Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Les chats pullulent à Lyon : quelle cohabitation possible ?
Société 

Les chats pullulent à Lyon : quelle cohabitation possible ?

par Athina Gendry.
Publié le 2 mars 2021.
Imprimé le 06 décembre 2021 à 04:11
3 261 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

[Interview] Dominique Pontier a travaillé sur les chats errants dans la ville de Lyon pendant 13 ans. Chercheuse et professeure à l'université Lyon 1, elle a été sollicitée dans les parcs et hôpitaux pour optimiser la population féline.

Alors que l'hypothèse d'une hausse de la population de chats continue d'inquiéter, Dominique Pontier, qui n'a "pas l'impression de marcher sur des chats", revient sur ce phénomène et cette question sensible.

À Rue89Lyon, la chercheuse a ainsi détaillé de façon passionnante les caractéristiques des chats errants à Lyon et ailleurs, les facteurs qui conditionnent leur pullulation, l'importance du travail à réaliser avec leurs nourrisseur·ses et l'effectivité des campagnes de stérilisation.

La pullulation des chats errants en milieu urbain est-elle néfaste ? Pour la biodiversité aviaire, certainement. L'agréable compagnie du chat domestique nous fait parfois oublier sa nature de prédateur redoutable, en partie responsable de l'extinction de centaines d'espèces à travers le monde.

La présence des chats errants à Lyon ou dans d'autres villes, notamment en périodes de "chaleurs", cause aussi des nuisances pour les humains. Qu'elles soient sonores -miaulements nocturnes incessants entre femelles et mâles- ou de l'ordre de la salubrité -marquages urinaires indiquant la possibilité d'accouplement.

Un chat sur une voiture dans la banlieue de Lyon, décembre 2020. ©Rue89Lyon

Toutefois, lorsqu'elle est bien gérée, la population des chats errants en milieu urbain aurait des effets bénéfiques. Présence dissuasive pour les rongeurs, apaisante pour les humains... Les chats errants éloignent les rats, déclenchent nos endorphines (hormones de bien-être réduisant la douleur) et favoriseraient le lien social.

C'est "toute cette dimension sociale et humaine" que la chercheuse Dominique Pontier invite aussi à considérer.

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

Article actualisé le 04/03/2021 à 11h29
L'AUTEUR
Athina Gendry

En BREF

À Strasbourg, un fonds d’investissement de Lyon pousse les locataires vers la sortie

par Rue89 Strasbourg. Aucun commentaire pour l'instant.

Chiens autorisés dans les TCL de Lyon : une expérimentation très discrète

par Oriane Mollaret. 757 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, une manifestation ce samedi contre les violences sexistes et sexuelles

par Rue89Lyon. 530 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×