Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

« Depuis l’Algérie, je ne peux pas rejoindre Lyon et je me sens abandonné »

Houcine Haddouche est photographe à Lyon -il a déjà collaboré avec la rédaction de Rue89Lyon. Parti en Kabylie au début du mois de mars pour démarrer un projet artistique, il reste dans l’impossibilité de rejoindre la France. Houcine doit régulièrement rejoindre Alger, à plusieurs centaines de kilomètres de la ville où il se trouve en Grande-Kabylie, pour « tenter sa chance » dans le seul aéroport encore en fonctionnement. Il nous a transmis son témoignage.

,
Photos
Édition abonnés
En Algérie, mars 2020. ©Houcine Haddouche

Un sentiment léger mais désagréable d’abandon m’a envahi depuis le 18 mars, date à laquelle je devais décoller d’Alger afin d’atterrir à Lyon.

Voilà ce que nous, les ressortissants français, ressentons depuis la fermeture de l’aéroport d’Alger suite au confinement aérien décrété par la France et l’Algérie.
Quelques vols commerciaux sont encore organisés par l’ambassade et les compagnies aériennes Air France et Air Algérie mais beaucoup d’entre nous ne peuvent se permettre de faire 150 ou 600 kilomètres pour rejoindre Alger tous les jours pour tenter leur chance.

Cet article fait partie de l’édition abonnés. | Déjà abonné ? Connectez-vous

Abonnez-vous maintenant pour poursuivre votre lecture

Abonnez-vous
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Confinement

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Partager
Plus d'options