La 89ème minute
Ça commence à être tendu, mais tout reste possible...
Blogs  La 89ème minute 

Brest-OL : life's a beach

actualisé le 14/09/2013 à 16h20

RANK’N’OL #37. L’OL n’a pas réussi à revenir à hauteur du PSG après avoir concédé un nul (1-1) sur la pelouse / plage (rayer la mention inutile) de Brest. Une contre-performance frustrante mais pas dramatique qui valait bien un Rank celte. Et pépère.

À Brest, Steed Malbranque a fait le Pirlo. Entre autres. Crédit photo : Ouest France / Philippe Renault / MaxPPP [archives]

Dimanche 3 mars 2013, 27ème journée de Ligue 1

Stade Brestois – Olympique Lyonnais 1-1

Pour Brest : Chafni (8ème)

Pour Lyon : Makonda (csc, 53ème)

Brest-Lyon

 

Notes : la grille d’éval’

#1 Rennes-OL 0-1 ; #2 OL-Troyes 4-1 ; #3 Évian TG-OL ; #4 OL-Valenciennes ;#5 OL-Ajaccio ; #6 OL-Sparta Prague ; #7 Lille-OL ; #8 OL-Bordeaux ; #9 Kiryat Shmona-OL ; #10 Lorient-OL ; #11 OL-Brest ; #12 OL-Bilbao ; #13 Nice-OL ;#14 OL-Bastia ; #15 Bilbao-OL ; #16 Sochaux-OL ; #17 OL-Reims ; #18 Prague-OL ; #19 Toulouse-OL ; #20 OM-OL ; #21 OL-Montpellier ; #22 OL-Kiryat Shmona ; #23 Saint-Étienne-OL ; #24 OL-Nancy ; #25 PSG-OL ; #26 OL-Nice ; #27 Épinal-OL ; 28 Troyes-OL ; #29 OL-Évian TG ; #30 Valenciennes-OL ; #31 Ajaccio-OL ; #32 OL-Lille ; #33 Tottenham-OL ; #34 Bordeaux-OL ; #35 OL-Tottenham ; #36 OL-Lorient

 

1. Steed Malbranque : au moment d’évoquer la possibilité de voir Steed Malbranque en équipe de France, Jacques Monclar, en juge sage mais passionné, avait invoqué Andrea Pirlo. Malbranque a donc clairement affiché ses ambitions en poussant le mimétisme jusqu’à s’inventer une cinquième fonction différente cette saison dans le milieu lyonnais : celle du meneur reculé. Une inspiration que le résultat du match n’aura pas rendu géniale mais qui dit toute l’intelligence du bonhomme, aux côtés d’Arnold Mvuemba, pour régler le problème quasi-insoluble de l’absence de Gonalons. Si Malbranque a récité à merveille sa leçon de quarterback qui distille des offrandes depuis la ligne médiane, davantage grâce à son sens du jeu qu’à sa patte droite pour le coup, c’est encore lorsqu’il s’est rapproché de la surface adverse, en deuxième période, que l’OL est devenu plus dangereux. La preuve que Gonalons est indispensable. Mais qu’il n’est pas le seul.

2. Lisandro Lopez : il fallait bien que quelqu’un s’y colle et, ce coup-là, ce n’était pas une question de choix. Alors Licha est retourné piger à gauche, une semaine après avoir rappelé à tout le monde qu’il était bien l’une des meilleures pointes de Ligue 1. « Malheureusement » pour lui, il n’est pas si dégueu sur le côté, comme il l’a montré dans une rencontre durant laquelle il a su tirer profit du confort fourni par Umtiti derrière lui et des passes délivrées par Malbranque. « Heureusement », Gomis a décidé d’éclipser à la dernière seconde un match courageux par une occasion ratée. Une occasion peut-être plus compliquée à mettre qu’elle n’en avait l’air. N’empêche, quand Lisandro a manqué son face-à-face avec Thébaux, ça a fini en autogoal de Makonda. En ce qui concerne la hiérarchie des avant-centres, la chance a donc décidé de choisir son camp. Celui de la raison.

3. Samuel Umtiti : il a bien fait semblant d’être un peu en dessous durant les trente premières minutes. Peut-être l’horaire de la digestion ; plus sûrement une blague à l’encontre de la cellule Rank’n’OL, du genre « Démerdez-vous sans moi cette fois ». Mais, de toute évidence, cette facétie ne pouvait pas durer. La suite aura d’abord été une leçon de défense avec de l’anticipation, de la vitesse et de domination physique. Et ce qu’il faut de vice pour garder un ballon qui menace de se transformer occasion de but (69ème). Umtiti bluffe donc encore des gens. C’est pourtant pas faute d’avoir prévenu.

4. Alexandre Lacazette : il ressemble à n’importe quel autre jeune joueur de Ligue 1. Jusqu’à ce que ses performances rappellent cette vérité le concernant : Lacazette est un joueur de l’Olympique Lyonnais. Autrement dit, tout sauf un jeune pro. Un type qui, en dehors des matchs, calibre déjà sa comm’ au gramme près. Et quand il est sur le terrain est déjà capable de situer le sens d’un match à l’autre bout de son inclinaison naturelle, loin de la provoc’ habituelle et en plein dans le foot bataille. Suffisant pour amorcer quelques-unes des principales actions de l’après-midi et jouer au bon petit soldat qui renvoie un peu plus Jimmy Briand à sa condition de bon petit soldé.

5. Arnold Mvuemba : « Life’s a bitch and then you die » L’une des punchlines les plus décisives de l’histoire du rap a manqué de s’échouer plus d’une fois cette saison sur la carrière d’Arnold Mvuemba. Cet après-midi, la sentence a pris la forme d’un centre tellement parfait que Gomis en a oublié de le rendre décisif. Avant ça, l’ancien Merlu s’était fendu d’un match d’abord hésitant, où il a fallu se distribuer les rôles avec Malbranque à défaut de pouvoir distribuer le jeu. Pour ensuite monter au fil de la partie, dans l’intensité comme sur le terrain. Jusqu’à cette dernière occasion sortie sur un petit exploit côté gauche – enchaînement dribble de dégagement dos à la défense et centre dans la foulée. D’expérience, on sait qu’un tir cadré peut changer la face d’une fin de saison et, parfois, de la carrière qui va avec. On aura enrichi notre point de vue et donné par la même occasion un peu plus d’épaisseur à la punchline de Nasir Jones : même pour ceux qu’on pense revenus d’entre les morts, la vie, elle, reste toujours une chienne.

Par Pierre Prugneau et Serge Rezza

Retrouvez le Rank’n’OL sur OL Dirty Bastards et sur la 89ème minute.

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Pierre Prugneau
Pierre Prugneau
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 471 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 537 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 459 visites. Aucun commentaire pour l'instant.