Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Emoi au barreau de Lyon autour du refus d’embaucher une avocate enceinte
Société 

Emoi au barreau de Lyon autour du refus d’embaucher une avocate enceinte

par Laurent Burlet.
Publié le 19 septembre 2019.
Imprimé le 08 mars 2021 à 03:43
3 154 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

INFO RUE89LYON / Dans le monde feutré de l’ordre des avocats, l'absence de sanction de la part du bâtonnier de Lyon vis-à-vis d'un cabinet qui a refusé d’embaucher une avocate enceinte fait vivement réagir les robes noires. Les démissions et les réactions s’enchaînent. Au terme de son mandat de deux ans, Farid Hamel se retrouve bien seul.

Début décembre 2018, une jeune avocate lyonnaise devait signer son premier contrat de collaboration. Le jour de la signature, elle a annoncé à ses futurs "employeurs", le cabinet collaborant, qu'elle était enceinte.

En raison de son « indisponibilité » à venir, terme qu'ils ont employé, ils ont finalement renoncé et refusé de signer le contrat.

Après quoi, s’estimant victime de discrimination, la jeune femme a saisi la "Commission collaboration" du Barreau, composée de 18 avocats. Cette commission est une instance de conciliation, comme c'est la pratique pour les salariés lambda avant un jugement au conseil de prud’hommes. Son rôle est de régler les problèmes entre avocats employés et cabinets employeurs.

Dans cette affaire, l’avocate enceinte et le cabinet qui devait l’embaucher n’ont pas réussi à se mettre d’accord et la jeune femme a saisi le bâtonnier. Lequel doit alors intervenir, dans ce type de situation, comme un juge prud'homme unique.

A l’issue de l'audience, Farid Hamel a rendu sa décision juridictionnelle le 25 juillet par laquelle il a rejeté la demande d'indemnité de l'avocate. Le bâtonnier écrit notamment :

« Il convient d'observer que le mail par lequel le cabinet a rompu les pourparlers transactionnels, a fait référence à un élément objectif [à savoir] "l’annonce de votre indisponibilité pour une partie notable de l’année 2019 » précisant que cela ne convenait [pas] à l'organisation du cabinet".

L’« indisponibilité" étant, ici, causée par la grossesse puis la maternité. Or, faut-il le rappeler, il est interdit de licencier ou de refuser une embauche pour cette raison-là. D’où les réactions en chaîne.

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.

En BREF

Covid-19 : forte progression des variants à Lyon et dans sa région

par Bertrand Enjalbal. 6 568 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon : « dans la situation sanitaire actuelle, ce n’est pas simple de mobiliser »

par Pierre Lemerle. 546 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le maire de Givors Mohamed Boudjellaba voit son élection annulée

par Rue89Lyon. 1 192 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×