Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Départementales dans le Rhône : grand chelem de la droite à l’horizon
Politique 

Départementales dans le Rhône : grand chelem de la droite à l’horizon

par Bertrand Enjalbal.
Publié le 23 juin 2021.
Imprimé le 25 octobre 2021 à 05:40
1 449 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les départementales 2021 dans le Rhône ont confirmé l’ancrage local de la droite et du centre-droit. La majorité sortante de Christophe Guilloteau devrait conserver sans difficulté le département. Elle pourrait même rafler tous les sièges. Les faibles scores du Rassemblement National ont surpris.

Le premier tour des élections départementales 2021 a confirmé le fort ancrage à droite du Rhône (le « nouveau Rhône », hors métropole de Lyon donc). Les binômes de droite ou d’union avec le centre-droit arrivent en tête dans les 13 cantons. Souvent très largement.

L’abstention empêche des élections au premier tour

Le Rhône n’a pas fait exception. Les élections départementales ont connu un très fort taux d’abstention dans le département : 67,65% des inscrits. Un niveau supérieur de près de 20 points par rapport à 2015.

Sans cette très faible participation, plusieurs binômes de la majorité sortante auraient été élus dès le premier tour. Pour être élu au premier tour, il faut en effet obtenir plus de 50% des suffrages exprimés et au moins 25% des électeurs inscrits. Sans cette double condition, 9 des 13 cantons l’élection aurait pu se régler au premier tour.

La majorité sortante compterait déjà 18 des 26 sièges du conseil départemental. Sa victoire ne semble donc reportée que de quelques jours.

Dans le Rhône la droite relègue loin ses adversaires

Christophe Guilloteau (UMP) en passe de devenir le nouveau président du Rhône. Crédit : Eric Soudan.
Christophe Guilloteau (ici entouré de ses amis politiques) devient le nouveau président du Rhône en avril 2015. Crédit : Eric Soudan.

Signe que la droite pèse toujours lourd dans le département, elle a relativement peu pâti de l’abstention. Les binômes de droite (LR, UDI, union de la droite et union de la droite et du centre-droit) perdent toutefois 8 000 voix par rapport à 2015.

Mais son rapport de force face aux binômes de gauche est sans appel. Dans les cantons où le second tour l’opposera à un binôme de gauche ou d’union de la gauche, elle le devance en moyenne de 34 points au premier tour. Il n’y a que dans celui de l’Arbresle, où la gauche avait obtenu ses deux seuls élus en 2015, que l’écart est plus mince. Un canton où elle fait aussi face à un binôme LREM.

Quand elle devance les binômes du Rassemblement National, là aussi la droite est largement devant. De 30 points en moyenne.

Aux départementales dans le Rhône les dissidences n’ont pas fait chuter la droite

Pour ce premier tour des départementales 2021 dans le Rhône, droite et centre-droit partaient davantage unis qu’en 2015.

Il n’y avait bien que dans les cantons de Gleizé et de Saint-Symphorien-d’Ozon où pointait une maigre dissidence. À Gleizé, le maire de la commune, avait toutefois déclaré qu’il s’inscrirait « dans la majorité départementale » en cas de victoire.

Dans les cantons de l’Arbresle et de Val-d’Oingt, des binômes de droite ou du centre se présentaient face à ceux de la majorité sortante. Ils étaient toutefois formés de candidat·es non affilié·es aux formations politiques à la tête du département ou issus de LREM.

Ces rares dissidences n’ont pas affecté les binômes de la majorité sortante. Elles n’ont d’ailleurs même pas profité au Rassemblement National. Dans le canton de Gleizé ce sont les deux binômes de Les Républicains et d’union du centre et de la droite qui sont qualifiés pour le second tour. Le Rassemblement National ne parvenant pas à se maintenir.

Dans un Rhône hostile, la gauche limite la casse

À gauche, le bilan est contrasté. Pâtissant d’un manque d’implantation par endroits et d’un fort vote Wauquiez en parallèle aux élections régionales, le bilan n’est pas totalement noir. Toutefois, il existe une réelle possibilité que la prochaine assemblée du conseil départemental du Rhône ne compte plus aucun élu de gauche.

Sur une terre peu favorable, la gauche ne s’est pas totalement écroulée lors de ce premier tour des départementales 2021. Dans le canton de Mornant par exemple, malgré un écart important, la gauche résiste plutôt bien (30% des suffrages exprimés environ).

