Habillage
Les porteuses de burkini veulent « ouvrir le débat » pour accéder aux piscines de Villeurbanne
Société 

Les porteuses de burkini veulent « ouvrir le débat » pour accéder aux piscines de Villeurbanne

"Ce n'est pas la même chose que ce qui s'était passé sur les plages de Cannes : là nous parlons d'équipements publics et municipaux". Jean-Paul Bret, maire PS de Villeurbanne, a réagi auprès de Rue89Lyon suite à l'annonce faite par l'association Alliance citoyenne de mettre au débat le port du burkini dans les piscines municipales.

L'association dédiée à la "lutte contre les injustices" est notamment composée de femmes souhaitant accéder au droit de se baigner avec un maillot de bain totalement couvrant.

A Grenoble, les membres de la même association, taxée de "militantisme islamiste", ont tenté le coup de force. Eric Piolle en a appelé à Emmanuel Macron pour qu'il "siffle la fin de la récréation" et clarifie ce qu'il a appelé une "hypocrisie d'Etat".

Voilà l'été et, avec lui, sa désormais traditionnelle polémique autour du burkini. A Grenoble, des femmes membres de l'association Alliance citoyenne ont dernièrement opté pour des actions de "désobéissance civile" en arborant dans les piscines ce maillot, contraire au règlement des infrastructures municipales.

A Villeurbanne, il s'agit d'une autre méthode et d'un autre ton adopté. L'association "Alliance citoyenne du Grand-Lyon" a lancé il y a quelques jours via Facebook un événement intitulé "Ensemble agissons pour la liberté", illustré par une photo de femmes vêtues de burkini dans une piscine, invitant à une réunion. L'image a semé la confusion puisque la réunion n'aura pas lieu dans un des équipements sportifs et aquatiques de la ville, mais dans une salle louée spécialement, la Miete.

Trop tard. Sur les réseaux sociaux, des habitants de Villeurbanne ont appelé à une mobilisation contre l'association, les plus énervés suggérant -avec toute l'emphase que permettent les réactions sur Facebook- un cordon de sécurité autour des équipements municipaux.

"Non, il n'y a pas d'action 'coup de poing' prévue à Villeurbanne, pas de burkini porté dans les piscines municipales", sourit Laura Chameroy, salariée d'Alliance citoyenne.

Pour Jean-Paul Bret, joint par Rue89Lyon "il faut raison garder" :

Ce contenu est réservé aux abonnés

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.

En BREF

Les gérants d’un Super U quittent leur emploi après le bad buzz autour de leur chasse safari

par Dalya Daoud. 5 676 visites. 3 commentaires.

A Villeurbanne, les usagers et opérateurs des trottinettes électriques gênantes seront verbalisés

par Rue89Lyon. 5 864 visites. 1 commentaire.

Le père Preynat condamné par l’Eglise et réduit à l’état laïc

par Rue89Lyon. 332 visites. Aucun commentaire pour l'instant.