Habillage
Le Pink Bloc à Lyon : la version féministe et queer du Black Bloc cherche sa voie
Société 

Le Pink Bloc à Lyon : la version féministe et queer du Black Bloc cherche sa voie

A Lyon, comme dans d’autres grandes villes de France, le Black Bloc a son pendant féministe et queer : le Pink Bloc. Malgré un socle de revendications révolutionnaires communes, les modes d’action et la place des questions de genre divergent avec le cortège en noir violent, jugé viriliste. En sommeil ces derniers mois à Lyon, le Pink Bloc sera en partie représenté lors de la Pride de nuit, ce vendredi, à la veille de la Marche des fiertés.

Leurs slogans ne sont pas moins violents. Leurs revendications, pas moins radicales. En tête de manifestation, le cortège scande pour un renversement de société. Nous sommes en avril 2018, date du dernier véritable Pink Bloc organisé à Lyon contre les réformes lancées par Emmanuel Macron. Depuis, la rage n'a pas faibli mais le Pink Bloc cherche sa voie.
Le Pink Bloc : contre le patriarcat, le capitalisme, le racisme et l’hétéronormativité
Ce qui les distingue, à première vue, des Black Blocs, c’est la couleur. Du rose, du violet, des paillettes. L'identité du Pink Bloc. De plus près pourtant, les mots d’ordre aussi divergent et l’anticapitalisme se double d’une parure anti-patriarcale, pro-féministe et LGBTQ+ (selon un des sigles actuels pour désigner les personnes qui ne sont pas hétérosexuelles). A côté des pancartes “On détruira votre société” sont brandies des banderoles arborant fièrement “ni mari, ni Macron, ni patrie, ni patron”.

Communément considéré comme la version queer du Black Bloc, le Pink Bloc n’a pas de définition unique. Chacun en donne sa vision, comme Emilien* :

“Pour moi, l'idée du Pink Bloc est de rendre visible les revendications LGBTQ+ et féministes au sein des luttes sociales, et de contrecarrer le pinkwashing du gouvernement”.

Le pinkwashing, comme le greenwashing, étant vu comme une technique de communication politique qui se montre bienveillante et tolérante vis à vis des personnes LGBTQ+ dans un seul souci d’image.

Ce contenu est réservé aux abonnés

L'AUTEUR
Margot Hemmerich

En BREF

Les trottinettes électriques encadrées : où en est-on à Lyon ?

par Rue89Lyon. 2 049 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Saint-Étienne renonce à tester l’audiosurveillance sur avis de la CNIL

par Rue89Lyon. 374 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vous êtes supporter de l’OL ? Adoptez les gestes qui sauvent

par Rue89Lyon. 693 visites. Aucun commentaire pour l'instant.