Par rapport à 2015, les binômes de gauche (socialistes, écologistes, communistes, divers gauche ou d’union) perdent 10 000 voix environ. Une perte sensiblement équivalente à celle de la droite et du centre-droit dans un contexte de forte abstention. En termes de représentation, la gauche reste stable, autour de 23-24% des suffrages exprimés.

Plus aucun élu de gauche dans le Rhône ?

La naissance de la Métropole de Lyon en 2015 a accentué la domination de la droite. Amputé de Lyon et son agglomération, le Rhône est aujourd’hui électoralement constitué des territoires qui lui sont le plus favorables. En 2015, la gauche a pu conserver deux sièges sur le canton de l’Arbresle. Grâce en partie à la division de la droite et du centre-droit au premier tour.

Sheila Mac Carron, élue d'opposition au conseil général du Rhône, claque la porte du PS. DR
Sheila Mac Carron, élue d’opposition au conseil général du Rhône en 2015, avait claqué la porte du PS. DR

Mais ces deux sièges sont d’ores et déjà perdus. Le binôme d’union de la gauche et des écologistes, conduit par la sortante Sheila McCarron (Génération.s) est arrivé en troisième position, derrière celui de la droite et celui du LREM Morgan Griffond (responsable départemental du parti). Il n’est donc pas qualifié pour le second tour. Le scrutin fut toutefois très serré : le binôme LREM devançant celui de la gauche d’une cinquantaine de voix.

Sur le canton de Saint-Symphorien-d’Ozon, la gauche nourrissait des espoirs de bien figurer, à défaut d’espérer l’emporter. Elle ne sera pas au second tour. Malgré la division du centre et de la droite, elle est devancée de quelques voix par le RN qui réalise là un de ses meilleurs scores.

Il reste un espoir pour la gauche de conserver ses deux sièges dans le canton du Val-d’Oingt. Le binôme conduit par le maire de Val-d’Oingt, Pascal Terrier, sera présent au second tour. Il aura face à lui le binôme LR de la sortante Martine Publié et Christian Vivier-Merle, qui l’a devancé de 400 voix au premier tour.

Le succès est toutefois loin d’être garanti. La droite semble disposer d’une réserve de voix plus importante.

La désertion des électeurs du Rassemblement National pour leur parti

Le premier tour des élections départementales 2021 dans le Rhône sonne comme un échec pour le Rassemblement National (RN).

Localement pas au mieux, le parti de Marine Le Pen n’était pas en mesure de présenter des binômes dans l’ensemble des 13 cantons du Rhône. Dans les urnes dimanches 20 juin, il semble avoir plus que d’autres souffert de l’abstention. Il perd environ 26 000 voix par rapport au premier tour des départementales 2015. Plus que les voix perdues par la droite et la gauche réunis.

Le RN ne sera présent au second tour que dans trois des onze cantons dans lesquels il était présent. Il n’a même pas profité des (rares) divisions à droite. Comme dans le canton de Gleizé où les deux binômes de droite (Les Républicains et d’union de la droite et du centre) le devancent et s’affronteront au second tour. Dans les trois cantons où il sera présent au second tour, 30 points les séparent en moyenne des binômes de droite.

Michèle Morel du Rassemblement National
Michèle Morel, tête de liste du Rassemblement National sur la circonscription G (Villeurbanne) à la Métropole de Lyon en 2020 est devenue responsable départementales du parti après la suspension d’Antoine Mellies. Photo BE/Rue89Lyon

Michèle Morel, responsable départementale du RN suite à la suspension d’Antoine Mellies, reconnaissait un manque d’implantation de son parti.

« Pour nous qui avions des candidats peu connus, cela a joué contre nous. On a six ans devant nous pour bosser comme des malades pour être plus à la hauteur. »

Certains candidats du parti voyagent en effet pas mal. Comme Christophe Boudot. Candidat sur le canton de Belleville-en-Beaujolais, il était jusqu’en 2020 conseiller municipal de Lyon. Il devait cette année-là présenter une liste aux municipales de Limonest (Métropole de Lyon). Ou encore Rémi Berthoux, candidat dans le canton de Thizy-les-Bourgs après avoir été tête de liste aux métropolitaines pour le RN en 2020 dans le secteur de Bron et Saint-Priest.

La prime au sortant et l’ancrage local

Les premiers résultats des élections départementales dans le Rhône ont justement montré l’importance de l’ancrage local. Beaucoup de candidat·es occupent et souvent cumulent des mandats locaux. Beaucoup sont ainsi maires de communes de leur canton.

