commentaires sont à lire ici

 

Tags
L'AUTEUR
Riverain
Riverain
Les riverains, ce sont vous, les lecteurs et utilisateurs de Rue89Lyon. Vous pouvez apporter vos témoignages, vos commentaires, donner vos éclairages.

En BREF

Que faire pour la « Fête de la Science » à Lyon ?

par Rue89Lyon. 332 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La plateforme lyonnaise I-Boycott lance une campagne contre Deliveroo

par Rue89Lyon. 1 662 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nouvelle victoire pour le squat de l’ancien collège Maurice Scève

par Rue89Lyon. 3 227 visites. 18 commentaires.