Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Le CEA de Grenoble ou l’histoire de la dépollution titanesque de son fort

Depuis plus de 5 ans, le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), anciennement Centre d’études nucléaires de Grenoble (CENG), démine un fort près de Grenoble. Le chantier sur ce fort des Quatre Seigneurs (à 15 kilomètres au sud-est de Grenoble) a été bouclé. Des millions de munitions attendaient là gentiment.

Photos
Édition abonnés
Des munitions noyautent le fort du CEA de Grenoble. ©Rue89Lyon

Une fois le travail achevé, en août 2017, l’organisme de recherche a accepté de nous faire le récit d’un déminage d’ampleur, qui lui a posé plus d’un tracas. Et qui a coûté cher, très cher.
Au bout d’une route en serpentin, après le hameau du Mûrier à Herbeys, on atteint le sommet de la colline des Quatre Seigneurs. Le petit mont est coiffé d’un fort à demi enterré et à demi en ruines : le premier mur d’enceinte s’effrite dangereusement et le pont d’accès est renforcé par des barres métalliques.
À gauche, seul le bâtiment accueillant la télégraphie et les officiers apparaissent. En effet, le fort construit en 1879 s’étend sur 300 mètres, mais la majeure partie du bâtiment est enterré sous une épaisse couche de terre, pour le protéger des obus. Sur ce « toit », la nature résiliente s’est réinstallée. Sous les racines des arbrisseaux, les passages souterrains reliant les différentes salles du fort s’étendent.
De 2012 à 2017, tout le périmètre a été bouclé.

La rédaction a besoin de votre soutien pour continuer d’enquêter sur les exactions et les connexions de l’extrême droite à Lyon.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Depuis 2012, Rue89Lyon mène un travail de fond sur l’extrême droite, plus qu’aucun autre média local. Révéler leurs actions violentes, documenter les connexions entre groupuscules et partis d’extrême droite, suivre leurs procès, analyser les raisons de leur forte présence à Lyon… plutôt que de relayer les actions de propagande ou la communication de l’extrême droite, nous avons choisi d’enquêter.

Sans nous, vous n’auriez pas su qu’une association catholique abritait entre ses murs le violent groupuscule Lyon Populaire. Vous n’auriez pas su, non plus, qu’un homme condamné pour violences racistes en décembre 2023 à Lyon était en réalité un cadre d’une association identitaire dissoute.

Grâce à notre suivi régulier, nous publions aussi de régulières analyses, permettant à nos lecteurs et lectrices d’avoir les clés de compréhensions nécessaires sur ces mouvements d’extrême droite.

Tout cela nous demande du temps et des moyens, et vous pouvez nous aider en vous abonnant à Rue89Lyon. Pour continuer ce travail, tous les abonnements comptent. Ils viennent financer directement un journalisme engagé et documenté sur l’extrême droite lyonnaise.

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#CEA de Grenoble

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Autres mots-clés :

#Grenoble#Guerre 39-45#Histoire#nucléaire#Résistance#Société

À lire ensuite


"Ce soir, on va prendre un bain chaud !", se marre Bobby. ©JBAuduc/Rue89Lyon

Photo : JBAuduc/Rue89Lyon

Partager
Plus d'options