Les résultats confirment l’intérêt électoral pour les départementales. Les candidats-maires ont, malgré l’abstention, fait le plein dans leurs communes. Dans le cas de dissidence, chaque « camp » a pu compter sur son secteur. Un ancrage particulièrement vrai dans le canton de Gleizé notamment. Mais une équation également vraie à gauche. Pascal Terrier, maire divers gauche du Val-d’Oingt, arrive largement en tête dans sa commune même si son binôme est devancé par la droite à l’échelle du canton.

Les binômes de droite sortants sont tous en ballotage très favorable pour le second tour. La seule absence de « prime au sortant » concerne le canton de l’Arbresle. Le binôme de gauche ne sera pas présent au second tour. Dans un scrutin très serré.

« C’est forcément une déception. Nous nous étions dit que ça allait être serré, mais on ne s’attendait pas à ça. »

Sheila McCarron, conseillère départementale sortante (divers gauche)

Preuve aussi peut-être d’un effet « Wauquiez ». En parallèle de ces élections départementales, se tenaient les élections régionales. Elles aussi ont été massivement touchées par l’abstention mais le président LR de la Région a été confortablement placé en tête lors de ce premier tour. Particulièrement dans le Rhône où il frise les 47% des suffrages exprimés. Un score légèrement supérieur à sa moyenne régionale.

Les résultats du premier tour des élections départementales 2021 dans le Rhône

Les binômes candidats au second tour des élections départementales 2021 dans le Rhône

Canton de Anse

  • Pascale Bay / Daniel Pomeret (Union du centre et de la droite)
  • Valérie Beraud / Jean-Henri Soumireu-Lartigue (Union de la gauche et des écologistes)

Canton de l’Arbesle

  • Sarah Boussandel / Pierre Varliette (Les Républicains)
  • Morgan Griffond / Cathetine Lotte (LREM)

Canton de Belleville-en-Beaujolais

  • Evelyne Geoffray / Frédéric Pronchery (Union du centre et de la droite)
  • Christophe Boudot / Chantal Capaldini (Rassemblement National)

Canton du Val d’Oingt

  • Martine Publie / Christian Vivier-Merle (Les Républicains)
  • Ariane Aubonnet / Pascal Terrier (Union de la gauche et des écologistes)

Canton de Brignais

  • Valérie Grillon / Christophe Guilloteau (Union de la droite)
  • Philippe Bourret / Pauline Reybier (Union de la gauche et des écologistes)

Canton de Genas

  • Christine Hernandez / Daniel Valéro (Les Républicains)
  • Mickaël Dos Santos / Tiffany Joncour (Rassemblement National)

Canton de Gleizé

  • Sylvie Epinat / Michel Thien (Les Républicains)
  • Ghislain De Longevialle / Nathalie Petrozzi-Bedanian (LREM)

Canton de Mornant

  • Pascale Chapot / Philippe Marion (Union de la droite)
  • Kaouthar Limam / Thierry Rochefort (Parti Socialiste)

Canton de Saint-Symphorien-d’Ozon

  • Jean-Jacques Brun / Mireille Simian
  • Chantal Dubos / Louis Lardet

Canton de Tarare

  • Annick Lafay / Bruno Peylachon (Union de la droite)
  • Eric Bouhana / Kristin Zimmerman (Union de la gauche et des écologistes)

Canton de Thizy-les-Bourgs

  • Colette Darphin / Patrice Verchère (Union du centre et de la droite)
  • Pascale Cernicchiaro / Aymeric Hergott (Divers gauche)

Canton de Vaugneray

  • Claude Goy / Daniel Jullien (Union du centre et de la droite)
  • Christian Foilleret / Colette Suzanne (Écologiste)

Canton de Villefranche-sur-Saône

  • Béatrice Berthoux / Thomas Ravier (Union du centre et de la droite)
  • Étienne Allombert / Jocelyne Giontarelli (Union de la gauche)
L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

A Lyon, l’avocat d’Alain Soral et les propos antisémites de son client

par Pierre Lemerle. 819 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La manifestation contre l’extrême droite passera dans le Vieux Lyon ce samedi

par Oriane Mollaret. 1 374 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À l’ancien hôpital Charial de Francheville transformé en centre d’hébergement : « On prône la mixité »

par Laure Solé. 2 489 visites. 1 commentaire.
×