Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

À Lyon, des centaines de livreurs à vélo sans-papiers exploités

Le soir, dans les rues de la métropole de Lyon vidées par les mesures anti-Covid, on ne croise que des livreurs à vélo. Parmi eux, nombreux n’ont pas le droit de travailler. A Lyon, ils sont des centaines de demandeurs d’asile et personnes sans titre de séjour à faire clandestinement ce métier rude et dangereux, sans aucune protection sociale et à la merci des arnaqueurs.

Édition abonnés
Un livreur Deliveroo sans-papiers à Lyon avec son vélo ©AD/Rue89Lyon

> 2ème volet de notre enquête sur le travail des sans-papiers à Lyon.

« Il y a quelques mois, je me suis fait renverser par une voiture qui roulait sur le trottoir. Mon vélo était cassé. La conductrice a compris que j’étais sans-papiers, elle n’a même pas voulu payer les réparations. Je ne pouvais rien dire, rien faire. J’avais le doigt tordu, je n’ai pas pu aller me faire soigner. »

Des scènes comme celle-ci, en deux ans de travail pour des plateformes de livraisons à vélo, A. en a vécu une flopée. Ce trentenaire tunisien, venu à Lyon en 2017 avec un visa touristique en espérant trouver du travail, est aujourd’hui en situation irrégulière.
Sans-papiers, il travaille pourtant comme livreur à vélo pour Deliveroo, « de 9 heures à 15 heures, et de 17 à 23 heures, 7 jours sur 7 » dans les rues de la capitale des Gaules.
Avec son ami M., un autre Tunisien, ils se sont tournés vers ce job de livreurs à vélo, après avoir enchaîné les calvaires du travail au noir dans le BTP.

Abonnez-vous

Cet article fait partie de l’édition abonnés. Pour lire la suite, profitez d’une offre découverte à 1€.

Contribuez à consolider un média indépendant à Lyon, en capacité d’enquêter sur les enjeux locaux.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#livreurs

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

#livreurs#Migrants#Société#travail au noir#travail illégal#uber#Vélo

À lire ensuite


La CGT UberEats/Deliveroo Lyon au siège d'Uber, le 5 mars dernier pour demander le déblocage d'une trentaine de livreurs. Deux visages ont été anonymisés.
Garage Momplot à Saint-Etienne durant le confinement
Livreur Deliveroo à Londres en avrl 2016 CC Môsieur J
Plus d'options