Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
« On vit dans une boîte de sardines » : Dans la métropole de Lyon, la galère du droit au logement opposable
Société  Témoignage 

« On vit dans une boîte de sardines » : Dans la métropole de Lyon, la galère du droit au logement opposable

par Thomas Sévignon.
Publié le 1 octobre 2022.
Imprimé le 08 décembre 2022 à 00:08
537 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dans la métropole de Lyon, Yacine témoigne de l’attente interminable pour obtenir un réponse de la commission départementale qui instruit les demandes de Droit au logement opposable (Dalo).

« On se voit à la maison », me dit-il au téléphone. Avant de rectifier : « enfin… la petite pièce plutôt ». Je comprends mieux pourquoi en arrivant chez lui. Voilà plus de deux ans que Yacine (le prénom a été modifié) vit dans un studio de moins de 20m² situé dans une commune à proximité de Lyon, avec sa femme et ses trois enfants mineurs.

Une salle d’eau sur la gauche après la porte d’entrée, un petit couloir avec placards et kitchenette. Puis la fameuse « petite pièce ». Dix mètres carrés, tout au plus.

Un lit est installé contre le mur côté nord. Même chose côté ouest, sous la fenêtre. Et deux lits superposés sont collés à la cloison côté sud. Un matelas rangé dans un coin est « casé » le soir venu au milieu de ce qui reste d’espace libre, pour faire un cinquième couchage. 

droit au logement opposable (Dalo) Lyon
Le logement de Yacine et sa famille, en juillet 2022. ©TS/Rue89Lyon

Depuis plus d’un an après, Yacine et sa famille attendent la réponse de la Commission départementale en charge d’étudier les demandes de Droit au logement opposable pour la métropole de Lyon

« On vit comme dans une boîte de sardines », se lamente le père de famille.

« Le directeur du collège de ma fille, il me dit : “votre fille est une bonne élève, mais elle dort dans la classe”. Pourquoi à votre avis ? Car elle ne peut pas bien dormir ici dans ces conditions. On vit comme dans une boîte de sardines ».

Au printemps 2021, après des tentatives infructueuses pour obtenir un appartement chez un bailleur social, Yacine a déposé un recours auprès de la préfecture du Rhône au titre du Dalo, le droit au logement opposable. Pour un motif difficile à contester : logement en suroccupation. 

Mais plus d’un an après, lui et sa famille attendent toujours que leur dossier soit étudié par le service de la préfecture et la commission départementale qui instruisent les demandes (Comed).

>> Cet article est un extrait de notre enquête sur les dysfonctionnements de la Commission départementale qui instruit les demandes de Dalo

Tags
L'AUTEUR
Thomas Sévignon

En BREF

8 décembre à Lyon : la manifestation des identitaires interdite par la préfecture. Pour quel effet ?

par Marie Allenou. 476 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Métropole de Lyon : « 281 enfants sans-abri » à l’approche de la Fête des Lumières

par Marie Allenou. 253 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Affaire Perdriau : la nouvelle victime s’appelle Laurent Wauquiez

par Rue89Lyon. 2 204 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×