Habillage
Fête des Lumières : l’origine de la vidéo où Gérard Collomb a voulu empêcher qu’une œuvre soit « niquée »
Actualité 

Fête des Lumières : l’origine de la vidéo où Gérard Collomb a voulu empêcher qu’une œuvre soit « niquée »

Son communiqué de presse envoyé au lendemain de la Fête des Lumières avait fait se gausser tout un tas de lyonnais. Gérard Collomb s’y vantait d’avoir établi l’ordre dans l’après-midi, le samedi 8 décembre, place Bellecour, avant de pouvoir enfin lancer l’événement. Dans une vidéo surgie ces dernières heures, on voit en effet le maire de la Ville s’énerver et s’adresser vertement à ceux qui se trouvent là, téléphone-caméra à la main.

Dans la vidéo, on voit des personnes en train de donner des coups de pied dans un gros système lumineux rond, rappelant une balle. Gérard Collomb se trouve en face, il est entouré de ses équipes et notamment de son adjoint Yann Cucherat.

Le maire de Lyon s’approche d’un spectateur de la scène, en train de filmer, pour le prendre à parti, lui et les autres :

« Attendez, les mecs, vous savez que cette fille, là, elle a un cancer, la fille qui a fait cette œuvre. Elle a bossé un an. Vous allez lui niquer son œuvre. »

Autour, on entend des voix qui rient puis une qui dit « c’est pas bien ». Ce que Gérard Collomb répète, sur le même registre :

« C’est pas bien, franchement. Bon. »

La vidéo a été exhumée par un ardent et infatigable défenseur de Gérard Collomb sur le web, conseiller métropolitain et adjoint à la mairie du 7è, Romain Blachier.

Elle a circulé et provient à l’origine du compte Facebook d’un certain Thierry de Cottignes-Guelfi, qui a dans son cercle social en ligne une flopée de personnalités lyonnaises. On lui a demandé s’il était l’auteur de la vidéo.

« Non, a-t-il répondu. C’est mon beau-fils qui a filmé et qui m’a transmis la vidéo. »

En beau-papa à l’aise avec les réseaux sociaux, il l’a publiée dès le dimanche 9 décembre, félicitant par le même temps le maire de Lyon.

Capture d'écran d'une page FB, d'où est partie la vidéo de Gérard Collomb pendant la Fête des Lumières 2018. DR

Capture d’écran d’une page FB, d’où est partie la vidéo de Gérard Collomb pendant la Fête des Lumières 2018. DR

Comme une gifle que donnerait François Bayrou

Dans son communiqué du 9 décembre après-midi, Gérard Collomb s’était félicité de la sorte :

« J’ai pris l’initiative de me rendre au cœur des tensions qui vers 18h se concentraient sur la place Bellecour, pour les apaiser. Pour cela, je suis allé avec Yann Cucherat, adjoint aux sports et aux grands évènements, au contact des groupes de jeunes qui faisaient face aux forces de l’ordre.
Je les ai interpellés en leur signifiant qu’ils ne pouvaient pas gâcher la fête des lumières, la fête de tous les lyonnais, leur fête. Le calme revenu, j’ai appelé Jean-François Zurawik, directeur de la Fête de lumières afin qu’il fasse démarrer le spectacle de Bellecour. »

Il avait ainsi suscité les moqueries (« et après, Gérard Collomb a marché sur l’eau ») ou encore l’indignation (de la part du maire d’opposition du 2è arrondissement, Denis Broliquier, qualifiant carrément Gérard Collomb de « mythomaire » qui minimiserait à son avantage le travail des forces de l’ordre).

Denis Broliquier se moque de Gérard Collomb. Une #FDL2018 bien pêchue. DR

Denis Broliquier se moque de Gérard Collomb. Une #FDL2018 bien pêchue. DR

La vidéo que l’on a depuis découverte montre que, en effet, Gérard Collomb s’est bien trouvé place Bellecour samedi soir et a assisté là à de mauvais comportements -qu’il n’a pas évités, au contraire. Mais son communiqué laisserait presque entendre qu’il a bravé puis remis à leur place des hordes de casseurs, s’affiliant ou non aux gilets jaunes. Ce qui n’est pas le cas non plus.

Ce moment relativement cocasse pendant lequel on entend le maire de Lyon dire « niquer » et adopter le ton du professeur dans le coup, rappelle la vidéo virale d’une gifle donnée par François Bayrou alors candidat à la présidentielle, en 2002, à un enfant qui avait approché ses poches de près.

Comme pour le candidat centriste (UDI à l’époque), la posture de Gérard Collomb est plutôt saluée sur les réseaux sociaux, prise pour preuve de son « courage » ou encore de sa « détermination ».

Lyon lumineuse et ogresse ?

Cette édition 2018 de la Fête des Lumières, l’un des événements de la ville les plus importants d’un point de vue touristique, a cristallisé bien des tensions.

Elle devait à tout prix être réussie au moins pour des questions de communication politique, et afin de donner une visibilité lumineuse au retour de Gérard Collomb à Lyon.

Mais elle a dû se réaliser dans un contexte particulièrement chaud, où l’on voyait ce samedi 8 décembre s’organiser dans la même journée une « marche pour le climat » (le matin) et une manifestation des « gilets jaunes » (l’après-midi).

Le maire Les Républicains de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, n’a eu de cesse d’enjoindre à Gérard Collomb d’annuler cette édition, par mesure de précaution. Avant de protester carrément. Pour lui, tous les moyens policiers et de protection auraient été captés par Lyon, en plein week-end de tension liée aux actions des gilets jaunes et, cela, aux dépends des autres communes de la région, de la sienne en particulier.