Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

En Auvergne-Rhône-Alpes, le Modem ergote avant de lâcher Laurent Wauquiez

L’annonce. Va. Arriver. D’ici. Quelques. Jours. Peut-être par télégraphe, qui sait. Tentant de rattraper un épisode de communication politique assez catastrophique, le groupe Modem pourrait annoncer qu’il quitte la majorité de Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, « d’ici mercredi ».

Édition abonnés
Le vélorail à Ambert, en Auvergne. ©Rue89Lyon

Mais à son rythme et avec des éléments de langage qu’il lui faut encore écrire.
Depuis 2017, le Modem n’a pas eu de difficultés à justifier le hiatus entre, d’une part, sa présence au sein de la majorité de Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes (dès 2015) et, d’autre part, son ralliement à Emmanuel Macron. Le local d’un côté, le national de l’autre.
Alors pourquoi tacler maintenant le président du parti Les Républicains qui, pour sa part, n’a eu de cesse de déployer son propos politique très radical depuis le conseil régional ? Pour mieux comprendre, il faut regarder du côté du calendrier mais aussi du secrétariat national du Modem.

La rédaction a besoin de votre soutien pour continuer d’enquêter sur l’extrême droite à Lyon.


Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Depuis 2011, Rue89Lyon mène un travail de fond sur l’extrême droite, plus qu’aucun autre média local. Révéler leurs actions violentes, documenter les connexions entre groupuscules et partis d’extrême droite, suivre leurs procès, analyser les raisons de leur forte présence à Lyon… plutôt que de relayer les actions de propagande ou la communication de l’extrême droite, nous avons choisi d’enquêter.

Sans nous, vous n’auriez pas su qu’une association catholique abritait entre ses murs le violent groupuscule Lyon Populaire. Vous n’auriez pas su, non plus, qu’un homme condamné pour violences racistes en décembre 2023 à Lyon était en réalité un cadre d’une association identitaire dissoute.

Grâce à notre suivi régulier, nous publions aussi de régulières analyses, permettant à nos lecteurs et lectrices d’avoir les clés de compréhensions nécessaires sur ces mouvements d’extrême droite.

Tout cela nous demande du temps et des moyens, et vous pouvez nous aider en vous abonnant à Rue89Lyon. Pour continuer ce travail, tous les abonnements comptent. Ils viennent financer directement un journalisme engagé et documenté sur l’extrême droite lyonnaise.

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#En zigzag

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Autres mots-clés :

À lire ensuite


David Kimelfeld président de la Métropole de Lyon lors de la signature d'un avenant au Contrat de Plan Etat-Région. ©MG/Rue89Lyon

Photo : MG/Rue89Lyon

débat "voter avec son estomac" à Lyon au festival La chose Publique
Partager
Plus d'options