Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Foyers à Saint-Étienne : « Ces enfants ont besoin d’un cadre fixe, avec le Covid tout change chaque jour »

Les confinements et le Covid ont bousculé le quotidien déjà compliqué des adolescents placés dans les foyers et familles d’accueil à Saint-Étienne. C’est le cas de celui des 54 adolescents placés dans les foyers de l’association de protection de l’enfance Sauvegarde 42.

Édition abonnés
Foyer Bel Air à Saint-Etienne

Entre crainte des retours en famille et angoisses qui remontent, retour sur cette année pas comme les autres au cœur des foyers Bel-Air et Parot.
Une joyeuse cacophonie, des éclats de rires qui résonnent dans les couloirs du foyer non mixte de Bel-Air à Saint-Étienne. Ceux de trois jeunes d’à peine 16 et 17 ans, Ulrich, Florian et Nathanaël.

« C’est nous les princes de Bel-Air ! », fanfaronne l’un d’eux, analogie à la sitcom des années 1990, d’une autre génération.

Et puis un rappel à l’ordre. Une voix féminine. Celle d’Amandine, leur éducatrice :

« Un peu moins fort les garçons ! »

Des airs d’internat. Tous reprennent leur sérieux en un instant pour la photo, au pas de la chambre d’Ulrich.

« Attends, on va passer dans le journal c’est pas tous les jours qu’on parle de nous ! », clame un autre à son acolyte, arborant sa grimace avec autant d’assurance que son pyjama polaire, à l’effigie de Rudolphe le renne.

Foyers à Saint-Étienne : « Il y avait moins d’embrouilles entre nous, ça nous a ressoudés »

Si la jeune femme lâche parfois un peu de lest parfois c’est parce qu’elle sait qu’au fond, ce tumulte, c’est un peu leur façon d’exprimer leur timidité et leur trop plein d’émotions.
Leur façon de se protéger des difficultés de la vie auxquelles ils font face. Et aussi de la situation sanitaire actuelle qui a aussi bien bousculé le quotidien et l’avenir de ces ados placés sous la protection de l’aide sociale à l’enfance.

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Lyon. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Lyon d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Enfance

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

À lire ensuite


Habitants de Boisset dans la Loire pendant le confinement
Garage Momplot à Saint-Etienne durant le confinement
Plus d'options