Habillage
[Festival] « Le concept de société n’explique rien », par Laurent de Sutter
Tribune 

[Festival] « Le concept de société n’explique rien », par Laurent de Sutter

actualisé le 13/11/2019 à 15h29

Le festival « (Re)faire société : mode d’emploi », organisé par la Villa Gillet, se veut comme un « festival des idées ». Poursuivant ainsi les précédentes éditions organisées sous le nom de « Mode d’emploi » et « La chose publique ». Le festival se tient à Lyon du 13 au 20 novembre. Rue89Lyon en est partenaire : nous publions les tribunes et productions éditoriales des invités de cette semaine de réflexion.

Découvrez la tribune de Laurent de Sutter, professeur de théorie du droit à la Vrije Universiteit Brussels (Bruxelles) et directeur de la collection Perspectives Critiques aux PUF. Il interviendra le 15 novembre lors d’un débat intitulé « Emotions individuelles, mobilisations collectives ». 

A la fin des années 1970, Gilles Deleuze, moquant les Nouveaux Philosophes qui, sur les plateaux de télévision, s’emportaient contre le « totalitarisme » communiste, écrivait que les penseurs en question ne recouraient jamais qu’à des « concepts gros comme des dents creuses ».

« Le concept de « société » fait partie de ces dents creuses de la pensée »

Le concept de « société » fait partie de ces dents creuses de la pensée – dans le sens où il s’agit d’un concept qui, comme le disait Bruno Latour, n’explique rien, mais doit être expliqué lui-même pour pouvoir servir à quoi que ce soit.

Plutôt que de parler de « société », il est sans doute plus utile, plus pratique, et peut-être aussi plus judicieux, de parler des assemblages, des constructions, des événements, des stratégies, des manœuvres, des instruments, qui permettent que chaque individu ne soit pas obligé de toujours tout faire tout seul.

« Un monde » plutôt que « des sociétés »

Car il n’y a pas de société, mais des lieux, des pratiques et des moments – des réseaux et des infrastructures, des administrations et des plans, des liens de toute sorte, dont la caractéristique première est leur matérialité. Il y a des lignes de métro, de bus, de tramway ou de trains, des routes de toutes sortes, des systèmes de câblage permettant la transmission de l’information ou de l’électricité, des tuyauteries amenant l’eau ou le gaz et emportant ensuite les déchets, des canaux, des barrages.

Il y a tout ce qui fait que, plutôt que des sociétés, il y a un monde. C’est ce monde qu’il s’agit donc de re-faire, à l’heure où on se rend compte que, depuis des millénaires, sa conception même était erronée.

Conférence au festival (re)faire société : mode d'emploi à Lyon

Annonce de la conférence de Laurent de Sutter et Gloria Origgi au festival (Re)faire société : mode d’emploi à Lyon. Capture

« Emotions individuelles, mobilisations collectives », vendredi 15 novembre, de 21h à 22h30, amphithéâtre Laprade, Université Lumière Lyon 2. Animé par Sophie Béroud (Politiste, Université Lumière Lyon 2), avec :

  • Laurent de Sutter : Laurent de Sutter est professeur de théorie du droit à la Vrije Universiteit Brussels (Bruxelles). Son travail porte sur l’histoire culturelle du droit, en particulier le lien unissant loi et transgression dans l’histoire de la culture juridique européenne. Il dirige la collection Perspectives Critiques aux PUF.
  • Gloria Origgi : Gloria Orrigi est une philosophe italienne. Ses travaux portent principalement sur lépistémologie sociale, En 2002, elle intègre lInstitut JeanNicod (CNRSÉcole Normale SupérieureÉcole des Hautes Etudes en Sciences Sociales).
L'AUTEUR
Tribune
Tribune

En BREF

Divonne-les-bains : l’usine d’embouteillage avortée, l’industriel va saisir la justice

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Hébergement d’urgence : le préfet du Rhône désavoué par le ministre, les problèmes demeurent

par Laurent Burlet. 723 visites. 1 commentaire.

David Kimelfeld abandonne l’Anneau des sciences et fait coup double

par Laurent Burlet. 2 398 visites. 3 commentaires.