Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
A Villeurbanne, une expulsion de squat pour inaugurer la « semaine de l’hospitalité »
Actualité 

A Villeurbanne, une expulsion de squat pour inaugurer la « semaine de l’hospitalité »

par Oriane Mollaret.
Publié le 13 octobre 2021.
Imprimé le 21 octobre 2021 à 20:28
827 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après leur expulsion, des habitants du squat de Feyzin, près de Lyon, ont trouvé refuge dans un bâtiment inoccupé à Villeurbanne. Il a été à son tour évacué ce mercredi 13 octobre sur demande de la Métropole de Lyon, alors que démarre la « semaine de l’hospitalité » qu’elle organise.

Mauvais timing. Ce mercredi 13 octobre, c’est le premier jour de la « semaine de l’hospitalité » organisée par la Métropole de Lyon : dix jours de conférences-débats sur « faire l’hospitalité au 21e siècle » et d’ateliers pour tester sa « connaissance du sans-abrisme » ou encore découvrir les « métiers de la solidarité ».

Ironie du sort ou du calendrier, ce mercredi 13 octobre, c’est aussi le jour d’une énième expulsion pour les occupant·es de l’ex-squat de Feyzin, au sud de Lyon. Demandée cette fois-ci par la Métropole de Lyon elle-même.

Expulsions de squats en série dans la métropole de Lyon

Depuis février 2020, l’ancienne école Georges-Brassens de Feyzin, devenue propriété de Total Raffinage, accueillait des dizaines de personnes sans logement. Au moment de son expulsion, le 16 septembre dernier, 65 personnes étaient présentes.

Si la préfecture a affirmé avoir hébergé une cinquantaine d’entre elles – dont une vingtaine de mineur·es – le reste des occupant·es a préféré fuir le squat avant l’arrivée des forces de l’ordre. Entre ces personnes-là et celles qui sont restées sur le carreau, plusieurs dizaines de personnes se retrouvent sans solution de logement.

Squat de feyzin
L’évacuation du squat de Feyzin a eu lieu le 16 septembre. ©La Calle/Facebook

Pour dénoncer cette situation, le gymnase Béchevelin, dans le 7e arrondissement de Lyon, avait été occupé dans la foulée. Au bout de quelques heures, les services de l’État avaient finalement proposé des hébergements à quelques familles et proposé aux collectifs sur place de leur fournir une liste des occupant·es pour étudier leurs différentes situations et éventuellement leur trouver des solutions d’hébergement. A ce jour, la préfecture affirme n’avoir jamais rien reçu.

Le dernier week-end de septembre, un nouveau squat avait été ouvert rue Dedieu, à Villeurbanne, pour loger les ancien·nes occupant·es du squat de Feyzin sans solution d’hébergement.

Le 30 septembre, ce squat-là aussi avait été expulsé par les forces de l’ordre.

Le dernier squat en date, à Villeurbanne, expulsé ce mercredi sur demande de la Métropole de Lyon

En désespoir de cause, les habitant·es – des jeunes hommes à peine majeurs pour la plupart – et leurs soutiens se sont rabattus sur un nouveau bâtiment situé rue Spréafico, à Villeurbanne. Celui-ci appartient à la Métropole de Lyon, qui confirme avoir demandé son évacuation mercredi 13 octobre.

D’après les informations du Progrès, l’ambiance était électrique entre les forces de l’ordre arrivées en début d’après-midi, les occupant·es et leurs soutiens. Une partie des habitant·es est montée sur le toit du bâtiment. Ils et elles demandaient à échanger avec un élu de la Métropole pour discuter de solutions pérennes de relogement.

« Il n’y a pas eu de tensions particulières, conteste la préfecture. Les négociations ont été très fluides et les personnes qui étaient sur le toit sont descendues quand nous le leur avons demandé, à 19h. »

Contactée par Rue89Lyon, la Métropole de Lyon confirme que des échanges ont eu lieu par téléphone puis de visu à la Métropole, de manière plus informelle.

« On essaie de trouver des solutions, d’inventer des choses comme La Station par exemple, de réfléchir au travail fait par beaucoup d’associations avec qui nous sommes en contact, affirme la Métropole. C’est toujours difficile, on tente de répondre à toutes les urgences mais on n’y arrive pas toujours. »

squat Villeurbanne métropole de Lyon Feyzin logement
Les occupant·es du squat de la rue Spréafico, à Villeurbanne, expulsé ce mercredi 13 octobre, sont monté·es sur le toit pour réclamer des solutions de relogement dignes et pérennes pour tous·tes les ancien·nes habitant·es du squat de Feyzin. DR

Des mobilisations ce mercredi pour la « semaine de l’hospitalité »

Ce mercredi 13 octobre, plusieurs collectifs et associations qui défendent le droit à un logement digne pour toutes et tous ont organisé des mobilisations à l’occasion de cette « semaine de l’hospitalité ».

Le collectif Jamais sans Toit, par exemple, et la FCPE 69 se sont rassemblés devant l’Hôtel de ville de Lyon en fin d’après-midi pour dénoncer la situation d’enfants et de leurs familles qui se trouvent à la rue :

« Au moment où s’ouvre cet événement organisé à l’initiative de la Métropole et des Villes de Lyon et Villeurbanne, le collectif Jamais Sans Toit recense déjà 80 enfants sans abri au sein de l’agglomération. […] Depuis la rentrée, 11 écoles se sont déjà mobilisées à Lyon, Villeurbanne, Vaulx-en-Velin et Vénissieux pour tenter de pallier les insuffisances de l’État et des collectivités. »

Et de prendre l’exemple de l’école du Commandant Arnaud, dans le 4e arrondissement de Lyon, qui entamera ce jeudi sa quatrième semaine d’occupation pour héberger une femme et ses deux enfants sans logement.

Le collectif de soutien aux migrants de la Croix-Rousse a également décidé de se joindre à ce rassemblement pour rappeler la situation plus que précaire dans laquelle se retrouvent une soixantaine de jeunes migrants. Quarante d’entre eux sont logés dans le squat du Chemineur, à la Croix-Rousse, sans chauffage ni électricité, en attendant une réponse du juge des enfants tandis qu’une vingtaine d’autres doivent se serrer dans les tentes distribuées par le collectif, faute de mieux.

squats jeunes migrants Lyon Croix-Rousse
Au Chemineur, 40 jeunes dont la minorité a été contestée par la Métropole de Lyon sont en attente d’une réponse du juge des enfants. A la mi-octobre, il n’y a toujours ni chauffage ni électricité dans le squat. ©OM/Rue89Lyon
Article actualisé le 14/10/2021 à 10h04
L'AUTEUR
Oriane Mollaret
Oriane Mollaret

En BREF

Les AESH de Lyon appelées à manifester ce mardi

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Pass sanitaire : un nouveau samedi de manifestation à Lyon

par Pierre Lemerle. 852 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Villeurbanne, une expulsion de squat pour inaugurer la « semaine de l’hospitalité »

par Oriane Mollaret. 827 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×