Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Bruit, pollution et périph’ : vivre dans l’UC1 de Bron, la « cité du futur » vouée à la démolition

Une barre immense qui surplombe en sombre reine le périph’. Voilà l’image que renvoie l’Unité de construction 1 (UC1) du quartier Bron-Parilly dont les locataires sont en train d’être relogés avant la prochaine démolition.

Vidéo
Édition abonnés
La barre HLM de l'UC1 le long du périphérique lyonnais à Bron. ©CS/Rue89Lyon

Les raisons sont évidentes lorsqu’on s’y rend. Précisément, les nuisances sonores et la pollution provoquées par la proximité avec le périphérique, mais aussi l’état vétuste du bâtiment et l’insécurité.
Il y a, bien sûr, l’image surprenante que dégage le bâtiment quand on l’aperçoit du boulevard périphérique ou de l’A43, derrière son volant, et qui question par la proximité avec ces deux grands axes de circulation de l’agglomération lyonnaise.
Puis il y a l’intérieur de l’UC1. Boîtes aux lettres défoncées, fils électriques qui s’épanouissent librement sans carcan de protection près des portes, tags en pagaille partout sur les murs. L’état vétuste de la barre transparait dès la première porte d’entrée aux vitres brisées franchie.
Mais c’est surtout l’atmosphère générale qui émane des allées qui rend la visite assez particulière. Deux tiers des habitants s’en sont déjà allés. Le vide les a remplacés, matérialisé par de grandes portes d’acier rouges qui empêche quiconque de squatter les logements vidés.
Il en ressort un silence étrange, seulement troublé par le bruit des voitures et des vieux ascenseurs qui haussent péniblement les derniers habitants vers leurs logements.
Terminée la gloire des débuts que nous décrit Alima Belamri, qui vit à l’UC1 depuis ses premiers pas en 1958 :

« Avant, on se mettait dans l’herbe jusqu’à minuit. On était tous là, les uns, les autres. Il y avait des bancs, des tables. C’était très propre. Les allées étaient tellement propres que l’on aurait pu boire du lait dessus ».

Un tableau idyllique, datant de la fin des années 50, qui contraste totalement avec le bloc de béton abîmé d’aujourd’hui.
Alima Belamri a déménagé il y a vingt ans. Mais elle a mis du temps à tourner la page de sa vie au onzième étage du bâtiment. Encore aujourd’hui, elle revient régulièrement devant la façade bétonnée pour discuter tranquillement avec ses amies du quartier. C’est d’ailleurs à ce moment-là que nous l’avons croisée.

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Lyon. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Lyon d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Banlieue

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

À lire ensuite


Plus d'options