Économie 

Atelières à Villeurbanne : le symbole du Made in France va-t-il être sauvé ?

actualisé le 06/03/2014 à 14h05

Les ex-Lejaby, couturières restées sur le carreau à la suite de la liquidation de l’entreprise de lingerie, étaient devenues en pleine campagne présidentielle un véritable enjeu politique.

Les Atelières se lançaient à Villeurbanne en janvier 2013. Crédit : Jérémy El Mlaka / Rue89Lyon.

Les Atelières se lançaient à Villeurbanne en janvier 2013. Crédit : Jérémy El Mlaka / Rue89Lyon.

Quelques unes s’étaient alors retrouvées embarquées dans l’intéressant projet des Atelières. Soit un atelier de couture de luxe, aux murs décorés par une multitude de cocardes bleu blanc rouge symbolisant le fameux « made in France », rengaine politique de cette période politique particulière.

Lundi 3 mars, Muriel Pernin, présidente fondatrice des Atelières, a envoyé un communiqué en forme d’avis de décès, informant la mort dans l’âme du rendez-vous administratif pris au tribunal de commerce, ce vendredi 7 mars, pour demander la liquidation de l’entreprise, un peu plus d’un an après son lancement.

Elle indiquait, dans des termes durs, trois raisons qui ont abouti à cette décision :

  • le refus des banques de les soutenir, malgré des financements programmés ;
  • le fait de n’avoir pas pu bénéficier des dispositifs d’innovation ;
  • des circuits non-adaptés à la fabrication luxe, copiés sur les traditionnels circuits de la filière textile.

Très amère, Muriel Pernin décrivait dans son communiqué (reproduit ci-dessous) ce qui s’apparente à un système incapable de se renouveler et conclut ainsi :

« Dans notre pays la fabrication française est un grand mensonge. Les produits made in France sont souvent conçus à l’étranger et finalisés en France. »

Communiqué fin des Atelières.

Un branle-bas de combat médiatique accompagné d’une souscription lancée sur les réseaux sociaux n’ont pas pu être ignorés d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif et de Benoît Hamon, ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire, tous deux signataires d’un communiqué envoyé ce mercredi 5 mars et gravement intitulé « L’Etat ne lâche pas les Atelières ».

Après un rendez-vous pris à Bercy, le mercredi soir, l’affaire semble mieux engagée. Muriel Pernin se disait soulagée ce jeudi matin, assurant avoir eu des garanties « pour le moyen terme » de la part de la Banque publique d’investissement et de banques, relate leprogres.fr.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 949 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 372 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 203 visites. Aucun commentaire pour l'instant.